Égalitariste-complémentaire

Égal ne veut pas dire semblable
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Psychologue- sexologue et autres ont-ils tué l'amour?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
P-A-P



Nombre de messages : 375
Date d'inscription : 20/04/2006

MessageSujet: Psychologue- sexologue et autres ont-ils tué l'amour?   Dim 6 Aoû - 21:51

Suspect

Citation :
La théorie béhavioriste


Ce courant a essentiellement marqué la première moitié du vingtième siècle. Les béhavioristes considèrent la psychologie comme la science du comportement animal et humain, sur la base des seuls faits observables.

Leur objectif est non l'étude du développement mais l'analyse fonctionnelle du comportement.

Ils mettent l'accent sur les interactions entre l'organisme et l'environnement mais s'intéressent exclusivement aux données observables et aux comportements, en vue d'établir une relation de cause à effet. Le comportement est considéré comme fonction des stimuli. S >> R.

On ne s'intéresse pas à ce qui se passe entre le stimulus et la réponse car le fonctionnement interne du sujet est une boîte noire.

Les théories béhavioristes ne reconnaissent pas un statut particulier à l'enfant en ce qui concerne l'analyse fonctionnelle du comportement. Le principe de base est le même, et les différences sont quantitatives, de complexité ou de niveau. Le développement psychologique est conçu comme étant consécutif aux changements intervenant dans les modes d'interaction avec l'environnement et lié à l'évolution organique et aux effets de l'expérience, du vécu.



Conditionnement répondant, classique ou te type 1 (conditionnement Pavlovien)



Pavlov a mené des études chez l'animal sur le conditionnement salivaire des chiens gardés en captivité et nourris à heures fixes. Il a observé que les chiens salivaient dès l'audition du bruit des pas du gardien qui apportait la nourriture.

Il substitue à un Stimulus Inconditionnel (provoquant une Réponse Inconditionnelle) un Stimulus Conditionnel (provoquant à son tour une Réponse Conditionnelle, suite à un apprentissage associatif).

1) S I (Viande) >> R I (salivation)

2) S Neutre (pas du gardien) >> ne provoque pas de salivation

3) S N devient S C (pas du gardien) >> R C (salivation)



Ce type de conditionnement a été à l'origine de travaux sur le conditionnement des émotions (Watson).

Nous possédons un ensemble de réflexes naturels qui ne demandent aucune expérience préalable. Le réflexe répond uniquement à un stimulus spécifique, et nous ne pouvons pas contrôler nos réflexes. Cette absence de contrôle sur nos réflexes peut entraîner l'établissement d'une association entre une stimulation déclenchante et une stimulation qui n'a rien à voir. C'est ainsi que nous pouvons expliquer l'ensemble de nos phobies.

Expérience de Watson avec le petit Albert :

Le petit Albert est un enfant de huit mois qui a peur des bruits métalliques. Il reste impassible devant des animaux tels que le rat, le lapin, le singe ou encore un masque.

Watson applique le schéma du conditionnement classique :

1) S I (bruits métalliques) >> S I (peur, pleurs)

2) S N (animaux blancs) + S I (bruits métalliques) >> R I (peur)

3) SN devient SC (animaux blancs) >> RC (peur)

L'individu est passif dans l'établissement de l'association, il subit les conditions de l'environnement.



Conditionnement opérant, instrumental, de type 2


La théorie de l'apprentissage se développe dans le début des années 1930, sous l'impulsion de deux chercheurs en psychologie animale, Hull et Skinner. Ce sont surtout des études avec des rats et des pigeons.

Ici, le sujet intervient dans la relation causale entre les deux événements. Il ne subit plus mais est actif.

Selon Skinner, les apprentissages humains répondent à ce type de conditionnement : la mise en place des comportements s'effectue par reproduction des actions dont les conséquences sont recherchées par l'individu et abandon des actions dont l'individu souhaite éviter les effets.

* Nous sélectionnons les actions à reproduire en fonctions d'agents renforçateurs : les renforcements positifs ou négatifs ont pour objectif de voir augmenter la probabilité de voir apparaître un comportement.

- Skinner place un oiseau dans une cage munie d'un levier. L'oiseau apprend la relation entre « appuyer sur le levier » et « recevoir de la nourriture ». C'est un renforcement positif.

- En maternelle, on donne des bons points aux enfants s'ils travaillent bien : renforcement positif du comportement « bien travailler ».

- A un animal placé en cage, on veut faire apprendre à sauter d'un côté ou de l'autre de la cage. Il apprend grâce à des chocs électriques. C'est un agent renforçateur négatif.

* La punition a pour objectif de faire disparaître un comportement. Il y a installation d'un stimulus aversif ou suppression d'un stimulus agréable.



Le conditionnement opérant a été utilisé dans des visées éducatives ou thérapeutiques, auprès d'enfants perturbés ou retardés, dont on souhaiterait structurer le comportement.

Pour cela, il s'agit d'établir une série d'étapes entre le comportement de base et la réponse finale recherchée. Le renforcement des différentes étapes se fait de manière progressive et systématique.

Exemple : un enfant ne sait pas s'habiller tout seul.

Différentes étapes pour mettre sa veste : enfiler une manche, puis l'autre, ajuster au niveau des épaules, boutonner… On donne un bon point à chaque étape réussie :

- enfiler la manche droite

- enfiler la manche droite puis la gauche

- enfiler les deux manches et ajuster la veste au niveau des épaules

- enfiler les manches, ajuster la veste, boutonner.


L'application des principes béhavioristes est sous-tendue par la philosophie de l'homme spécifique des Etats-Unis au début du 20ème siècle : préoccupation de l'efficacité et de la rentabilité.


Critiques à formuler contre le courant béhavioriste :



- Le béhaviorisme élimine le cadre affectif dans lequel s'effectue tout apprentissage.

- Les béhavioristes considèrent que le nouveau-né dispose d'un répertoire comportemental pauvre et limité, et qu'il est passif face à l'environnement. Or les études actuelles montrent que le nouveau-né dispose d'un répertoire beaucoup plus étendu et qu'il peut établir des interactions avec son environnement. L'hypothèse d'une Tabula Rasa peut donc être écartée.

http://psychodvpt67.canalblog.com/archives/2005/01/04/245523.html

Plein d'experts ne semblent que voir ça comme ça!!! L'amour c'est pas important... le cul ça par exemple!!! Suspect

100 mots pour ne pas aller de mal en psy!!!

http://www.quelestmonip.info/pop/100mots.mp3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Psychologue- sexologue et autres ont-ils tué l'amour?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Je passe de l'amour total à l'agacement complet !
» Sources de calcium - pour Melplan (et les autres !lol)
» Roch Voisine - sauf si l'amour s'évapore
» parfait amour et perfect haze
» bebe d amour

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Égalitariste-complémentaire :: Brisons le silence autour des enjeux cachés :: Brisons le silence autour des enjeux cachés-
Sauter vers: