Égalitariste-complémentaire

Égal ne veut pas dire semblable
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Au féminisme, préférons l'humanisme!

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
P-A-P



Nombre de messages : 375
Date d'inscription : 20/04/2006

MessageSujet: Au féminisme, préférons l'humanisme!   Sam 2 Déc - 3:04

Smile

Citation :
Au féminisme préférons l'humanisme
......................................................................................................"C'est le droit des femmes de donner une expression politique aux sentiments et aux pensées que la vie sociale fait naître en elles." Jean Jaurès

"Babette, je la lie, je la fouette et parfois elle passe à la casserole", crème fraîche ; "Monique Ranou c'est si bon de faire confiance à une femme", jambon ; "Offrez lui une boucle d'oreille qui parle à Noël", Bouygues Télécom ; "Marie, l'amour ça se cuisine tous les jours", quiches. Alors que, le droit de vote des femmes (1945), possibilité pour les femmes d'ouvrir un compte en banque sans l'autorisation de leur mari (1967), la pilule contraceptive (1967), la puissance paternelle supprimée au profit de l'autorité parentale (1970), l'avortement : (1975), dépénalisation de l'adultère de l'épouse (1975), la parité (1999).


Depuis l'Antiquité, la femme et la mère ne font qu'une, la femme n'est que mère, indispensable parce que reproductrice. Jean-Jacques Rousseau est le premier à évoquer l'amour maternel et l'existence du lien filial entre la mère et l'enfant; dès lors, la mère n'est plus l'Unique Mammifère Reproducteur mais un être indispensable à l'éducation de l'enfant. Deux siècles plus tard, Simone de Beauvoir écrit Le deuxième sexe, qui fait l'effet d'une véritable bombe tant au sein de la gente masculine qu'auprès de ce qui était encore appelé le sexe faible. Pour la première fois, la femme et la mère ne sont plus la même, la femme peut choisir d'être mère. Le Mouvement de Libération de la Femme et son fameux "levons nous, femmes esclaves", terrorisent une société ultra-conservatrice par son arrogance et son envie irrépressible de se battre et d'exclure les hommes.

Malgré quelques avancées, le chemin vers l'égalité est long : à diplôme égal, salaire moindre, discrimination à l'embauche, disparité dans la répartition des tâches domestiques et parentales( l'INSEE a cherché en vain le "nouveau-père "). Quelques jeunes militantes politiques regrettent d'ailleurs le temps où les femmes criaient "asservies, humiliées, les femmes achetées, vendues, violées" et fondent leur militantisme féministe sur une certaine forme de celui de 1968, violent, anti-homme et profondément inégalitaire.. Permettez moi de vous dire que vous vous trompez de combat, ce n'est pas par le féminisme de 1968 que nous obtiendrons la place qui nous est due dans la société, ce n'est pas par l'exclusion des hommes que nous percerons le monde du travail et le monde politique, ce n'est pas en créant des "commission femmes" interdites aux hommes au sein du premier syndicat étudiant que l'égalité entre homme et femme verra le jour. Le temps du conflit est mort, celui de la réforme est né, c'est pourquoi il nous faut soutenir une mesure comme la parité qui permet aux femmes de montrer qu'elles sont aussi capables de gérer un ministère, que de présider une grande entreprise sans être hystériques pour autant.

Par contre que les femmes ET les hommes se révoltent contre quelques publicités scandaleuses ne peut être que salutaire. Celles de Kookaï se trompent de message, en montrant les hommes comme des êtres à mépriser, celles de la lingerie Aubade (tant appréciées par certains...) perpétuent une image fausse et vieillote en ne présentant la femme que comme un unique objet de plaisir. Or tous ces messages font parties de l'inconscient collectif, ils laissent pour la plupart indifférents, ils font rire, au pire ils agacent. Mais comment expliquer aux "jeunes gens" qu'une femme n'est pas obligée de cuisiner des Panzani pour garder son mari ? Comment expliquer qu'il y a un modèle familial à réinventer lorsque publicités après publicités elles jouent les wonder-woman à la fois mères, cuisinières, femmes et travailleuses ?

Mais parce que le féminisme suppose une supériorité de la femme sur l'homme, il ne doit plus être le porte-drapeau de la renvendication pour le droit des femmes. Parce que ce droit est le garant d'un monde plus démocratique, il ne doit pas uniquement être porté par les femmes, mais par la société dans son ensemble. Nous avons donc plusieurs rôles à jouer, dire aux féministes d'aujourd'hui que leur lutte est vaine, montrer aux hommes que le droit des femmes les concerne, engager des réformes législatives plus larges et dire surtout à tous, que l'on peut revendiquer des droits sans être féministe, et que ce militantisme en vaut bien d'autres...


Sarah Proust


http://pluriel.free.fr/feminisme.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Au féminisme, préférons l'humanisme!
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Démocratie, Humanisme et Capitalisme
» le féminisme
» Charte Internationale pour la Terre et l'Humanisme
» Pour vous, qu'est ce que le féminisme?
» L'Argent-Dette

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Égalitariste-complémentaire :: Brisons le silence autour des enjeux cachés :: Brisons le silence autour des enjeux cachés-
Sauter vers: