Égalitariste-complémentaire

Égal ne veut pas dire semblable
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Instrumentalisation de religions, idéologie et autres...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
P-A-P



Nombre de messages : 375
Date d'inscription : 20/04/2006

MessageSujet: Instrumentalisation de religions, idéologie et autres...   Jeu 10 Aoû - 14:02

Je ne sais pas si vous y croyez mais moi je pense que les religions et idéologies sont instrumentalisées par des personnes qui ont intérêt à diviser pour règner!

Citation :
La troisième guerre mondiale doit être fomentée en profitant des divergences suscitées par "l'agentur" des "Illuminés", entre les sionistes politiques et les dirigeants du monde islamique.

Elle doit être menée de telle manière que l'Islam (le monde arabe musulman) et le sionisme politique se détruisent mutuellement. Tandis que les autres nations, une fois de plus divisées sur cette affaire, seront contraintes à se combattre jusqu'à complet épuisement physique, moral, spirituel et éconmique.

Le 15 Aout 1871, Pike dit à Mazzini qu'à la fin de la troisième guerre mondiale, ceux qui aspirent à dominer le monde sans conteste provoqueront le plus grand cataclysme social que le monde ait jamais connu. Nous citons ses propres termes (empruntés à sa lettre de la British Museum Library à Londres) : "Nous allons lâcher les Nihilistes et les Athées et provoquer un formidable cataclysme social qui, dans toute son horreur montrera clairement aux nations les effets d'un athéisme absolu, origine de la sauvagerie et du plus sanglant chambardement.
Alors, tous les citoyens, obligés de se défendre contre la minorité révolutionnaire mondiale, extermineront les démolisseurs de la civilisation et les masses déçues par le Christianisme, dont l'esprit déiste, laissé à partir de ce moment sans boussole à la recherche d'une idéologie, sans savoir vers qui tourner son adoration, recevra la vraie lumière grâce à la manifestation universelle de la pure doctrine de Lucifer, enfin révélée aux yeux de tous, manifestation qui suivra la destruction du christianisme et de l'athéisme, simultanément soumis et détruits."

Lettre, échangée entre deux francs-maçons Lucifériens, Albert Pike et G. Mazzini, tirée du livre : La face cachée de l'Histoire moderne - Jean Lombard pages 553 - 554, qui cite un historien anglais, William Guy Carr et son livre intitulé "Pawns in the game", 1967. ...

http://www.barruel.com/censure.html

Je m'attarde un peu ici à l'instrumentalisation de la religion musulmane par les Franc-Maçons et/ou service sercret Britannique entre-autre. (on sait aussi qu'Al quaida et la cia l'ont fait aussi... à la suite de celui-ci rendeer )

Citation :
The Muslim Brotherhood – The Globalists' Secret Weapon

As we related in Part One, the British used Islam to legitimize their puppet rulers in Jordan, Iraq, Saudi Arabia and Palestine after taking over the Middle East in World War I. Because of this Islam was seen by much of the Arab populace as just another part of the corrupt colonial establishment. That is why the legitimate anti-colonial movements, such as those of Nasser, Mossadegh and Bhutto, were primarily secular in nature. When these nationalist movements began to succeed outside of the British sphere of influence the British turned to their Islamic allies to subvert these independent regimes. The Muslim Brotherhood stands out as the most important counter-revolutionary movement of this period in the Middle East, and one of the British-based Globalists' most important strategic assets today.

The Muslim Brotherhood emerged out of Egypt in 1928 to evolve into "the largest and most influential Sunni revivalist organization in the 20th century."


In Part One of this study we related several allegations that the Muslim Brotherhood was created, infiltrated, or at least promoted by British Intelligence and/or British Freemasonry. Dr. John Coleman alleges that it was created by "the great names of British Middle East intelligence...", Stephen Dorril writes that the Brotherhood was linked to British Intelligence through dame Freya Stark prior to World War II, and the Shah's regime in Iran considered it to be a tool of British Freemasonry
.

Some Muslims will find these claims hard to believe but they should not be rejected out of hand. Hasan al-Banna was a devout Muslim who put Islam first but it should not be considered inconceivable that he was influenced by Britain's Masonic Brotherhood, or that he accepted British aid to advance his movement, at least in the early stages. Islam was used effectively by the British outside of Egypt, so why would they not try to use it in Egypt as well?

Freemasonry appeared in Egypt soon after Napoleon's conquest in 1798 when General Kleber, a French Mason and top commander in Napoleon's army established the Lodge of Isis. French Masonry dominated Egypt until British lodges began to appear after the British occupation in 1882. Freemasonry was very popular in the first half of the twentieth century, and many important Egyptians were Masons, along with the British rulers and aristocrats who occupied the country. In fact the Egyptian monarchs, from Khedive Ismail to King Fouad, were made honorary Grand Masters at the start of their reigns. From 1940 to 1957 there were close to seventy Masonic lodges chartered throughout Egypt. At one time the leaders of the Nationalist and Wafd parties were Freemasons, and many members of the Egyptian parliament were Masons as well, where they mingled with the military commanders and aristocrats of the ruling British occupation. (2)

Two very important Islamic leaders in Egypt, Jamal al-Din al-Afghani and Mohammed Abdou, were also Freemasons. Al-Afghani was a foreigner who had been the prime minister of Afghanistan before becoming an activist in Iran and Russia prior to his appearance in Egypt. He is considered "the founder of the political pan-Islamic movement," and his movement is known as the Salafiyya movement. He agitated against British imperialism but at the same time he advocated modernization for the Muslim world. Before being expelled from Egypt he became an important figure at Al-Azhar University in Cairo and his most important disciple was Mohammed Abduh. Throughout his life he was an activist for Muslim self-determination, but several times he visited London where, according to one biographer, "he reestablished ties with his lodge members." When al-Afghani died in 1897 he left behind a large body of political and religious writings that would form part of the basis for the later Islamist movements. (3)


http://www.redmoonrising.com/Ikhwan/MB.htm

http://freemasonrywatch.org/bettyslodge.html

http://www.mediamonitors.net/karoui20.html

http://news.bbc.co.uk/2/hi/uk_news/885588.stm

http://www.timesonline.co.uk/article/0,,2087-2014722_1,00.html

Citation :
1954 - 1970: Nasser makes enemies of both the CIA and the Muslim Brotherhood In 1954 Egyptian President Gamal Abddul Nasser’s nationalist policies in Egypt come to be viewed as completely unacceptable by Britain and the US. MI6 and the CIA jointly hatch plans for his assassination. According to Miles Copeland, a CIA operative based in Egypt, the opposition to Nasser is driven by the commercial community—the oil companies and the banks. At the same time, the Muslim Brotherhood’s resentment of Nasser’s secular government also comes to a head. In one incident, Islamist militants attack pro-Nasser students at Cairo University. Following an attempt on his own life by the Brotherhood, Nasser responds immediately by outlawing the group, which he denounces as a tool of Britain. The following years see a long and complex struggle pitting Nasser against the Muslim Brotherhood, the US and Britain. The CIA funnels support to the group beccause of “the Brotherhood’s commendable capability to overthrow Nasser.” [Dreyfuss, 2005, pp. 101-108; Baer, 2003, pp. 99] The Islamist regime in Saudi Arabia becomes an ally of the United States in the conflict with Nasser. They offer financial backing and sanctuary to Muslim Brotherhood militants during Nasser’s crackdown. [Dreyfuss, 2005, pp. 90-91, 126-131, 150]

http://www.cooperativeresearch.org/entity.jsp?id=1521846767-2049

http://www.larouchepub.com/other/2006/book_reviews/3307devils_game.html


affraid


Dernière édition par le Mar 12 Sep - 22:24, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
P-A-P



Nombre de messages : 375
Date d'inscription : 20/04/2006

MessageSujet: Re: Instrumentalisation de religions, idéologie et autres...   Mar 5 Sep - 22:31

Radio can parle des frères musulmans... mais pas de l'instrumentalisation de ceux-ci évidemment!!!

Citation :

New Video by Azzam the Black Propaganda Operative
Sunday September 03rd 2006, 10:02 am

Once again, Ayman al-Zawahiri, the CIA-MI6 operative by way of the long ago penetrated Muslim Brotherhood, has sent out a videotape, this time featuring “Azzam the American,” aka Adam Yahiye Gadahn, born Adam Pearlman, and also going by the names Abu Suhayb al-Amriki, Abu Suhayb, and Yihya Majadin Adams (a score card is required to keep track).

“Californian Adam Gadahn, wearing a white robe and turban, introduces the message by calling on Westerners to convert,” reports CNN. “We invite all Americans and believers to Islam, whatever their role and status in Bush and Blair’s world order,” Gahahn declares. “Decide today, because today could be your last day.”

According to Laura Mansfield, billed as “a writer and corporate adviser on the Middle East, Islam and terrorism,” Gadahn-Pearlman’s “reference could indicate an attack is near. Muslims believe that non-believers should be given a chance to convert before they are attacked, Mansfield said.”

It is interesting al-Zawahiri “speaks for only four of the total 48 minutes of [the] newly surfaced tape,” allowing the junior member Gadahn to take center stage. As for Gadahn-Pearlman’s reference to an impending attack, this is nothing new, as “al-Qaeda” has threatened imminent attack on dozens of occasions since nine eleven, all of these threats working nicely to foster additional paranoia in the United States, where millions of people believe the incessant drumbeat of facile propaganda broadcast by Fox, CNN, et al.

“Gadahn has become a cause célèbre for the American right, a made-to-order American traitor from central casting,” writes the blogger Xymphora. “What if he really was manufactured? His confused background, with a detour through heavy metal, his moving in with his grandparents (grandfather on the ADL board), his rare internet essay anachronistically written from a Zionist perspective and not the perspective of the American government in 1995 (as if the Zionists had already written the post-September 11 script), his immediate ‘conversion’ to Islam and association with ‘radical’ Muslims—it’s all just a bit too contrived. We have seen other examples of how Israel has infiltrated Islamist organizations (most recently in Lebanon). Have the Zionists infiltrated al Qaeda at its highest levels? Or is it more accurate to look at al Qaeda as a ‘false flag’ Zionist organization?”

http://kurtnimmo.com/?p=545

Suspect
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
P-A-P



Nombre de messages : 375
Date d'inscription : 20/04/2006

MessageSujet: Re: Instrumentalisation de religions, idéologie et autres...   Mar 12 Sep - 22:54

Vous connaissez les sionistes??? Suspect

Il y en a des "chrétiens" et des juifs, les plus connus... commençons par ceux-ci...

Saviez-vous qu'avant les 2 guerres une majorité de juifs étaient contre un état Israélien???

Citation :
Etes vous entrain de dire qu'Israel est un Etat athée?

Certainement. Laissez moi m'expliquer. Le Judaisme est une religion révélée il y'a plusieurs milliers d'années. Les juifs ont la Torah, le texte révélé par Dieu, qu'ils suivent constamment. Et la Torah affirme que l'armée juive a reçu la Terre Sainte, et quiconque tombe dans le péché sera expulsé de cette Terre. Les livres des Prophetes nous ont prouvé avec toute leur franchise que nous avions été expulsés de cette Terre à cause de nos péchés. Tous les juifs sont au courant de celà. Nous le récitons toujours dans nos prières.C'est le crédo juif. Les juifs ont accepté cette punition venue du Très-Haut, et ont consenti de vivre parmi les autres nations à travers le monde, en respectant leurs lois. Tout ceci était encore en vigueur avant l'apparition du sionisme et du mouvement réformiste, qui rejettent les croyances juives basées sur la Torah. Ces idéologistes, tels que Hertzl (Theodor Herzl (1860-1904), Fondateur du sionisme, NDLR) et d'autres de ce genre, n'étaient pas des religieux et n'observaient pas les préceptes de la Torah. C'est la raison pour laquelle, au lieu d'accepter la punition de Dieu (Il est dit dans la Torah "Si une punition vous vient, vous devez vous repentir"), ils créerent le sionisme.

Je voudrais revenir à ce point important: que les fondateurs du sionisme n'étaient pas des religieux. Ils étaient alors des gens laiques et donc c'est la raison pour laquelle ils ont utilisé le sionisme et non le judaisme.
Vous avez raison.


Selon votre opinion, est ce que la création de l'Etat d'Israel est un affront à la volonté d'Allah?

Oui, biensur. Le Tout Puissant nous a interdit de créer un Etat. Il avait dit qu'il nous punirait en nous dispersant et que nous devions nous repentir et nous accrocher à Lui. Et si nous nous détachons de Lui, si nous commençons à Le combattre en créant un Etat, alors nous deviendrions des athéistes.

Mais néanmoins, cet Etat, que vous qualifiez d'athée, s'appuie sur des rabbins. Donc, par exemple, Ovadia Yosef appelle les arabes "les serpents" et déclare que vous ne pouvez pas vivre en paix avec eux. D'après lui, les arabes devraient être "bombardés par des roquettes" et "exterminés". Et là, l'armée israelienne est apparamment entrain de répondre aux appels de ces rabbins, qui de leur côté s'appuient sur la Torah. Par ailleurs, les partis cléricaux sont présents au sein du gouvernement israelien. Comment concilier ce que vous dites avec la réalité?


Comme je l'ai déjà dit, le sionisme n'est pas un mouvement religieux. Il ne fait qu'utiliser la Torah comme un outil. Par exemple, ils ont une législation qui ne s'appuie pas sur la Torah. Toutes leurs actions sont en contradiction avec la Torah. Cependant, afin d'attirer les juifs, ils leur mentent et les trompent, en présentant leurs décisions comme des directives de la Torah. Afin de parvenir à leur fin, les sionistes embauchent des rabbins pour appuyer leurs thèses.



Mais il ne s'agit pas que d'Ovadia Yosef, il y'a des milliers de rabbins qui soutiennent Israel.

Permettez moi de le répéter une fois de plus: la vérité est la vérité. La Torah est claire à ce sujet. Et sa doctrine interdit la création d'Israel. Avant la Première Guerre Mondiale, la majorité des juifs étaient contre la création d'Israel.

Excusez moi, comment pouvez vous affirmer ça?

Et ils résistaient fermement à sa création. Dans le passé, les juifs, dont les juifs sépharades, s'opposaient aux sionistes et les rejettaient de leurs milieux. Tous les juifs étaient parfaitement conscient que le sionisme était contre Dieu, en voulant créer un Etat, puisqu'ils contredisent la volonté du Très-Haut. Ainsi, avant la fondation de l'Etat, les juifs étaient contre la création d'Israel et contre l'émigration vers la Palestine. Les rabbins ont pourtant prévenu qu'en créant Israel, ils ruineraient le judaisme en faisant de cette religion spirituelle un Etat et une société laiques. Et comme les rabbins l'avaient prédit, cet Etat provoquerait de grands désastres. Ainsi, tous ceux qui supportent le sionisme supportent par conséquent le péché. Cependant il y'a des centaines de milliers de juifs qui ne supportent pas les idées sionistes. Et beaucoup de juifs supportent le sionisme pour leur bénéfice personnel.

Comment jugez vous les rabbins comme Ovadia Yosef qui appellent les arabes "les serpents" et appellent à leur "extermination" ?

Je vous avais dit qu'à cause de leurs crimes à l'encontre des Palestiniens, ils causeraient de grands désastres pour les juifs, parce qu'ils provoquent des hostilités entre les arabes et les juifs, et parce qu'ils sèment la mort et la destruction. Meme depuis le tout premier jour de la création d'Israel, les sionistes ont fait ce que les rabbins les avaient prévenus d'éviter. Les sionistes ont abandonné leur religion et ont fait abandonner leur religion à de nombreux juifs en faisant d'eux des athéistes. C'est même pire que les meurtres de juifs commis par Hitler. En Allemagne, les juifs étaient sujets à des humiliations et à l'exil, mais une fois émigrés en Palestine, ils ont commencé à faire exactement la même chose.

Maintenant vous avez explicité votre rejet de l'idée-même de création d'Israel. Mais alors pourquoi l'Etat d'Israel est-il soutenu alors que, comme vous l'avez dit, cet Etat est le fruit du projet sioniste contre Dieu et contre la Torah ?

Il y'a plusieurs raisons pour celà. Parmis les juifs, il y'a certes des 100% sionistes qui sont hérétiques. Mais il y'a aussi parmi eux beaucoup de juifs perdus par les mensonges des sionistes et par leur lavage de cerveau. On leur a fait croire que le chemin vers Dieu était de s'accrocher à cette Terre Sainte.

Y a-t-il d'autres raisons?

Aujourd'hui, la principale raison est assez simple. Elle est liée au fait que les sionistes s'appuient sur la peur. Les sionistes utilisent en fait deux stratagèmes. Le premier est l'anti-sémitisme. Si vous contredisez les sionistes, ils vous accuseront aussitôt d'anti-sémitisme et ils monteront les juifs et le reste du monde contre vous. Le deuxième mensonge sioniste est que si ils abandonnent cette Terre, les arabes extermineront tous les juifs qui s'y trouvent. Ils rabaissent la dignité des arabes et affirment que ces personnes sont cruelles et impitoyables. Ce sont des mensonges horribles, une grossière erreur de la part des sionistes. Ils accusent les arabes d'être hostiles vis-à-vis des juifs, alors qu'en réalité les juifs ont vécu en paix pendant très longtemps dans des régions arabes et sous la loi islamique: en Tunisie, en Iraq, en Iran, et dans bien d'autres pays. Nous, les juifs à travers le monde, nous ne renions pas ce fait. Et les arabes ont manifesté bien plus d'hospitalité que dans n'importe quel pays non-arabe. Mais les sionistes cherchent à altérer la réalité dans la mémoire des gens, alors qu'il s'agit d'une partie de l'histoire commune aux juifs et aux musulmans. Les sionistes modifient effrontément l'histoire, et en plus ils accusent les musulmans de violence à l'encontre des juifs, déclarant que ceux-ci veulent exterminer les juifs. Ils instillent cette crainte dans le coeur des juifs. Et cette attitude porte ses fruits empoisonnés. Par exemple, comme vous le savez, de nombreux juifs religieux n'envoient pas leurs enfants dans les camps militaires où ils pourraient tuer, mais ils sont convaincus qu'ils ne peuvent pas quitter la Terre Sainte, se laissant avoir par les mensonges sionistes.


http://www.chretiens-et-juifs.org/temp/Torah_contre_Etat_Israel.htm
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
P-A-P



Nombre de messages : 375
Date d'inscription : 20/04/2006

MessageSujet: Re: Instrumentalisation de religions, idéologie et autres...   Sam 9 Déc - 19:24

Je vous invite à écouter cet excellent entretien avec un juif de Naturei Keta, dont voici des extraits!

Citation :
Des extraits de la conférence de presse donnée par les rabbins "Naturei-karta"

"La Tora, la Bible nous enseignent que sous aucun prétexte nous pouvons pratiquer l’oppression à qui que ce soit.
Au contraire, nous devons imiter Dieu dans la pratique de la compassion."



"Nous devons être absolument loyaux envers les populations indigènes au milieu desquelles nous résidons et absolument loyaux envers le gouvernement, de sorte que ce n’est pas à nous de donner l’avis que les Palestiniens doivent choisir et nous devons respecter absolument le gouvernement des Palestiniens. "


"Il n’y aura pas de paix véritable tant que l’état d’Israël existera, il empêche totalement la disparition de la guerre. Tout ce que nous affirmons, ce n’est pas nous qui le disons mais c’est la Tora. "


"La propagande sioniste fait croire aux juifs que les arabes assassineraient tout le monde si par malheur on leur rendait la terre, ce qui est une calomnie insupportable contre les arabes et il faut bien distinguer la position des orthodoxes qui ne sont absolument pas dupes de cette propagande et de la position des colons: les colons sont des sionistes fanatiques qui n’ont rien à voir avec les juifs orthodoxes. "


"Nous ne sommes pas dupes de la propagande nous savons parfaitement que pendant des siècles et des siècles, les arabes nous ont offert un refuge lorsqu’il y avait des persécutions en Europe et nous ne cesserons jamais de remercier le peuple musulman."


"Nous assistons donc actuellement à une double tragédie: d’une part, un crime commis envers le peuple palestinien et d’autre part, un crime commis contre une des choses les plus sacrées: la volonté de Dieu, crime commis au nom de Dieu. "


"Rendre la terre aux Palestiniens et la seule façon d’atteindre la paix; les habitants indigènes ont droit à l’autodétermination, à se gouverner eux-mêmes selon leur volonté. "


"Il faut absolument que les israéliens, demandent pardon aux arabes et leur rendent leur terre et les supplient humblement de bien vouloir les laisser éventuellement résider parmi eux en tant que citoyens. "


"L’URSS s’est écroulé brusquement pour des raisons spirituelles et c’est ce qui va se passer avec l’état d’Israël; donc, ce qu’il faut c’est être extrêmement croyant et prier. De toutes façons, que l’on envisage les choses d’un point de vue métaphysique et spirituel ou du point de vue de la simple logique, l’état d’Israël n’est pas viable . "


"Le sionisme a réussi à mettre tous les juifs en danger, c’est une véritable fabrique d’antisémitisme. "


"Lorsque l’antisémitisme n’existe pas, les israéliens arrivent à le faire surgir; la solution pour que nos vœux se réalisent rapidement est de prier ensemble Dieu. "

Pour écouter

http://www.dailymotion.com/video/xa2qi_juifs-contre-le-sionismeconference

Vous saviez qu'il y a des chrétiens sioniste n'est-ce pas?Question

Citation :
LES CHRÉTIENS SIONISTES

Depuis quelques années, le fondamentalisme religieux a radicalisé le conflit au Moyen-Orient. Ce qu'on sait moins, par contre, c'est que de plus en plus de chrétiens fondamentalistes contribuent à leur façon aussi à radicaliser le conflit. Aux États-Unis, les églises protestantes qui appartiennent au mouvement évangélique comptent plus de 50 millions de fidèles. L'interprétation de la Bible qui a cours dans un grand nombre de ces églises conduit leurs adeptes à vénérer le peuple juif et l'État d'Israël, et à refuser toute concession territoriale aux Palestiniens.


http://www.radio-canada.ca/actualite/zonelibre/04-01/chretiens.asp

Pour ceux qui ne le savent pas, le vatican à dénoncer ce mouvement de chrétiens sionistes!!!

Citation :

[size=16]Le Vatican critique les sionistes chrétiens
Par The Washington Post [/size
]par Matthew Tostevin (avec la collaboration de Tom Heneghan, à Paris, et de Mike Conlon, à Chicago) in The Washington Post, 31 août 2006




L’envoyé du Vatican en Terre sainte et les archevêques de trois autres églises ont lancé une attaque conjointe (suffisamment rare pour devoir être signalée) contre le mouvement sioniste chrétien, en l’accusant notamment de "promouvoir l’exclusivisme raciste et la guerre perpétuelle."

Les sionistes chrétiens représentent une part croissante du lobby pro-israélien aux Etats-Unis, le principal allié de l’Etat juif. Ils sont persuadés que le retour [sic] des juifs en Terre sainte et la création de l’Etat d’Israël seraient des preuves des promesses faites par Dieu [re-sic] aux patriarches de la Bible.

Les Eglises du Moyen-Orient apparaissent souvent comme plutôt proches des Palestiniens, dont la minorité chrétienne constitue une part substantielle de leur clergé dans cette région du monde.

La "Déclaration de Jérusalem sur le sionisme chrétien" a été signée par le patriarche latin catholique Michel Sabbah (un Palestinien) et par des évêques des Eglises épiscopalienne, luthérienne évangélique et syrienne orthodoxe de Jérusalem.

La plupart des sionistes chrétiens sont des protestants évangéliques, et cette déclaration est le signe d’une conflictualité croissante entre ces obédiences opposées.

"L’agenda sioniste chrétien campe une vision du monde dans laquelle l’Evangile est identifié à l’idéologie impériale, au colonialisme et au militarisme", affirme la déclaration, qui accuse les sionistes chrétiens de porter atteinte aux fragiles espoirs de paix au Moyen-Orient.

"Nous rejetons les enseignements du sionisme chrétien, qui facilitent et soutiennent cette politique, en mettant en avant l’exclusivisme racial et la guerre perpétuelle", ajoute cette déclaration.


Les trois principales organisations sionistes chrétiennes de Jérusalem ont répliqué, dans un communiqué, qu’elles étaient inquiètes du "ton alarmiste" de la déclaration, qu’elles ont jugé très éloignée de la "Vérité".

Les sionistes chrétiens insistent sur les racines juives du christianisme.

Certains parmi eux soutiennent le mouvement de colonisation de la Cisjordanie, berceau de la civilisation juive [re-re-sic], que les Palestiniens [re-re-re-sic] revendiquent pour y établir une partie de leur Etat indépendant.


http://www.ism-france.org/news/article.php?id=5458&type=communique&lesujet=Sionisme
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
P-A-P



Nombre de messages : 375
Date d'inscription : 20/04/2006

MessageSujet: Re: Instrumentalisation de religions, idéologie et autres...   Dim 14 Jan - 14:03

La Vatican condamne le christianisme sionisme!!!

Citation :
Holy Land churches, and The Vatican's envoy, attack Christian Zionism
Reuters - Wash. Post [/url]| Matthew Tostevin[/size]

http://freerepublic.com/focus/f-news/1693296/posts

Les sionistes pas content!

Citation :
Christian Zionists angry over slur
By [email]ETGAR LEFKOVITS[/email]





The leaders of three Jerusalem-based Christian Evangelical organizations on Monday voiced distress over a recent proclamation by the Latin Patriarch and the heads of three other churches in Jerusalem issuing a stinging and virtually unprecedented public criticism of Christian Zionism and their unflinching support for the State of Israel.

http://www.jpost.com/servlet/Satellite?cid=1154526003849&pagename=JPost%2FJPArticle%2FShowFull
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
P-A-P



Nombre de messages : 375
Date d'inscription : 20/04/2006

MessageSujet: Re: Instrumentalisation de religions, idéologie et autres...   Dim 14 Jan - 14:16

Le sionisme Chrétien mis a jour!

Citation :
christian Zionism Exposed

A Biblical rebuttal of the 'doctrine' of christian Zionism


http://christianzionismexposed.blogspot.com/2006_09_01_christianzionismexposed_archive.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
P-A-P



Nombre de messages : 375
Date d'inscription : 20/04/2006

MessageSujet: Re: Instrumentalisation de religions, idéologie et autres...   Dim 14 Jan - 14:36

Petit commentaire d'un père Catholique au sujet du conflit Israelo-Palestinien!

Citation :
The intrepid Catholic priest, Father John O'Connor, discusses how an American reporter was shocked by intentional Israeli provocation of Palestinian children. He also mentions other irrational behavior by Jews in Israel and "hate speech" laws advocated by Jewish US Senators.

This is from a video titled "End of the World" and is available from www.catholiccounterpoint.com and is posted here with permission from jmaffei@verizon.net

http://www.youtube.com/v/oGub_NUa0W0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
P-A-P



Nombre de messages : 375
Date d'inscription : 20/04/2006

MessageSujet: Re: Instrumentalisation de religions, idéologie et autres...   Lun 2 Juil - 15:01

La crise de Palestine en ce moment... les frères muslmans derrière ça?

Citation :
Israël, Etat d’apartheid à stratégie de domination machiavélique
samedi 17 février 2007

Tobias Salander
--------------------------------------------------------------------------------

Divide et impera, divise et règne - telle est la devise, vieille comme le monde, suivie par tous les stratèges avides de pouvoir.

Comment l’alliance Etats-Unis/Royaume-Uni/Israël instrumentalise le Hamas et le Fatah
Divide et impera, divise et règne - telle est la devise, vieille comme le monde, suivie par tous les stratèges avides de pouvoir. Si l’on veut s’emparer illégalement d’un territoire, pour en exploiter les richesses, en faire une tête de pont ou réaliser une ancienne prophétie, il est recommandé d’étudier la situation sur place, d’examiner les ethnies qui peuplent ledit territoire, de repérer tous leurs petits désaccords et conflits - lesquels ont la plupart du temps été résolus sans grandes effusions de sang. Ensuite, on passe à l’action. On lance des rumeurs, incite à la haine, sème la discorde, finance des commandos de tueurs qui commettent des atrocités, arme les deux camps, les pousse à la violence, les rend tous les deux dépendants de soi, crée le chaos, téléguide en douce le développement de la crise, ouvre de nouveaux fronts, entraîne d’autres groupes dans le tourbillon des destructions et des massacres, jusqu’à ce que la situation devienne confuse au point que tout le monde appelle à l’aide. C’est le moment où notre stratège se pose en médiateur susceptible d’apporter la paix, soit directement avec ses propres troupes ou par le biais de gouvernements fantoches bien dociles.

Nos manuels d’histoire abondent en exemples de ce machiavélisme brutal. Les anciens Romains connaissaient déjà cette stratégie et les peuples soumis savaient la percer à jour. A l’époque déjà, la révélation des intrigues était le plus efficace moyen d’autodéfense. « Les plus grands brigands de la terre sont les Romains » : c’est ce que pensait un habitant de la Britannia [Angleterre]. Ce qui, en combinaison avec d’autres facteurs, a provoqué finalement la chute de l’Empire romain, c’était la surestimation systématique de ses propres forces et le fait de confier les opérations de guerre aux peuples autrefois vaincus. Mais cela n’a en rien diminué ou réparé les souffrances des victimes.

Tragédies vécues par la population
Cela appartient-il au passé ? Si l’on examine notre globe en ce début de 2007, on constate que la même tactique est à l’œuvre dans les innombrables régions en crise : On impose aux habitants et aux pays une dépendance économique totale et si ces « sous-hommes » tout juste bons à être exploités se montrent récalcitrants, on recourt à la force. C’est ce qui s’est passé ces derniers temps surtout en Yougoslavie, en Afghanistan et en Iraq, et depuis des décennies au Proche-Orient. Ce sont toujours les mêmes tragédies pour les populations qui ont la malchance d’habiter un territoire qui provoque l’avidité déchaînée de puissants dévorés par la soif de pouvoir et par un messianisme apocalyptique. Prenons pour exemple la bande de Gaza. C’est la plus grande prison « à ciel ouvert » de la planète, un immense ghetto où plus d’un million d’êtres humains sont réduits à végéter dans un tout petit espace. Le monde entier sait ce qui se passe et laisse faire. Jean Ziegler, dans un de ses livres, a parlé d’« Empire de la honte ». Et ces malheureux ne sont guère au bout de leurs souffrances. Le pire, c’est que ce « gigantesque camp de concentration » (Michael Warschawski) est au bord d’une guerre civile sanglante opposant deux entités dont on aurait dû depuis longtemps étudier l’histoire. D’un côté, on a le Hamas et de l’autre le Fatah. Là les prétendus fondamentalistes islamiques et ici les combattants laïques pour la libération de la Palestine et, à l’arrière-plan des deux factions, des forces qui, si elles ne les ont pas vraiment créés, les soutiennent depuis le début. La Fraternité musulmane, invention de l’Empire britannique

C’est grâce à Robert Dreyfuss, auteur américain du livre fondamental intitulé Devil’s Game - How the United States Helped Unleash Fundamentalist Islam (Jeu infernal ou Comment les Etats-Unis ont contribué au développement de l’Islam fondamentaliste) que l’on sait aujourd’hui comment les Britanniques, au sein de leur Empire, ont facilité la création et le développement de fraternités musulmanes et comment, plus tard, les Etats-Unis et Israël ont joué cette carte pour lutter contre toutes les aspirations laïques, sociales et autonomistes du monde arabe. Aussi Israël a-t-il encouragé Ahmed Yassin, le leader des Frères musulmans dans les territoires occupés, à fonder le Hamas, dans le but de réduire l’influence du Fatah. Comme le montre Dreyfuss, Israël a ainsi, en collaboration avec la Jordanie, créé un véritable monstre qui a assassiné, depuis les années 90, des cen-taines de juifs (p. 191).

Les origines du Hamas, Mouvement de la Résistance islamique, remontent aux années 30 du siècle dernier (p. 191). La Fraternité musulmane aurait, téléguidée par les Britanniques, rassemblé des musulmans foncièrement anti-communistes qui combattaient toute forme de panarabisme.

Cette même Fraternité proposa, dans une prise de position écrite de 1957, que les frères palestiniens fondent une organisation à part, parallèle à la leur, dépourvue de tendance ou programme islamique, mais dont l’objectif déclaré serait la libération de la Palestine (p. 194). La Fraternité fonda alors la Ligue des étudiants palestiniens, dont quelques leaders, comme Yasser Arafat, Salah Khalaf et les frères Hassan, se détournèrent par la suite de l’islamisme en formant le noyau de la future OLP (p. 194).

Scission au sein du Mouvement palestinien : les Frères musulmans contre le Fatah
Cette évolution mena à la scission du Mouvement palestinien : d’un côté les nationa-listes, préconisant l’autodétermination, qui fon-dèrent, entre 1958 et 1959, le Mouvement de libération nationale ou Fatah ; de l’autre les islamistes restés fidèles à la Fraternité musulmane qui, en 1960, se dressèrent ouvertement contre le Fatah (cf. p. 194).

En 1965, le Fatah commença à mener des attaques de guérilla contre Israël et fit de nombreux adeptes en raison de sa politique d’autodétermination. Par contre, la Fraternité perdit beaucoup de partisans : elle comptait dans la bande de Gaza, en 1967, avant la guerre des Six-Jours, à peine 2000 membres. Tandis qu’en Cisjordanie, le royaume de Jordanie tolérait l’existence de la Fraternité, elle fut opprimée à Gaza par le président égyptien Nasser.

Après la guerre des Six-Jours, Israël misa totalement sur la Fraternité, libéra Ahmed Yassin de la détention que l’Egypte lui avait imposée et fit de lui et de son organisation un fer de lance contre l’OLP, l’Organisation pour la Libération de la Palestine, fondée en 1964, dont la faction la plus influente était le Fatah (p. 195), et cela en Cisjordanie, dorénavant occupée par les Israéliens, et dans la bande de Gaza. La population palestinienne connut alors une forte islamisation : le nombre de mosquées, par exemple, passa, entre 1967 et 1987, de 200 à 600 dans la bande de Gaza, et de 400 à 750 en Cisjordanie (p. 195). En 1973, Yassin, sous le regard à la fois -attentif et bienveillant des services secrets intérieurs israéliens, le Shin Bet, fonda le Centre islamique, préfiguration du Hamas. En 1978, le gouvernement de droite dirigé par Begin reconnut l’organisation de Yassin qui avait été rebaptisée Association islamique.

En 1987, un ancien journaliste du New York Times révéla qu’Israël soutenait financièrement les Islamistes contre l’OLP (p. 196). Yassin déclara que l’OLP était laïque et ne pouvait être acceptée si elle ne devenait pas islamique. Mais islamiser les Palestiniens s’avéra une entreprise malaisée car parmi eux, il y avait beaucoup de chrétiens et, de plus, les Palestiniens passaient, dans le monde arabe, pour la population la plus moderne, la plus cultivée et la plus orientée vers l’Occident (p. 197). Les Etats-Unis, qui avaient percé à jour le double jeu des Israéliens, l’observaient sans la moindre réaction.

La droite israélienne soutient le Hamas
En 1987, Israël a accueilli la création du Hamas avec bienveillance, de même qu’il soutenait, avec la Jordanie, la lutte de la Fraternité musulmane contre la Syrie, selon la devise : « L’ennemi de mon ennemi est mon ami ». En Afghanistan, Israël fit le même choix en encourageant le djihad contre les Soviétiques ; et il alla jusqu’à soutenir l’Iran, « le cœur militant du Mouvement islamique » pendant sa guerre contre l’Iraq (p. 206). En Israël, ce sont avant tout les partis d’extrême droite qui soutenaient la Fraternité musulmane, tandis que la gauche recherchait plutôt une entente avec l’OLP (p. 206). Ainsi, dans les années 80, la Fraternité musulmane a surtout combattu l’OLP et non pas Israël (p. 207) ! Quant aux spécialistes du monde arabe et aux élites plutôt anti-israéliennes du Pentagone, ils n’étaient pas du tout satisfaits de la montée du Hamas et voulurent se charger du dossier, mais les amis d’Israël au sein de l’administration Reagan les en empêchèrent (p. 208 sqq.).

L’OLP, sous Arafat, n’a jamais douté que le Hamas était une création israélienne (p. 209). Pendant la première Intifada (de 1987 à 1993), parmi ceux qui prirent les armes contre Israël, se trouvaient également des militants du Hamas. En même temps, le Hamas, par ses attentats ciblés, torpillait tous les efforts de paix de l’OLP et du parti travailliste israélien, ce qui faisait naturellement le jeu politique du bloc du Likoud (p. 209 sqq.). A partir de 1993, c’est précisément cette suite de provocations et de contre-provocations entre le Hamas et le Likoud qui coupa court à toute tentative de paix (p. 210). Le massacre perpétré par Baruch Goldstein dans une mosquée, les attentats-suicides du Hamas et l’assassinat de Rabin par un extrémiste juif préparèrent le terrain à la victoire électorale du Likoud dirigé par Netanyahou, l’électorat étant anxieux (p. 210). C’est le moment où le leader du Hamas, Ahmed Yassin, fut libéré de la prison où il était détenu depuis 1989. Il ne tarda pas à mobiliser massivement ses partisans contre le processus de paix d’Oslo et contre l’OLP, à la grande satisfaction du bloc du Likoud (p. 211).

La gauche israélienne préfère le Fatah
Un phénomène semblable s’est produit en 2000 avec la promenade provocatrice de Sharon sur le Mont du Temple qui a déclenché la deuxième Intifada (2000-2004), organisée notamment par la Fraternité musulmane (p. 211). Le bain de sang a provoqué la victoire électorale du « boucher de Sabra et Chatila ».

Arafat se trouva alors entre Sharon et le Hamas comme entre le marteau et l’enclume : Les islamistes commettaient des attentats épouvantables et Sharon frappait l’OLP, rendant Arafat responsable des attentats du Hamas (p. 211).

Bush et Sharon marginalisèrent Arafat et permirent ainsi au Hamas de prendre de l’extension. Selon des sondages, en 1996 seuls 15% des Palestiniens étaient favorables au Hamas, en 2000, ils étaient 17%, mais en 2001 ils étaient 27% et en 2002 déjà 42% ! (p. 211 sqq.)

Au moment où l’OLP et le Hamas se sont mis d’accord sur l’arrêt des attentats, Sharon donna l’ordre de tuer un dirigeant du Hamas. Le quotidien juif Yediot Achronot écrivit avec pertinence : celui qui a donné l’ordre de tuer était pleinement conscient que cela détruirait le gentleman’s agreement entre le Hamas et l’OLP (p. 212). Quand Yassin a été victime d’un « assassinat ciblé » en 2004, le nombre des adhérents du Hamas continua à augmenter. Et lorsque Sharon décida le retrait de la bande de Gaza, l’OLP était tellement affaiblie après la mort d’Arafat que le Hamas a pu monter en puissance et combler le vide (p. 212). C’est ainsi que le Hamas, après avoir été une création d’Israël et l’ennemi juré de l’OLP, est devenu l’ennemi principal d’Israël en Cisjordanie et dans la bande de Gaza. Telle est la conclusion de Dreyfuss (p. 212).

[...]

http://www.info-palestine.net/article.php3?id_article=849
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
P-A-P



Nombre de messages : 375
Date d'inscription : 20/04/2006

MessageSujet: Re: Instrumentalisation de religions, idéologie et autres...   Lun 2 Juil - 15:03

Suite...

Citation :
Echange de rôles entre le Hamas et le Fatah ?
Si le rôle du Hamas, manipulé par Israël, a été suffisamment mis en lumière, la question se pose de savoir dans quelle mesure l’OLP et le Fatah étaient sous Arafat, et sont encore téléguidés par les USA et Israël.

Selon Khaled Meschaal, un des fondateurs du Hamas, physicien et aujourd’hui sur la liste noire du Mossad, qui vit (dans la clandestinité) en Syrie, ce n’est pas un secret que l’appareil de sécurité du Fatah palestinien est équipé et formé par la CIA. Le fait que les livraisons d’armes et la formation des troupes spéciales, c’est-à-dire des escadrons de la mort, continuent, a été à nouveau évoqué récemment par les médias internationaux (par exemple Echo der Zeit - DRS 1 - du 22 décembre 2006) mais Meschaal doute que le Fatah forme un bloc compact. Il y a en son sein pas mal de gens qui sont favorables à la résistance contre le régime sioniste d’Israël (Junge Welt du 16 décembre 2006). Meschaal s’oppose également à l’idée de Robert Dreyfuss et au préjugé général propagé dans le monde occidental selon lesquels le Hamas serait un groupement de fanatiques religieux. Au contraire, le Hamas pratique la tolérance à l’égard de tous les groupes et il ne connaît pas la corruption. C’est pourquoi il a obtenu les suffrages de la population palestinienne lors d’élections libres. Et Meschaal sur le fait que le Hamas ne lutte pas contre Israël parce que des juifs y vivent mais parce qu’il continue à occuper la Palestine, acte contraire au droit international, comme Norman Finkel-stein le souligne également (cf. son interview dans cette édition). D’après le droit international, la résistance contre un envahisseur n’est pas du terrorisme, mais un acte légal de défense et de reconquête.

Arafat par la grâce du Mossad et de la CIA ?
Michael Warschawski, pacifiste israélien et antisioniste, conclut également que le gouvernement israélien actuel essaie de provoquer une guerre civile en Palestine. « C’est donc une guerre civile politique que les stratèges israéliens et américains ont essayé de fomenter, en posant à Yasser Arafat l’éradication du terrorisme comme l’une des exigences du processus d’Oslo. Mais, rapidement, et une fois les réseaux neutralisés, l’exigence s’est transformée en ‘éradication de l’infrastructure terroriste’, autre façon de dire que l’Autorité palestinienne devait écraser le mouvement Hamas. »

Mais Warschawski rend aussi hommage à Arafat, qui s’est refusé fermement à fomenter une guerre civile :

« Sur cette question, plus encore que sur d’autres, Yasser Arafat a été intransigeant, répétant à qui voulait l’entendre que la Palestine ne serait pas l’Algérie, et qu’il ne fomenterait pas une guerre civile entre ‹islamistes› et ‹laïques›. La neutralisation de Yasser Arafat, à partir de 2001, a été le résultat de ce refus de fomenter une guerre civile inter-palestinienne. » (Michel Warschawski. Palestine : diviser pour mieux régner ? du 18 novembre 2006).

Mohammed Dahlan, un Ahmed Jalabi palestinien ?
Arjan El Fassed évoque également, dans Electronic Intifada du 20 décembre, les tentatives d’Israël et des USA pour armer le Fatah et former des escadrons de la mort destinés à assassiner des chefs du Hamas. Il mentionne Mohammed Dahlan comme étant une sorte d’Ahmed Jalabi palestinien (Jalabi a été président du Congrès national irakien à la botte des USA puis vice-président irakien), qui a négocié avec les USA et Israël la prise de contrôle de la bande de Gaza après le retrait des Israéliens. En 2002 déjà, le ministre israélien de la Défense Benjamin Ben-Eliezer déclarait devant la Knesset qu’il avait proposé à Dahlan le contrôle de Gaza. En 1994, Dahlan aurait conclu à Rome un accord avec les militaires et les services secrets israéliens pour endiguer le Hamas. Seulement, depuis peu, Dahlan serait retourné dans le premier cercle du pouvoir autour du président Mahmoud Abbas. Actuellement, il est accusé par le Hamas de préparer un attentat contre le chef du Hamas Ismail Haniya. Le fait que Dahlan ait été présent lors d’une rencontre avec la ministre des Affaires étrangères américaine Condoleezza Rice à Jéricho - l’endroit où les USA entraînent les « troupes spéciales » d’Abbas (DRS 1 du 22 décembre) - et lors de rencontres avec Javier Solana, Haut Représentant de l’UE pour la politique étrangère et de sécurité commune, et le ministre des Affaires étrangères allemand, montre que l’Occident compte sur lui.

L’infamie de Rabin et l’autocratie d’Arafat
Chez Rupert Neudeck également, Arafat et le Fatah apparaissent sous un jour sinistre. Le fondateur de Cap Anamur (organisation des « Médecins d’urgence allemands ») qui a été récompensé plusieurs fois pour son engagement humanitaire, écrit dans son livre intitulé Ich will nicht mehr schweigen. Über Recht und Gerechtigkeit in Palästina (Je ne veux plus me taire. Droit et justice en Palestine) que le système Arafat ne s’est effondré qu’après la mort du leader le 5 novembre 2004 : « Le plus terrible pour Arafat est qu’il s’était engagé en faveur d’un « processus de paix » qui a abouti - comme Amira Hass n’a cessé de l’écrire dans ses articles et ses livres - à un déclin économique et politique. Israël a exercé, suite aux traités, un contrôle croissant sur la vie des Palestiniens et a divisé le territoire en petites enclaves isolées les unes des autres. Et même sous Rabin, qui était très respecté, l’établissement de colonies a été poursuivi sans retenue » (p. 239).

Selon Neudeck, le processus d’Oslo a rendu la vie des Palestiniens plus pénible et a été suivi par Arafat pour des motifs égoïstes : « Arafat s’était accommodé du processus d’Oslo pour conserver son pouvoir. La répression par la police et les services secrets sous le contrôle d’Arafat a abouti à l’emprisonnement de tous les dissidents qui critiquaient Arafat. [...] Le système Arafat était un régime autocratique » (p. 242). Cela fait pitié de voir tout un peuple souffrir depuis des décennies d’un calcul politique et de la vanité d’un homme et être finalement précipité dans une guerre civile provoquée et financée par Israël et les Etats-Unis. Les victimes sont des gens qui, depuis presque 60 ans, ont été empêchés de créer leur propre Etat. Selon Ben-Ami, Arafat a trahi et vendu son peuple

Dans un débat entre Norman Finkelstein et l’ancien ministre israélien des Affaires étrangères, Shlomo Ben-Ami,sur le conflit du Proche-Orient, voir l’article dans cette édition), dans lequel Ben-Ami propose un processus de paix entre Israël et la Palestine qui viole de manière flagrante le droit international humanitaire, ce dernier dit d’Arafat qu’il ne s’est jamais vraiment intéressé au destin des réfugiés palestiniens. Le plus important pour lui était Jérusalem. Un jour, Arafat aurait dit au président actuel de l’Autorité palestinienne : « Laisse-moi tranquille avec les réfugiés, ce dont nous avons besoin, c’est de Jérusalem. » Jusqu’à sa mort, Arafat, homme profondément religieux, aurait été membre des Frères musulmans. A Oslo, la conclusion d’un traité n’était pas primordiale pour lui ; il voulait seulement regagner de l’influence dans les territoires occupés. C’est pourquoi il a fait d’importantes concessions à Israël. Pour Ben-Ami, il ne fait aucun doute qu’Arafat a trahi et vendu son peuple.

Le droit humanitaire protège tous les peuples, qu’ils soient élus ou non
Finkelstein insiste tout d’abord sur le fait que le conflit du Proche-Orient doit être considéré avant tout sous l’angle du droit international humanitaire. Le conflit est alors facile à résoudre : Israël doit être reconnu et les Palestiniens obtenir le droit à l’autodétermination en Cisjordanie, dans la Bande de Gaza et dans leur capitale Jérusalem. Du moment qu’Israël a conquis ces territoires par la force, il doit les rendre. Les colonies sont également contraires au droit et devraient être dissoutes. Sur ce point crucial, Finkelstein s’oppose diamétralement à Ben-Ami.

Rabin fait de l’OLP le sous-traitant et le collaborateur d’Israël
Finkelstein montre comment Israël a d’abord combattu l’OLP puis l’a instrumentalisé : en 1981, l’OLP a accepté la solution des deux Etats, ce qu’Israël a refusé. C’est pourquoi ce dernier a décidé d’attaquer le Liban afin de détruire l’OLP. Lorsqu’en 1990 les pays arabes ont supprimé leur aide financière à l’OLP parce qu’elle avait soutenu l’invasion du Koweït par Saddam Hussein, Rabin a eu une idée astucieuse : lancer une bouée de sauvetage à Arafat sous certaines conditions. Finkelstein cite Ben-Ami qui a parfaitement formulé cela : « L’OLP sera le sous-traitant et le collaborateur d’Israël dans les territoires occupés afin de réprimer les authentiques tendances démocratiques des Palestiniens. »

Israël aurait pu négocier dans cette situation avec les véritables représentants des Palestiniens et aurait pu obtenir la solution bi-étatique conformément au droit international, mais au lieu de cela, on a misé sur Arafat qui a lutté pour maintenir sa propre influence et a contesté au peuple palestinien ce que le droit international lui accordait. Arafat a réprimé toute opposition à l’occupation.

Ben-Ami confirme l’idée de Finkelstein selon laquelle Arafat a trompé son peuple. Le droit international ne l’a jamais intéressé. Son système était inefficace et extrêmement corrompu. L’ancien ministre israélien des Affaires étrangères avoue aussi qu’Israël a tout fait pour désintégrer le système palestinien.

La mission de l’Europe est de faire appliquer le droit international
Il devrait être évident maintenant qu’Israël et les USA ont, selon l’ancienne maxime divide et impera, manipulé et dressé l’un contre l’autre le Hamas et le Fatah.

Il ne faut pas oublier que la population palestinienne n’est pas seule à souffrir de cette désolante situation, bien qu’elle en soit la principale victime, surtout dans le camp de concentration de la Bande de Gaza. Il y a également la population israélienne et celle des pays limitrophes qui ne savent pas à quel moment ils seront visés par l’alliance belliqueuse USA/Royaume-Uni/Israël.

L’Europe doit faire entendre sa voix. Et ce n’est pas difficile car la situation est très claire. En juillet 2004, la Cour internationale de justice a décrété en dernière instance qu’Israël devait se retirer complètement de Cisjordanie, de Jérusalem et de la Bande de Gaza. Norman Finkelstein estime qu il n’y a plus aucune discussion à mener sur l’interprétation des Résolutions de l’ONU. Suite à l’avis de la CIJ, la question est claire au regard du droit international.

Selon le politologue français Thierry Meyssan, ce qui a réussi en Afrique du Sud, avec l’aide des Blancs, c’est-à-dire la suppression du régime d’apartheid meurtrier et contraire au droit international, devrait être également possible au Proche-Orient avec l’aide des Israéliens juifs et antisionistes qui refusent l’Etat d’apartheid comme étant inhumain et illégal. L’Afrique du Sud a excellemment montré que cela peut se faire sans entraîner ni bain de sang ni déclin d’un peuple. •

Horizons et débats, 12 janvier 2007, (N°2)

Bibliograpie :

Robert Dreyfuss. Devil’s Game - how the United States helped unleash fundamentalist Islam. New York 2005. ISBN 0-8050-8137-2
Wir wollen Frieden. Entretien avec Chaled Meschaal. Junge Welt du 16/12/2006
Michel Warschawski. Palestine : diviser pour mieux régner ? du 18/11/2006
Arjan El Fassed. "Who is Mohammad Dahlan ?" Electronic Intifada du 20/12/2006
Rupert Neudeck. Ich will nicht mehr schweigen. Über Recht und Gerechtigkeit in Palästina. Neu-Isenburg 2005, ISBN 3-937389-73-3
Norman Finkelstein & Former Israeli Foreign Minister Shlomo Ben-Ami - Débat, en français dans cette édition)

http://www.info-palestine.net/article.php3?id_article=849
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Instrumentalisation de religions, idéologie et autres...   

Revenir en haut Aller en bas
 
Instrumentalisation de religions, idéologie et autres...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Sources de calcium - pour Melplan (et les autres !lol)
» ce que j'attends des autres
» Histoires, archéologie et anthropologie.
» Economie du livre et des autres formes d’édition
» L'archéologie préventive.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Égalitariste-complémentaire :: Brisons le silence autour des enjeux cachés :: Brisons le silence autour des enjeux cachés-
Sauter vers: