Égalitariste-complémentaire

Égal ne veut pas dire semblable
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 GARDE PARTAGÉE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Action



Nombre de messages : 190
Date d'inscription : 15/04/2006

MessageSujet: GARDE PARTAGÉE   Dim 16 Avr - 0:37

Un paquet d'études sur les bienfaits de la garde partagée (désolé c'est en anglais)

A. Luepnitz. Maternal, paternal and joint custody: A study of families after divorce. Doctoral thesis 1980. State University of New York at Buffalo. UMI No. 80-27618. Luepnitz studied single parent custody and joint custody. Most single parent children were dissatisfied with the amount of visitation they had, whereas the children of joint custody arrangements seemed reasonably happy with their exposure to both their parents. The quality of the parent-child relationship was determined to be better for joint custody. (The ncp-child relationship is described as more like an aunt or uncle - child relationship.)

S.A. Nunan. Joint custody versus single custody effects on child development. Doctoral thesis 1980. California School of Professional Psychology, Berkeley, UMI No. 81-10142 Nunan compared 20 joint custody children (ages 7-11) with 20 age-matched children in sole maternal custody. All families were at least two years after separation or divorce. Joint custody children were found to have higher ego strengths, superego strengths and self-esteem than the single custody children. The joint custody children were also found to be less excitable and less impatient than their sole custody counterparts. For children under four at the time of separation the differences were very small.

B. Welsh-Osga. The effects of custody arrangements on children of divorce. Doctoral thesis 1981. University of South Dakota. UMI No. 82-6914. Welsh-Osga compared children in intact families with joint custody and single custody families. Age range 4 1/2 to 10 years old. Children from joint custody were found to be more satisfied with the time spent with both parents. Parents in joint custody were found to be more involved with their children. (Joint custody parents found to be less overburdened by parenting responsibilities than sole custody parents.) Children from all four groups (intact families, sole maternal, sole paternal, joint custody) were found to be equally well adjusted by their various standardized measures.

D.B. Cowan. Mother Custody versus Joint Custody: Children`s parental Relationship and Adjustment. Doctoral Thesis 1982. University of Washington. UMI No. 82-18213. Cowan compared 20 joint custody and 20 sole (maternal) custody families. Children in joint physical custody were rated as better adjusted by their mothers compared with children of sole custody mothers. The children`s perceptions in sole custody situations correlated with the amount of time spent with their father! The more time children from sole maternal custody spent with their fathers, the more accepting BOTH parents were perceived to be, and the more well-adjusted were the children.

E.G. Pojman. Emotional Adjustment of Boys in Sole and Joint Custody compared with Adjustment of Boys in Happy and Unhappy Marriages. Doctoral thesis 1982. California Graduate Institute. UMI No. ? Pojman compared children in the age range 5 to 13 years old. Boys in joint custody were significantly better adjusted than boys in sole maternal custody. Comparing boys in all groups, boys in joint custody compared very similarly to boys from happy families.

E.B. Karp. Children`s adjustment in joint and single custody: An Empirical Study. Doctoral thesis 1982. California school of professional psychology, Berkeley. UMI No. 83-6977. Age range of children 5 to 12 years, studying early period of separation or divorce. Boys and girls in sole custody situation had more negative involvement with their parents than in joint custody situation. There was in increase reported in sibling rivalry reported for sole custody children when visiting their father (ncp). Girls in joint custody reported to have significantly higher self-esteem than girls in sole custody.

D.A. Luepnitz. Child Custody: A Study of Families after Divorce. Lexington Books 1982. A summary of the thesis in book form.

J.A. Livingston. Children after Divorce: A Psychosocial analysis of the effects of custody on self esteem. Doctoral thesis 1983. University of Vermont. UMI No. 83-26981. Comparative study of children in mother sole custody, father sole custody, joint custody with mother primary, joint custody with father primary. Children in joint custody situations were found to be better adjusted than children in sole custody situations.

L.P. Noonan. Effects of long-tern conflict on personality functioning of children of divorce. Doctoral thesis 1984. The Wright Institute Graduate School of Psychology, Berkeley. UMI No. 84-17931. Long-term effects were studied in joint custody, sole maternal custody and intact families. Children in joint custody families were found to be more active than in sole custody families or intact families. In low conflict situations children did better (demonstrated less withdrawal) than in either sole custody or intact families.

V. Shiller. Joint and Maternal Custody: The outcome for boys aged 6-11 and their parents. Doctoral thesis 1984. University of Delaware. UMI No. 85-11219. The thesis compares 20 boys in joint custody with 20 matched boys in sole maternal custody. A number of tests were used. Boys from a joint custody environment were found to be better adjusted than boys from a sole custody environment.

Joint Custody and Shared Parenting. (Collection of Papers) Published by Bureau of National Affairs, Association of Family and Conciliation Courts. Ed. Jay Folberg. 1984

M.R. Patrician. The effects of legal child-custody status on persuasion strategy choices and communication goals of fathers. Doctoral Thesis 1984. University of San Francisco. UMI No. 85-14995. 90 fathers were questioned regarding how unequal recognition of parental rights might encourage conflict. Joint legal custody was found to encourage parental cooperation and dis-courage self-interest. Sole custody in both custodial AND non-custodial status encouraged punishment-oriented persuasion strategies. Unequal custody power was perceived as inhibiting parental cooperation by BOTH parents.

G.M. Bredefeld. Joint Custody and Remarriage: its effects on marital adjustment and children. Doctoral Thesis. California School of Professional Psychology, Fresno. UMI No. 85-10926 Both sole and joint custody children adjusted well to the remarriage of their parent; no significant difference found between the groups. The parents of joint custody situations, however, expressed more satisfaction with their children and indicated that they appreciated the time alone with their new spouse. Sole custody children also reported seeing their father less often after remarriage of the mother; this did not happen in joint custody situations.

B.H. Granite. An investigation of the relationships among self-concept, parental behaviors, and the adjustment of children in different living arrangements following a marital separation and/or divorce. Doctoral thesis 1985. University of Pennsylvania, Philadelphia. UMI No. 85-23424. Parents in sole custodial homes (both maternal and paternal) were perceived as using psychological pressure techniques to control children. e.g. inducing guilt. However, in joint custody homes, the perception of the children was that such techniques were seldom used. No difference in self-concept was detectable among the different homes. Children`s ages 9-12 years. 15 joint, 15 maternal sole, 15 paternal sole.

S. Handley. The experience of the child in sole and joint custody. Doctoral thesis 1985. California Graduate School of Marriage and Family Therapy. Joint custody children more satisfied than sole custody children.

S.M.H.Hanson. Healthy single parent families. Family Relations v.35, p.125-132, 1985. 21 joint custody and 21 sole custody families compared. Mothers in joint custody found in better mental health. Mothers with sole custody sons had the least amount of social support and mothers with joint custody of sons had the most. Joint custody mothers reported best child-parent problem solving of all.

S. A. Wolchik, S. L. Braver and I.N. Sandler. J. of Clinical Child Psych. Vol. 14, p.5-10, 1985. Self-esteem found higher in children of joint custody. Children in joint custody report significantly more positive experiences than children of sole maternal custody.

P. M. Raines. (Misplaced reference) Paper describes a survey of 1,200+ children whose parents are in process of divorcing. Children wishing to live with both parents given as a function of age: under age 8, 90%; age 8 - 10, 76%, age 10 - 12, 44%. 1985 paper.

J. Pearson and N. Thoennes. The Judges Journal, Winter, 1986. Will this Divorced Woman Receive Support? Your Custody Decision may determine the Answer. Child support compared among sole custody and joint custody. Joint custody shown to produce much better compliance in child support payments to the mother.

J.S. Wallerstein and R. McKinnon. Joint Custody and the Preschool Child. Behavioral Sciences and the Law, v.4, p.169-183, 1986. This paper presents joint custody for young children in a negative light, however, it is based on descriptive research not comparative research, having no control or comparison group.

E.E. Maccoby, R.H. Mnookin and C.E. Depner. Post-divorce families: Custodial arrangements compared. American Association of Science, Philadelphia. May 1986. Mothers with joint custody were found to be more satisfied, when compared with mothers in sole custody situation.

P. M. Raines. Joint custody and the right to travel: legal and psychological implications. J. of Family Law, v. 24, 625-656, 1986

P. Neubauer. Reciprocal effects of fathering on parent and child. Men Growing Up. (1986)

J. Schaub. Joint Custodu After Divorce: Views and Attitudes of Mental Health Professionals and Writers. Rutgers University, Doctoral Thesis. 1986. No. 86-14559

V. Shiller. Joint versus maternal families with latency age boys: Parent characteristics and child adjustment. American Journal of Orthopsychiatry, v. 56, p. 486-9, 1986. Interviews with boys as well as with both parents. Age group 6-11. Found boys from joint custody families better adjusted than comparison group of boys from sole maternal custody families.

M.B. Isaacs, G.H. Leon and M. Kline. When is a parent out of the picture? Different custody, different perceptions. Family Process, v.26, p.101-110, 1987. This study compares children from five groups: joint physical custody, joint-legal maternal-physical, joint-legal paternal-physical, sole maternal and sole paternal custody. On their measurement of how children perceive the importance of family members, sole custody children were three times mores likely to omit one parent than joint custody situations.

F.S. Williams. Child Custody and Parental Cooperation. American Bar Assn, Family Law, August 1987. Williams studied high-conflict, high-risk situations. He found that children in sole custody (typically but not exclusively maternal) much more likely to be subject to parental kidnapping and/or physical harm. He found that high-conflict families do better and are more likely to learn cooperative behavior when given highly detailed orders from the judge.

CRC Report: R-103A. Synopses of Sole and Joint Custody Studies. Shows that the preponderance of research supports the presumption that joint custody is in the best interests of children. 1987.


A GOOD REVIEW PAPER: J.B. Kelly. Longer term adjustment in children of divorce: Converging Findings and Implications for Practice. Journal of Family Psychology, v.2, p.112-140, 1988.

M. Zaslow. Sex Differences in children`s response to parental divorce. Paper 1. Research methodology and postdivorce family forms. American J. of Orthopsychiatry. v.58, 355, 1988. Paper 2. Samples, Variables, Ages and Sources. Am. J. Orthopsychiatry, v.59, p118, 1989.

J.S. Wallerstein and S. Blakeslee. Second chances: Men, women and children after divorce. New York,Ticknor and Fields. 1989

M. Kline, J.M. Tschann, J.R. Johnson and J.S. Wallerstein. Children`s adjustment in joint and sole custody families. Developmental Psychology, v. 25, p. 430-435, 1989. This work finds that in non-conflicted joint and sole custody families there is little measurable difference between a child`s behavior in sole or joint custody. (Strangely, this paper states "Some quantitative studies have found no differences in symptomatology between joint and sole custody children", citing work by Luepnitz and also Wolchik, Braver and Sandler. However, Luepnitz pointed out that joint custody children retain a more normal parent-child relationship than sole custody children, Wolchik et al found that joint custody children have significantly more positive experiences and higher self-esteem than sole custody counter-parts!)

Lehrman paper Study of 90 children, equally divided between joint physical, joint-legal maternal, and sole maternal custody. Sole custody children shown to have greater self-hate and perceived more rejection from their fathers. Joint physical and joint legal custody children suffered fewer emotional problems than sole custody children. 1990 paper, have mis-placed reference.

L.M.C. Bisnaire, P.Firestone and D. Rynard. Factors associated with academic achievement in children following parent separation. American J. of Orthopsychiatry. v.60(1), p.67-76, 1990 Visitation found to be a most significant factor in enabling children to maintain pre-divorce academic standards.

J. Pearson and N. Thoennes. Custody after divorce: Demographic and attitudinal patterns. American Journal of Orthopsychiatry, v.60(2), p. 233-249, 1990. Regular visitation shown to be significant in a number of factors explaining positive adjustment patterns.

R.A. Warshak. The Custody Revolution. 1992.

D. Popenoe, Associate Dean for Social and Behavioral Sciences of Rutgers University, co-chairman of the Council on Families in America. "The Controversial Truth: Two-parent Families are Better." Published in Speak out for Children, v.8 Winter 1992-3.

The Best Parent is Both Parents, D.L. Levy, Hampton Roads Publishing Co., Norfolk, Virginia. 1 (800) 677-8707. 1993.


Dernière édition par le Dim 16 Avr - 0:47, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Action



Nombre de messages : 190
Date d'inscription : 15/04/2006

MessageSujet: Re: GARDE PARTAGÉE   Dim 16 Avr - 0:38

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Action



Nombre de messages : 190
Date d'inscription : 15/04/2006

MessageSujet: Re: GARDE PARTAGÉE   Dim 16 Avr - 0:42

RAPPORT DE RECHERCHE

Quand les parents se séparent : nouveaux résultats de l'Enquête longitudinale nationale sur les enfants et les jeunes

2004-FCY-6F

Phase 2 du projet en trois phases commandé par
l'Équipe sur les pensions alimentaires pour enfants du ministère de la Justice du Canada

L'incidence des changements familiaux des parents sur l'environnement familial et le bien-être économique des enfants : perspective longitudinale

Arrow http://canada.justice.gc.ca/fr/ps/pad/reports/2004-FCY-6/index.html#01
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Action



Nombre de messages : 190
Date d'inscription : 15/04/2006

MessageSujet: Re: GARDE PARTAGÉE   Dim 16 Avr - 0:43

DANS LA MAJORITÉ DES CAS, LES ENFANTS ONT PLUS DE CHANCE D’ÊTRE MIEUX ÉQUILIBRÉS DANS UN CONTEXTE DE GARDE CONJOINTE QUE MONOPARENTALE, SELON UNE MÉTA-ANALYSE.


> Le cadre de vie n’est pas aussi déterminant que le temps passé avec le parent.

> WASHINGTON - Les enfants de familles divorcées qui vivent avec soit les deux parents à des périodes différentes, soit passent un certain temps avec chaque parent, sont mieux équilibrés dans la plupart des cas que les enfants vivant et interagissant avec un seul parent, selon une nouvelle étude sur les dispositions de garde et l'équilibre des enfants.

> Le psychologue Robert Bauserman, Ph.D., du département SIDA au ministère de la Santé et des services psycho-sociaux à Baltimore, au Maryland, a réalisé une méta-analyse de 33 études examinant 1,846 cas de garde monoparentale et 814 cas de garde partagée entre 1982 et 1999. Les études ont comparé l'équilibre des enfants en garde conjointe physique ou légale avec des situations de garde monoparentale et 251 familles intactes. La garde partagée était définie soit par la garde physique — où un enfant passe un temps égal ou des périodes de temps substantielles avec les deux parents — ou la garde légale — où un enfant vit principalement avec un des parents, mais où les deux parents participent à tous les aspects de la vie de l'enfant. Cet article apparaîtra dans le numéro de mars du Journal of Family Psychology, publié par l'Association américaine de psychologie (APA).

> Les enfants vivant dans des contextes de garde conjointe avaient moins de problèmes de comportement et de difficultés émotives, avaient une meilleure estime de soi, de meilleures relations de famille et performaient mieux à l’école que les enfants vivant dans un contexte de garde monoparentale. Et ces enfants étaient aussi bien équilibrés que les enfants des familles intactes pour les mêmes mesures, ajoute Bauserman, « probablement parce que la garde conjointe fournit à l'enfant une occasion d'avoir un contact régulier avec les deux parents ».

> Ces conclusions montrent que les enfants ne doivent pas nécessairement vivre dans une situation de garde partagée physique pour manifester un meilleur équilibre, mais doivent surtout passer une période de temps substantielle avec les deux parents, particulièrement avec leur père, affirme Bauserman. De plus, les couples en garde conjointe ont avoué vivre moins de conflits, probablement parce que les deux parents peuvent participer à la vie de leurs enfants de façon équitable en ne passant pas leur temps à se disputer sur des décisions concernant l’éducation des enfants. Malheureusement, la perception existe que la garde partagée est plus nocive, parce qu'elle expose les enfants à de perpétuels conflits parentaux. En fait, les études de cette méta-analyse ont constaté que les parents en garde monoparentale déclaraient des taux plus élevés de conflit.

> Il est important de reconnaître que les résultats ne soutiennent pas la garde conjointe pour toutes les situations. Quand un parent est abusif ou négligent ou a un problème de santé mental ou physique sérieux, la garde unique avec l'autre parent est clairement préférable, dit Bauserman. Les juges, les avocats, les assistants sociaux, les psychologues et autres professionnels oeuvrant dans le domaine du divorce et du litige conjugal doivent prendre connaissance de ces découvertes pour décider adéquatement du meilleur environnement à offrir à un enfant dans une situation de garde.

> En outre, pour traiter du problème de l’influence sur l’équilibre des enfants de la santé émotionnelle des parents, comparée à celle des dispositions de la garde, Bauserman explique que les dispositions de garde semblaient avoir plus d'influence. En contrôlant statistiquement les conflits parentaux passés (qui indiquent le déséquilibre parental), les enfants en garde conjointe étaient toujours significativement mieux équilibrés. Ce résultat fut aussi celui de d'autres études citées dans la méta-analyse de Bauserman. D’autres études fondamentales sont requises, ajoute Bauserman, « sur l’équilibre passé et actuel des parents en garde conjointe et unique avant que l'on puisse répondre complètement à cette question ».

> Article : Child Adjustment in Joint-Custody Versus Sole-Custody Arrangements: A Meta-Analytic Review," Robert Bauserman, Ph.D., AIDS Administration/Department of Health and Mental Hygiene; Journal of Family Psychology, Vol 16, No. 1.




Traduction par Eric Coulombe
www.egalitariste.org





--------------------------------------------------------------------------------

--------------------------------------------------------------------------------




Date: March 24, 2002
Contact: Pam Willenz
Public Affairs Office
(202) 336-5707


CHILDREN LIKELY TO BE BETTER ADJUSTED IN JOINT VS SOLE CUSTODY ARRANGEMENTS IN MOST CASES, ACCORDING TO REVIEW OF RESEARCH
Living Situation Not As Influential As Time Spent With Parent

WASHINGTON - Children from divorced families who either live with both parents at different times or spend certain amounts of time with each parent are better adjusted in most cases than children who live and interact with just one parent, according to new research on custody arrangements and children's adjustment.

Psychologist Robert Bauserman, Ph.D., of AIDS Administration/Department of Health and Mental Hygiene in Baltimore, Maryland conducted a meta-analysis of 33 studies between 1982 to 1999 that examined 1,846 sole-custody and 814 joint-custody children. The studies compared child adjustment in joint physical or joint legal custody with sole-custody settings and 251 intact families. Joint custody was defined as either physical custody - where a child spends equal or substantial amounts of time with both parents or shared legal custody - where a child lives with primarily one parent but both parents are involved in all aspects of the child's life. This article will appear in the March issue of the Journal of Family Psychology, published by the American Psychological Association (APA).

Children in joint custody arrangements had less behavior and emotional problems, had higher self-esteem, better family relations and school performance than children in sole custody arrangements. And these children were as well-adjusted as intact family children on the same measures, said Bauserman, "probably because joint custody provides the child with an opportunity to have ongoing contact with both parents."

These findings indicate that children do not actually need to be in a joint physical custody to show better adjustment but just need to spend substantial time with both parents, especially with their fathers, said Bauserman. Also, joint custody couples reported less conflict, possibly because both parents could participate in their children's lives equally and not spend the time arguing over childcare decisions. Unfortunately a perception exists that joint custody is more harmful because it exposes children to ongoing parental conflict. In fact, the studies in this review found that sole-custody parents reported higher levels of conflict.

It is important to recognize that the results do not support joint custody in all situations. When one parent is abusive or neglectful or has a serious mental or physical health problem, sole-custody with the other parent would clearly be preferable, said Bauserman. The judges, lawyers, social workers, psychologists and other professionals involved in divorce counseling and litigation should be aware of these findings to make informed decisions of what environment is best for a child in a custody situation.

Furthermore, to address the question of how much the parents' emotional health compared with the custody arrangement influenced the children's adjustment, Bauserman explained that custody arrangement seemed to have more influence. By statistically controlling for past parental conflict (which indicates parental maladjustment), the joint custody children still were significantly better adjusted. This result was also found in other studies cited in Bauserman's review. More primary research is needed, said Bauserman, "on the past and current adjustment of joint custody and sole custody parents before this question can be completely answered."

Article: "Child Adjustment in Joint-Custody Versus Sole-Custody Arrangements: A Meta-Analytic Review," Robert Bauserman, Ph.D., AIDS Administration/Department of Health and Mental Hygiene; Journal of Family Psychology, Vol 16, No. 1.

Full text of the article is available from the APA Public Affairs Office or at http://www.apa.org/journals/releases/fam16191.pdf

Robert Bauserman, PhD can be reached by telephone at 410-767-4322 The American Psychological Association (APA), in Washington, DC, is the largest scientific and professional organization representing psychology in the United States and is the world's largest association of psychologists. APA's membership includes more than 155,000 researchers, educators, clinicians, consultants and students. Through its divisions in 53 subfields of psychology and affiliations with 60 state, territorial and Canadian provincial associations, APA works to advance psychology as a science, as a profession and as a means of promoting human welfare.



http://www.apa.org/releases/custody2.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Action



Nombre de messages : 190
Date d'inscription : 15/04/2006

MessageSujet: Re: GARDE PARTAGÉE   Dim 16 Avr - 0:43

Le mercredi 13 juillet 2005

Garde partagée

Des CS peu adaptées à cette réalité

Violaine Ballivy

Le Soleil

Québec

Les commissions scolaires n'ont prévu aucune disposition spéciale pour accommoder les parents se partageant la garde de leurs enfants pendant les vacances. L'inscription à des cours de rattrapage risque ainsi de leur coûter deux fois plus cher qu'aux autres : un enfant peut avoir deux maisons situées dans deux villes, mais pas deux commissions scolaires.


En effet, pour les cours d'été, les CS offrent des tarifs préférentiels à leurs « clients », ces enfants qui fréquentent pendant l'année scolaire leurs établissements qui oscillent autour de 100 $. Pour les autres, « étrangers » ou issus du privé, la facture gonfle de 50 à 125 %. Résultat : tous les élèves qui passeront l'été chez un parent habitant à l'extérieur du territoire de leur CS d'origine devront payer le prix fort.

Gino Chouinard, par exemple, a dû débourser 225 $ pour les cours de rattrapage de son fils, soit presque deux fois et demie le prix proposé à ses voisins. Le hic, c'est que, pendant l'année, le fils de M. Chouinard habite chez sa mère et étudie dans une école secondaire de la Rive-Sud, appartenant à la CS des Navigateurs. Il relève donc de cette CS, et est considéré comme un étranger par la Capitale même si, pendant toute la durée des cours, le jeune homme résidera chez son père, sur le territoire de cette CS. « Il n'y a pas d'entente particulière pour les cas de garde partagée », confirme Carole Coulombe, agente d'information de la CS de la Capitale.


http://www.cyberpresse.ca/actualites/article/article_complet.php?path=/actualites/article/13/2,721,0,072005,1099705.php&skip_inter=1
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Action



Nombre de messages : 190
Date d'inscription : 15/04/2006

MessageSujet: Re: GARDE PARTAGÉE   Dim 16 Avr - 0:44

Children Missing Contact with Both Biological Parents at Risk

Children that are deprived of frequent contact with both their mother and their father have a greater risk of drug abuse, dropping out of school, teenage pregnancy, and many other behavioral and emotional problems. Children whose parents are divorced are at the greatest risk because court ordered visitation does not provide enough contact with the non-custodial parent to reduce the risk of deviant behavior.

(PRWEB) June 12, 2005 -- Children that are deprived of frequent contact with both their mother and their father have a greater risk of drug abuse, dropping out of school, teenage pregnancy, and many other behavioral and emotional problems. Children whose parents are divorced are at the greatest risk because court ordered visitation does not provide enough contact with the non-custodial parent to reduce the risk of deviant behavior.

The American Psychological Association (APA) references a meta-analysis of 33 studies involving 2660 families performed by psychologist Dr. Robert Bauserman of the Department of Health and Mental Hygiene in Baltimore. The results indicated that “children need to spend substantial time with both parents, especially their fathers.” Bauserman goes on to add that children from divorced families who have continued, ongoing contact with both parents have less behavioral and emotional problems, had higher self-esteem, better family relations and school performance, and were as well-adjusted as children from intact families.

Results of a study to determine the importance of biological parent’s contact with their children was conducted by the University of Bristol and published in the Journal of Child Psychology and Psychiatry. The results of the study indicated a direct link between contact with the child’s biological parent and behavioral problems. According to the study, more frequent contact with a child’s biological father after divorce led to fewer adjustment disorders. Having a step-parent did not reduce the risk, meaning that a child’s contact with their natural parent is extremely important in the child’s psychological and emotional development.

Other researchers have had similar findings. K. Alison Clarke-Stewart and Craig Hayward published their findings in the Journal of Applied Developmental Psychology. In their article the researchers explain, “that children--especially daughters--benefit considerably when the parent they are not living with nevertheless does everyday things with the child, from 'shopping, reading, visiting, doing homework, watching TV together,' to 'spending holidays together.' The authors conclude that, for a school-age daughter, this 'doing everyday-type things together' with the parent she is not living with is the only predictor of psychological well-being.” Step parents cannot replace the child’s natural parents, and that relationship should never be offered as a substitution for the loving relationship between a child and their biological parent.

There is concern among some psychological professionals that forcing parents who have been through a contentious divorce to share custody could result in disaster. Indeed, many parents are so focused on their own emotional needs during and after divorce that the emotional needs of the child are neglected all together. The potential for one parent to abuse the emotions of a child and use the children against the other parent in these high conflict divorce cases is high. Parental Alienation Syndrome (PAS) is a syndrome that is induced by a bitter ex spouse in a divorce or post divorce situation. Instead of encouraging a child to continue their loving relationship with the non-custodial parent and reducing the stress of separation an alienating parent attempts to stress the parent-child relationship to the point of destruction. By manipulating the child during this very insecure time to believe the problems that have led to divorce are all the fault of the other parent and instilling the fear that the other parent will not love the child anymore an alienating parent can break the parent-child bond. Once the child begins to believe the alienating parent and starts to show anger and resentment towards the non-custodial parent the child is said to have PAS. Alienation can be as devastating to a child’s emotional health and well-being as death, and it is very hard to reverse. More information on PAS and alienation can be found at www.helpstoppas.com.

While this is a valid concern, studies have shown that parents who are allowed liberal visitation situations with their children after divorce report less conflict and fewer return trips to court. Parents learn to cooperate and share responsibility while meeting the emotional needs of their children. Studies have also shown that counties that have changed from a joint custody arrangement that gives the non custodial parent weekend visitation to a shared parenting arrangement with time spent equally between parents have decreased their rate of divorce. Certainly parents who have been shown to be unfit or who have a history of abuse should not be allowed this kind of liberal visitation as it would not be in the best interest of the child. However, parents and children who have enjoyed a loving relationship with each other prior to divorce should and must be allowed to continue that relationship even if the parent’s marriage has failed.

Children have an emotional need for contact with their biological parents, and that need is being neglected by divorced parents and family courts. When research clearly shows the negative effects of reducing one parent to a visitor while burdening the other parent with the sole responsibility of the day to day care of the children why are we still allowing these situations to manifest? It is time for parents to realize that the future of their children depends on receiving the love and support they need from both their mother and father.

Arrow http://www.prweb.com/releases/2005/6/prweb250071.php
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Action



Nombre de messages : 190
Date d'inscription : 15/04/2006

MessageSujet: Re: GARDE PARTAGÉE   Dim 16 Avr - 0:45

La garde partagée au quotidien
2005-06-06 00:00:02

--------------------------------------------------------------------------------


35 trucs pour réussir sa garde partagée



De plus en plus populaire, la garde partagée exige qu'on s'organise. Nous avons demandé leurs trucs à des parents, des enfants et des spécialistes.


par Suzanne Décarie (Coupdepouce.com)



POUR EN SAVOIR PLUS
- Aînée, cadette, benjamine...
- Chicanes de parents
- autres

Gérer le quotidien
1. «C'est important d'habiter tous les deux assez près de l'école, qui est comme un pivot dans la vie de l'enfant. Ainsi, celui-ci ne change pas d'environnement, et ses amis restent proches.» Marie-Claude, 33 ans, mère d'un garçon de 7 ans qui vit la garde partagée depuis 4 ans

2. «On établit un horaire des changements de garde et on s'y tient. C'est plus facile de planifier ses fins de semaine quand on sait que, le dimanche soir, on va chez l'autre parent.» Marie-Laure, 22 ans, qui a vécu la garde partagée pendant 10 ans

3. «Avant d'établir les arrangements de base, on en discute, puis on fait quelques essais et ajustements. On peut même penser à une mise en place graduelle qui permettra à tout le monde de prendre confiance. Après, on essaie de garder l'arrangement stable pour ne pas perturber inutilement l'enfant. Ça devient le noyau autour duquel on construit ses horaires.»
Denyse Côté, sociologue, professeure en service social à l'Université du Québec à Hull et auteure de La Garde partagée, l'équité en question, a vécu la garde partagée pendant des années

4. «Si les contacts au domicile de l'autre suscitent des tensions, on utilise, temporairement peut-être, un lieu neutre pour faciliter les transitions.»
Claudette Guilmaine, médiatrice familiale accréditée, travailleuse sociale et auteure du livre La Garde partagée, un heureux compromis

5. «À mesure que l'enfant grandit, on favorise des périodes plus longues, qui permettent d'établir la relation et de faire des choses. L'adaptation et les retrouvailles grugent du temps, l'anticipation de la séparation et le passage d'un parent à l'autre en prennent aussi. Finalement, il en reste peu pour faire des choses ensemble.» Alain, père d'un garçon de 19 ans qui a vécu 14 ans de garde partagée

6. «Si l'un des parents change de quartier, il devrait accepter de voyager l'enfant matin et soir quand c'est son tour de garde.» Denyse Côté

7. «Plus l'enfant est jeune, plus les périodes de garde devraient être courtes et rapprochées: 2 ou 3 jours. Ou alors, on opte pour la formule du nid: l'enfant ne bouge pas, ce sont les parents qui se déplacent.» Claudette Guilmaine

8. «On laisse l'enfant emporter tout ce qui peut faciliter sa transition d'un lieu à l'autre selon son âge: couverture favorite, toutous, jouets préférés, instrument de musique, équipement de sport, etc. Les petits ont besoin d'une continuité dans leur environnement, de la sécurité des odeurs, c'est donc important.» Claudette Guilmaine

9. «Si on a du mal à se parler, on trouve d'autres moyens de communiquer. On utilise le répondeur, le courriel, le cahier de l'enfant.»
Francine Cyr, psychologue, professeure et chercheuse au Département de psychologie de l'Université de Montréal

10. «On peut choisir entre transporter le maximum ou acheter en double, selon ce qui est le plus facile pour nous. Plusieurs optent pour le minimum de base (sous-vêtements, pyjamas, etc.) dans chaque maison et les gros morceaux qui alternent.»
Claudette Guilmaine

11. «Avant de choisir une activité parascolaire, on s'assure que l'enfant pourra se conformer aux exigences. Je suivais des cours de piano, mais il n'y avait pas de piano chez mon père. Alors, soit je ne pratiquais pas quand j'y étais, soit je me déplaçais chez ma mère. Ça aurait été plus simple des cours de flûte - ça se traîne facilement -, de danse ou de karaté.» Marie-Laure

12. «Pour éviter que les enfants ne vivent dans leur valise, j'allais porter cette dernière chez leur père après les avoir laissés à l'école. Et vice-versa.»
Lucie, mère de deux enfants aujourd'hui âgés de 20 et 22 ans, mais qui avaient 5 et 7 ans à la séparation

13. «Faire la liste de ce qu'il y a dans sa valise et cocher pour être certaine de ne pas oublier le CD qu'on aime tant, le chandail qu'on préfère ou le Bescherelle, dont on a besoin.» Marie-Laure

14. «On est tous deux engagés dans la vie scolaire de notre fils. On le suit de près, on l'aide dans ses travaux. Quand quelque chose ne va pas, on se rend à l'école ensemble. Pour les rencontres de routine, celui qui est disponible y assiste et fait part à l'autre de ce qui s'y est dit.» Viviane, 30 ans, mère de Didier, 10 ans, qui vit en garde partagée depuis 2 ans

15. «Avoir des vêtements et être équipée dans les deux maisons, ça permet de se sentir tout de suite chez soi dans un endroit comme dans l'autre.»
Édith, 22 ans, qui a vécu 15 ans de garde partagée

16. «On s'assure d'avoir dans chaque maison au moins une brosse à cheveux, une brosse à dents, un maillot de bain, un costume d'éducation physique et une boîte à lunch. Autant d'articles qu'on oublie souvent et après lesquels il faut courir à la dernière minute!» Marie-Laure

Établir des règles claires
17. «On ne rivalise pas avec son ex, on ne tombe pas dans le concours du parent le plus fin et le plus cool. Les enfants ont besoin de parents responsables qui les éduquent, pas d'amis parents.»
Claudette Guilmaine

18. «On respecte l'autre parent, qui nous respecte aussi, et on fait pour lui ce qu'on aimerait qu'il fasse pour nous: l'aviser d'un retard, lui transmettre les informations concernant l'école, rapporter des vêtements propres, le consulter avant de faire une grosse dépense, l'avertir en cas d'accident, etc.» Claudette Guilmaine

19. «On établit des règles claires et des frontières claires, mais perméables, qu'on respecte en se méfiant de l'ingérence. Chaque maison est indépendante.»
Gerry Marino, psychologue au CLSC Lamater de Terrebonne et auteur de La Nouvelle Famille

20. «C'est plus facile quand les grandes règles sont connues et qu'il y a une continuité d'une maison à l'autre. On a établi des bases claires, ça évite le chantage du type "Chez papa, j'ai le droit de..." ou "Maman me laisse faire!"»
Françoise, 40 ans, mère d'Ève, 6 ans, qui passe 2 jours par semaine chez son papa

21. «Plus les risques d'accrochage sont grands, plus on précise la division du temps et des responsabilités en apportant une attention particulière à ce qui causait déjà problème pendant la vie à deux. On a toujours eu du mal à discuter d'argent? On prévoit le partage de frais dans les détails. On ne s'entend pas sur les valeurs d'éducation? On dresse ensemble une liste de règlements essentiels et on s'engage à les faire respecter dans les deux maisons.» Claudette Guilmaine

22. «Ce que mes parents m'ont légué de plus fantastique, c'est d'avoir toujours été alliés. En aucun cas je ne pouvais les déjouer ou les manipuler, ils étaient ligués et adoptaient la même ligne de conduite. Ç'a été ma sécurité durant toutes ces années.» Édith

23. «Les départs et les retours ravivent la rupture. Si le parent est malheureux ou dépressif, l'enfant se sentira coupable de le laisser. Le parent doit donc remettre les choses en perspective et le réconforter pour qu'il se sente autorisé à se séparer et à réinvestir son autre vie. Il peut dire qu'il a une grande peine quand l'enfant part, mais qu'il sait qu'il sera bien chez son autre parent. Et que, même s'il pleure, il se console après.» Francine Cyr

24. «On encourage l'enfant à régler avec le parent concerné le problème qu'il soumet à notre attention. S'il est en âge d'exprimer ses besoins, on évite de jouer les intermédiaires.»
Claudette Guilmaine

Des petits trucs en plus
25. «L'été, on allonge les périodes de garde de 1 à 2 semaines. Ça fait vacances, c'est plus agréable et l'enfant peut séjourner à la campagne. Durant l'année, elles sont plus courtes de façon à ne pas perdre le fil.» Viviane

26. «En commençant la garde le vendredi plutôt que le dimanche, on est frais et dispos pour passer la fin de semaine ensemble. On s'est ennuyés, on est contents de se voir et on en profite bien avant de retomber dans la routine et la course de la semaine.» Viviane

27. «Instaurer un rituel de retrouvailles. Tant chez ma mère que chez mon père, c'était le moment d'établir des plans pour la semaine, de se raconter ce qu'on avait fait, de se retrouver. C'est précieux, magique, quand on se sent vraiment bienvenue.»
Marie-Laure

28. «On parle régulièrement avec l'enfant quand il est chez l'autre parent. S'appeler chaque jour ou aux 2 jours permet de garder le fil et de continuer de partager son quotidien.» Viviane

29. «On profite de la semaine où l'enfant est chez l'autre parent pour faire plein de choses pour soi: sortir, travailler, prendre des cours, voir des amis, s'occuper de sa vie amoureuse, etc. On a du répit, il faut que ce soit avantageux.» Denyse Côté

30. «On se privilégie mutuellement comme gardiens. Le père de mon fils est toujours la personne que j'appelle en premier si j'ai besoin d'un gardien, et vice-versa. C'est plus économique et plus sympathique.» Viviane

31. «Même si c'est la semaine de garde de l'autre, on se réserve un moment pour aller jouer au parc, déjeuner, dîner avec son enfant.»
Claudette Guilmaine

32. «On garde des moments en famille pour que les enfants n'aient pas l'impression d'avoir tout perdu. On continue ainsi de fêter ensemble Noël, les anniversaires, etc.» Lucie

Besoin d'aide?
33. «On prévoit des moments durant l'année pour faire le point et ajuster les modalités de garde. Si ça ne marche pas à notre goût, on n'hésite pas à aller en médiation: on a droit à trois séances payées par le gouvernement, qu'on ait eu un jugement ou pas.» Claudette Guilmaine

34. «Si l'argent est un problème, on rediscute du pourcentage de partage en fonction des capacités de chacun.» Claudette Guilmaine

35. «Le comportement de notre enfant change? Ça vaut la peine de consulter un spécialiste. Il suffit parfois de quelques ajustements pour rétablir la situation. Pour savoir qui consulter, on communique avec l'Ordre des psychologues». Francine Cyr





--------------------------------------------------------------------------------


Pour plusieurs, garde partagée signifie pas de pension à verser

En effet, les parents qui ont sensiblement le même revenu et passent le même nombre de jours auprès des enfants n’ont pas à se verser de contribution. Mais, quand il y a un écart entre les revenus, on en tient compte en médiation dans la division des frais.

«Légalement, les deux parents sont toujours responsables des enfants en fonction de leur capacité de payer et des besoins des enfants», rappelle Claudette Guilmaine, experte en médiation familiale. Bref, le mieux nanti peut être ainsi tenu de donner un montant qui sert à rééquilibrer les budgets de façon que chacun puisse payer sa moitié de dépenses.


--------------------------------------------------------------------------------



http://www.coupdepouce.com/Coupdepouce/client/fr/MIEUX_VIVRE/DetailNouvelle2.asp?idNews=1489&pg=1&
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Action



Nombre de messages : 190
Date d'inscription : 15/04/2006

MessageSujet: Re: GARDE PARTAGÉE   Dim 16 Avr - 0:45

Voici une recherche qui démontre l'hypocrisie entourant le 80% "d'ententes à l'amiable" qui laissent la garde des enfants à la mère:


"Parce que la relation conjugale est une source de soutien significative pour les parents (Belsky,1984), des chercheurs ont voulu savoir jusqu'à quel point les attitudes et croyances des conjointes à l'égard du rôle paternel et du partage des responsabilités familiales pouvaient avoir une influence significative sur l'engagement paternel. L'intérêt pour cette question n'est pas sans rapport avec l'observation d'un phénomène d'ambivalence voire de RÉSISTANCE des mères à l'égard d'une implication plus active des hommes dans la sphère domestique (Badinter, 1992; Delaisi de Parseval, 1986; de Vilaine, 1986a, 1986b; Lamb, 1986). Au début de années '80, deux études américaines montraient que les pères qui auraient voulu s'impliquer davantage n'y étaient pas encouragés: 60 à 80% des conjointes n'y TENAIENT PAS (Pleck, 1982; Quinn et Staines, 1979). Pour expliquer cette résistance des mères, il est en général suggéré qu'une participation plus active du père aux soins et l'éducation des enfants vient bouleverser la DYNAMIQUE DU POUVOIR au sein de la famille. Certaines femmes peuvent être inquiètes à l'idée de partager le pouvoir qu'elles détiennent traditionnellement dans la sphère familiale, de renoncer à leurs prérogatives dans le rapport à l'enfant (de Vilaine, 1986a, 1986b; Leclerc, 1986; Pleck, 1982, 1983).


http://www.unites.uqam.ca/grave/prospere/pages/pdf/Turcotte_Dubeau.pdf
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Action



Nombre de messages : 190
Date d'inscription : 15/04/2006

MessageSujet: Re: GARDE PARTAGÉE   Dim 16 Avr - 0:46

DROIT DE LA FAMILLE

Renée JOYAL*

Le point de vue de l’enfant et les litiges de garde.
Pratiques et perceptions d’avocats


http://rejb.barreau.qc.ca/revue/2002/no2/pdf/449.pdf
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Action



Nombre de messages : 190
Date d'inscription : 15/04/2006

MessageSujet: Re: GARDE PARTAGÉE   Dim 16 Avr - 0:46

Le rôle des tribunaux dans la prise en charge des enfants après le divorce ou la séparation des parents


A LIRE (tres bon) Laughing
Arrow http://www4.bnquebec.ca/pgq/2003/2622533.pdf
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Action



Nombre de messages : 190
Date d'inscription : 15/04/2006

MessageSujet: Re: GARDE PARTAGÉE   Dim 16 Avr - 0:48

INSTITUT EUROPÉEN POUR L'INTÉRET DE L'ENFANT

PARTIE 1

Ter Voortlaan 58, B-2650 Edegem, Belgique. Tél. (après-midi) & Fax: ++32.34405326. de.man@scarlet.be


L'HEBERGEMENT EGALITAIRE: SOLUTION IDEALE?



0. CONTROVERSE.

"La controverse soulevée par la coparentalité (...) est connue pour avoir suscité des attitudes et des lignes de conduite très différentes les unes des autres. (...) Dans ces conditions, il importe de revoir constamment ces attitudes et lignes de conduite (...) à la lumière du nombre sans cesse croissant de résultats d'études scientifiques consacrées à ce problème." [1][1]/



I. L'HEBERGEMENT "MONOPARENTAL": SOLUTION IDEALE?



I.1. Critère: l'intérêt des enfants.

Tout le monde s'accorde à reconnaître -comme le fait toute loi- que le critère fondamental de toute décision concernant un enfant doit toujours être l'intérêt de l'enfant. Juges, procureurs, avocats, assistant(e)s de justice, experts, médiateurs familiaux, médecins et tout autre intervenant -et les deux parents- doivent donc surveiller l'intérêt des enfants dans leurs interventions et décisions.

Mais qu'en est-il de l'intérêt de l'enfant lorsque le partage du temps que celui-ci passe chez chacun de ses deux parents est fort inégal? Qu'est-ce qui est réellement dans l'intérêt des enfants?



I.2. Parent préférentiel?

Dans la pratique juridique actuelle, certains pensent qu'il faut chercher le "parent psychologique". "Nous ne trouvons pas de preuves pour l'existence d'un seul "parent psychologique" avec lequel le lien est significativement plus important qu'avec le reste du système (familial). Les recherches scientifiques citées (...) montrent les effets négatifs quand on coupe l'enfant d'un de ses parents psychologiques. L'enfant a besoin de ses deux parents."

Cette garde unilatérale traditionnelle n'est‑elle donc pas dans l'intérêt de l'enfant?



I.3. Effets de l'hébergement "monoparental".

Quels sont en réalité les incidences, les effets sur les enfants de ce système traditionnel: droit d'hébergement principal unilatéral et hébergement secondaire ou droit aux relations personnelles de courtes durées?



I.3.a) En général.

"Une vaste synthèse des recherches pluridisciplinaires qui ont été consacrées aux effets à long terme du divorce sur les enfants, montre qu'il existe un consensus de plus en plus large sur le fait qu'un nombre considérable d'enfants souffrent pendant de longues années de problèmes psychologiques et sociaux, liés aux situations de stress persistantes et/ou nouvelles régnant au sein du couple divorcé, et éprouvent davantage de crainte que d'autres à nouer des relations durables à un stade ultérieur de leur développement, notamment au début de l'âge adulte." "(...) vivre dans une famille monoparentale en absence du père est lié à des déficits cognitifs et d'apprentissage , des troubles comportementaux, et des problèmes d'identification sexuelle des enfants." "Mes travaux montrent de façon conséquente que les bonnes relations entre père et enfant peuvent avoir une importance critique pour le bien-être psychologique et la confiance en soi-même des enfants de parents séparés."



I.3.b) Délinquants.

"Il est prouvé que la désunion des familles (...) consécutive à un divorce ou à une séparation de fait, est fréquemment génératrice de comportements délinquants." "Le pourcentage de délinquants était plus élevé chez les garçons dont le père était absent du foyer, alors que chez les filles, ce pourcentage était plus élevé lorsque c'était la mère." Il serait donc plus dans l'intérêt des enfants de "confier" les garçons à leurs pères et les filles à leurs mères.



I.4. Les pères?

Les pères sont‑ils bien capables de soigner leurs enfants? Plusieurs études scientifiques ont déjà permis de constater que les pères seuls peuvent s'occuper au moins aussi bien de leurs enfants que les mères divorcées: "... il n'y avait pas de différences significatives entre les familles où la mère s'occupe seule des enfants et celles où le père s'en occupe seul (...) en ce qui concerne (...) la fréquence des disputes, et la capacité d'adaptation (comportementale) des enfants."



I.5. "Monoparentalité" réussie?

L'hébergement "monoparental" traditionnel ne correspond donc pas aux besoins des enfants pour qu'ils s'adaptent bien à la séparation; il n'est donc pas, en général, la solution idéale: il n'est pas dans l'intérêt des enfants de l'imposer lorsqu'il n'est pas sollicité de commun accord par les deux parents.

Quelles sont les conditions d'une "monoparentalité" réussie = qui ne nuit pas trop à l'intérêt des enfants?



La condition la plus importante, c'est un "niveau conflictuel peu élevé entre les parents, avant et après le divorce": toutes les études scientifiques empiriques le prouvent! Les conditions favorables à l'hébergement "monoparental" traditionnel reposent d'avantage sur des critères de bonne communication entre les deux parents séparés -ou tout au moins de respecter les droits de l'autre parent et les besoins des enfants- et sur l'absence de conflits entre eux que sur les conditions matérielles; bien que les conditions socio-économiques se sont avérées être aussi d'une importance non négligeable, par exemple lorsque les enfants doivent déménager (avec le parent à hébergement principal) d'un maison avec un jardin vers un appartement où ils ne peuvent plus jouer en faisant du bruit -à cause des voisins d'en dessous-. Le système idéal, -qui apporte dans la pratique le remède idéal pour dépasser aussi rapidement que possible la souffrance chez les enfants, leurs parents, leurs professionnels de l'aide, la justice, etc.,- c'est donc celui qui limite les sources de conflits, qui solutionne autant que faire se peut les conflits parentaux existants et prévient la naissance de conflits futurs. Ceci implique, entre beaucoup d'autres choses:

- que les juges et avocats tentent de restaurer le dialogue entre les parents, les stimulent autant que faire se peut de discuter ensemble -et si nécessaire avec l'aide d'un médiateur, d'un psychologue ou/et d'un autre professionnel de l'aide, et après une formation spéciale qui leur apprend ce qu'ils peuvent faire et ne pas faire pour que leurs enfants ne souffrent qu'aussi peu que possible de leur séparation- de la manière dont ils vont se partager leurs responsabilités parentales, afin d'élaborer le(s) système(s consécutifs) d'hébergement qui correspond à une conviction commune des deux parents et de leurs enfants que ce sont les meilleures modalités d'hébergement réalisables pour leur situation familiale particulière (leurs possibilités personnelles et financières, leurs indisponibilités professionnelles, etc.);

- remplacer le divorce "pour faute" par une procédure qui stimule, au contraire, les époux à élaborer des accords, si nécessaire avec l'aide de la médiation familiale -qui manque encore de droit de cité-;

- privilégier les accords des parents, et ce de la façon la plus simple, c'est à dire par le juge de paix, sauf si un autre magistrat est déjà saisi de l'affaire;

- introduire -à l'instar du régime matrimonial légal- un régime de séparation légal "par défaut" qui s'applique automatiquement pour autant que les parents n'en conviennent autrement. Ceci serait un fort stimulus pour les parents -et leurs avocats et magistrats- à concentrer leurs efforts sur l'élaboration d'accords plutôt que sur une guerre judiciaire néfaste, dans laquelle le juge doit fixer les modalités d'hébergement de l'enfant d'une façon qui frustrera au moins un des deux parents -ce qui aura des conséquences (non-présentations d'enfant, refus de payer des contributions alimentaires, …) contraires à l'intérêt des enfants. Un tel régime légal respecterait aussi plus la vie privée de la famille que ces guerres et les "coups de marteau" d'un juge.



Il s'avère également primordial que "le parent qui n'a pas le droit de garde ait des contacts réguliers avec l'enfant." "Les enfants ont exprimé le désir d'avoir plus de contacts avec leur père avec une telle force que nous en avons été émus et étonnés. (...) Ceux qui se sont plaints de ne pas recevoir assez souvent la visite de leur père ou de leur mère n'étaient pas seulement ceux qui ne voyaient que rarement leur parent absent, mais également ceux qui recevaient des visites assez fréquentes. (...) Ils ont éprouvé durant de longues années ce même désir intense d'avoir plus de contacts avec ce parent." "Le temps consacré par les parents sans droit de garde au contact direct et exclusif avec leurs enfants a une incidence considérable sur l'adaptation des enfants au divorce." Grâce aux nombreuses études menées sur des milliers d'enfants connaissant un régime de "garde‑visite" traditionnel on a découvert que des contacts longs et réguliers avec le parent "absent" sont bénéfiques à l'enfant. Ces recherches empiriques rappellent l'importance des rôles parentaux -qui ne sont pas égaux mais complémentaires et tous deux nécessaires- et du droit de l'enfant à être hébergé par chacun de ses parents pendant suffisamment de temps pour qu'ils aient tous deux une incidence réellement éducative sur l'enfant. Il lui importe donc, dans le cadre de toute séparation (et même sans séparation) et à fortiori si un hébergement "monoparental" est mis en place, de savoir qu'il y aura un respect mutuel de ses deux parents l'un à l'égard de l'autre (comme l'impose à juste titre l'art. 371 C.civ.) pour qu'il puisse se réconcilier avec la séparation de son couple de parents. Il serait donc dans l'intérêt des enfants de faire du "droit aux relations personnelles" (art. 374 C. civ.) -ainsi que de l'hébergement "secondaire"- un droit de l'enfant (à défendre par le procureur du Roi) plutôt que du parent auquel le juge aurait défendu d'exercer son autorité parentale -ou "donné" ces hébergements de courte durée-.

La célèbre chercheuse dans le domaine des enfants de parents séparés ou divorcés, Judith Wallerstein, a constaté que l'investissement des pères dans leurs enfants après la séparation n'a pas de corrélation avec leur investissement auparavant: ceux qui se sont beaucoup investis cessent souvent de le faire (par exemple parce que les séparations régulières de leurs enfants après des visites trop courtes leur sont trop pénibles, ou parce qu'ils constatent qu'il s'avère inefficace de lutter contre le "boycot" par la mère), et ceux qui se sont peu investis le font souvent plus après la séparation (par exemple parce qu'ils se sont rendu compte de ce défaut par leurs réflexions engendrées par la décision de séparation de la mère). Les pratiques que les parents avaient précédemment suivie ou les es accords qu'ils avaient pu antérieurement conclure n'ont donc pas de valeur prédictive, et ne peuvent donc pas être employés comme critère pour des décisions qui concernent une situation toute nouvelle.





II. L'HÉBERGEMENT ÉGALITAIRE: SOLUTION IDEALE?

II.1. Définition.

Comme la plupart des auteurs, j'entends par "hébergement alterné égalitaire" (parfois je n'écrirai qu'"alterné" pour respecter la terminologie de l'auteur cité) un système de résidence qui implique que les enfants passent au moins un tiers de l'année chez chacun de leurs parents séparés. Il s'agit le plus souvent d'une répartition à raison d'une semaine chez la mère et une semaine chez le père.

Il faut faire la différence entre l'hébergement alterné égalitaire et l'exercice conjoint de l'autorité parentale. Cette distinction n'est, en effet, pas faite assez souvent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Action



Nombre de messages : 190
Date d'inscription : 15/04/2006

MessageSujet: Re: GARDE PARTAGÉE   Dim 16 Avr - 0:48

PARTIE 2

Dans ce qui suit, la "coparentalité" (traduction des termes tout aussi équivoques de "co-ouderschap" en flamand, de "gemeinsames Sorgerecht" en allemand et de "joint custody" en anglais) est considérée dans ce sens de l'hébergement alterné égalitaire.



II.2. Stabilité.

"Les chercheurs eux‑mêmes ont longtemps estimé que la stabilité de la relation entre l'enfant et un de ses parents ‑ en général la mère ‑ était une condition suffisante pour garantir le développement de l'enfant. Cette conception a été infirmée par les recherches effectuées ces dernières années dans le domaine de la psychologie de l'enfant."



II.3. Faits objectifs.

II.3.a) L'hébergement égalitaire est-il dans l'intérêt des enfants?

La grande majorité des dizaines de recherches scientifiques empiriques dans la pratique de milliers d'hébergements divers ont constaté que dans le contexte monoparental traditionnel, "les enfants de parents divorcés souffrent en effet de problèmes d'adaptation importants. (...) Contrairement à ces constatations, les études portant sur les véritables relations d'hébergement alterné n'ont révélé que des problèmes minimaux chez les enfants. Steinman a constaté que les enfants vivant des situations d'hébergement alterné n'étaient pas troublés par les conflits de loyauté que Goldstein e.a. avaient prédits.

"Deux constatations sont retrouvées de façon consistante par les quelques recherches qui rapportent des données concernant les enfants: la sévérité de leurs problèmes n'étaient jamais plus grandes que celles rapportées par des enfants vivant une garde monoparentale, et étaient parfois moins grandes. Les difficultés que l'on s'attendait à voir surgir des déménagements entre deux ménages et de la vie avec deux parents ayant des styles de vie différents, ne se sont tout simplement pas matérialisées dans la plupart des cas."

Les effets néfastes redoutés par les adversaires de l'hébergement égalitaire ne l'emportent donc généralement pas sur ses avantages.



II.3.b) L'hébergement égalitaire est-il plus dans l'intérêt des enfants que l'hébergement "monoparental"?

"Une autre recherche a trouvé que des garçons à l'âge de la latence montraient un comportement plus adapté et étaient moins bouleversés par le divorce et les conflits de leurs parents en hébergement alterné, que ceux en garde monoparentale. Les enfants à hébergement alterné se sentaient plus souvent à l'aise d'exprimer leurs sentiments (positifs aussi bien que négatifs) et étaient moins préoccupés par des fantasmes de réconciliation.

Il y a un consensus que les parents aussi bien que les enfants à hébergement alterné rapportent un degré de satisfaction "élevé", avec des proportions variant de 67% à 84%. De plus, les enfants à hébergement alterné étaient souvent satisfaits pour des raisons différentes: les parents à cause de (...) l'adaptation positive des enfants après le divorce; les enfants à cause de la continuité des relations avec leurs pairs, de la réduction des tensions, et le sentiment qu'ils ne faisaient plus partie de la lutte entre leurs parents. Par conséquence, la majorité des parents et des enfants à hébergement alterné recommandaient l'hébergement alterné.

Parmi les femmes à garde monoparentale, l'absence ou l'irrégularité des paiements des rentes alimentaires est un problème fréquent, et contribue à la pauvreté parmi une proportion significative de ces femmes et leurs enfants En contraste avec ceci, la plupart des recherches concernant les parents à hébergement alterné rapportent que les pères les paient de façon consistante.

"Cette enquête a montré que les coparents avaient moins de conflits avec leurs ex‑conjoints que les parents dans le système de garde exclusive. Ceci ne se manifesta pas seulement par l'absence de nouveaux procès judiciaires, mais aussi par des scores plus bas à un inventaire dans lequel ils rapportaient leurs conflits. Non pas que les coparents n'eussent pas de divergences de vues; ils en avaient (...) mais néanmoins, ils étaient capables de diverger d'une manière plus civilisée que les parents à garde monoparentale.

Tous les parents avec un droit de garde exclusif se disent parfois surchargés par l'obligation d'élever seuls leurs enfants sans pouvoir se concerter avec personne ni disposer de temps libre. Les loisirs des coparents font, en revanche, partie de ce système. Sans devoir le demander ni prendre des dispositions spéciales, ils disposent d'une partie de la semaine (ou de la journée ou de l'année) sans charge d'enfants. (...)

Il est raisonnable d'en conclure que l'hébergement alterné optimal est supérieur à la garde monoparentale optimale."



II.3.c) L'hébergement égalitaire est-il plus dans l'intérêt des enfants que l'hébergement "monoparental" lorsque les parents ne sont pas d'accord sur le mode d'hébergement?

La recherche citée dans cette rubrique a porté sur 100 enfants qui avaient 1 à 12 ans au début du litige entre leurs parents. "Ces familles représentent les disputes de divorce les plus profondes et continues."

Les transitions plus fréquentes étaient corrélées avec les problèmes comportementaux et sociaux; néanmoins, "il s'est avéré que les enfants cliniquement perturbés ne vivaient pas plus fréquemment en hébergement alterné qu'en hébergement monoparental. Pourtant, (...) les enfants cliniquement perturbés faisaient plus fréquemment des transitions d'un parent vers l'autre." Cet effet négatif de ces transitions est donc vraisemblablement contrebalancé par des effets positifs de l'hébergement alterné, malgré que cet hébergement implique, en Amérique, des transitions plus fréquentes. L'hébergement alternant les semaines entières, ne donne pas lieu à de telles perturbations.

"Bien que les parents de chacun des types d'hébergement avaient rapporté des niveaux comparables de discussions verbales au début de la recherche, les parents à hébergement alterné ont rapporté significativement plus de discussions raisonnées au moment du suivi que ceux à garde monoparentale."





III. CONCLUSIONS.

III.1. Quel système d'hébergement est le moins défavorable?

"Les faits découverts jusqu'à présent par les recherches scientifiques indiquent de façon consistante que la plupart des parents et des enfants s'adaptent bien au schéma de l'hébergement alterné. (...) Les données décrites ci-dessus montrent que l'hébergement alterné est à la fois viable et, en comparaison, plus efficace que la garde monoparentale. (...) Ceci suggère une hiérarchie préférentielle pour les schémas d'hébergement et d'autorité parentale, avec l'hébergement alterné en premier lieu, l'exercice conjoint de l'autorité parentale en second lieu seulement, et la garde monoparentale (...) en dernier lieu.»

L'hébergement égalitaire est donc bien une solution plus favorable à l'enfant que l'hébergement traditionnel "monoparental", et ce même lorsque les parents sont en conflit.



III.2 Avantages de l’hébergement égalitaire.

L’hébergement égalitaire évite les risques de:

- perte d'une des deux sources les plus importantes de satisfaction des besoins affectifs des enfants;

- conflits de loyauté chez les enfants;

(ce sont les deux avantages essentiels, les raisons d’être de ce mode d’hébergement: la stabilité des liens affectifs avec ses deux parents, qui évite au maximum que l'enfant doive faire un choix déchirant entre eux;)

- les abus de pouvoir du parent qui aurait l’hébergement principal (et l’exercice exclusif de l’autorité parentale), par exemple l’abus qui pourrait mener à un non-respect du «droit aux relations parentales» (droit d’accès);

- une influence assez grande du parent à hébergement principal pour pouvoir mener à un syndrome d’aliénation parentale.

De plus, le parent qui ne doit s'occuper des enfants qu'une semaine sur deux, plutôt que toutes les semaines, sera moins surchargé mais plus disponible pour eux en leur présence.

D'encore plus, l'hébergement égalitaire risque bien moins d'amener les parents et les enfants à contester l'hébergement principal imposé, à demander un déménagement vers le parent "secondaire", et par là à multiplier les litiges (voir le 4ième alinéa du point II.3.b) ci-dessus).

Pourtant, l’hébergement alterné égalitaire n’est pas une panacée. La panacée, c’est de résoudre les conflits actuels et la prévention de conflits futurs. Un accord sur un règlement traditionnel d’hébergements "principal" et "secondaire" ou de «droit aux relations personnelles» ou droit d’accès garantit donc mieux «l’intérêt des enfants» qu’un hébergement alterné égalitaire imposé.

Les résultats des recherches scientifiques empiriques citées ci-dessus, et les avantages de l’hébergement alterné égalitaire qu’elles ont constatés, justifient qu’il est moins nécessaire de questionner une proposition d’hébergement égalitaire que de questionner une proposition d’hébergement principal; au contraire, le parent devrait plutôt devoir prouver que l'hébergement égalitaire nuira -avec beaucoup de certitude-, exceptionnellement, plus aux intérêts d'un enfant particulier que le système d'hébergement ("monoparental") qu'il propose.



III.3. Conditions de l’hébergement égalitaire.

III.3.a) L’hébergement égalitaire doit -aussi bien que tout autre système d'hébergement- être adapté à l’âge de l’enfant. On doit, en effet, tenir compte du fait que plus on est âgé, plus le temps passe vite; ou, dit autrement: plus un enfant est jeune, plus le temps dure longtemps pour lui. Pour se faire une idée du vécu subjectif du temps, on peut l’exprimer comme pourcentage de l’âge; ainsi, pour un enfant d’un an une journée dure –dans son vécu subjectif- aussi longtemps q’un mois pour ses parents de 30 ans; et 12 jours (entre deux week-ends de droit de visite traditionnel) aussi longtemps qu'un an! Donc: plus un enfant est jeune, moins il est capable de supporter une séparation d’une certaine durée d’un de ses parents.

Le spécialiste mondial de l’attachement des enfants de moins de 3 ans, Dr. Michael Lamb, et l’une des spécialistes mondiales des enfants de parents séparés, Prof. Joan Kelly, ont écrit ensemble les réponses les mieux fondées scientifiquement à la question «Combien de séparation de ses figures d’attachement primaire est-elle appropriée?» dans le chapitre final -avec ce titre- de leur article «Utiliser les recherches sur le développement des enfants pour faire des décisions concernant la garde et le droit de visite appropriées pour les jeunes enfants» [2][2]./. Il s'avère, en effet, que les besoins des enfants de ne pas être trop longtemps séparés d'un de leurs deux parents évolue en fonction de leur âge. (Même un adulte a besoin d'au moins 36 heures pour s'adapter à un nouvel endroit de résidence -de vacance, par exemple-, selon une étude française.) Malheureusement, cet article ne donne des indications concrètes (3 à 6 ans: 3 à 4 jours; vers 7 ou 8 ans: 5 à 7 jours) que pour les âges à partir de 6 ans. Pour les âges plus jeunes, on peut se tourner (prudemment, puisqu'il ne semble se baser que sur des expertises dans des cas très particuliers) vers le livre du psychanalyste français Dr. Maurice Berger [3][3]/. Pour les bébés de 0 à 1 an, il est d'avis que "l'enfant pourrait voir son père 2 à 3 fois par semaine, chaque fois pour une durée de 3 ou 4 heures, sans passer la nuit chez lui"; "à partir d'un an, une nuit par semaine peut être ajoutée, et à partir de 3 ans, "un week-end complet avec 2 nuits", selon ces auteurs (p. 114).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Action



Nombre de messages : 190
Date d'inscription : 15/04/2006

MessageSujet: Re: GARDE PARTAGÉE   Dim 16 Avr - 0:48

PARTIE 3

En partant de l'évolution graduelle des capacités des enfants, on pourrait donc proposer le "calendrier progressif très précis" suivant de l'hébergement adapté à l'évolution de l'âge de l'enfant:

0 à 6 mois: 3 fois par semaine pendant 3 h. avec le père;

6 mois à 1 an: 3 " " " " 4 h. " " " ;

1 à 3 ans: 3 " " " " 4 h. + 1 nuit " " " ;

3 à 5 ans: tous les 3 jours avec chacun des parents;

5 à 6 ans: " " 4 jours " " " " ;

6 à 7 ans: " " 5 jours " " " " ;

7 à 8 ans: " " 6 jours " " " " ;

8 ans et plus: " " 7 jours (1 semaine) " " " .

Dans la pratique, il arrive assez souvent que des adolescents préfèrent changer d'une périodicité d'une semaine vers 2 semaines. On pourrait donc ajouter à la liste ci-dessus:

de 11 à 16 ans: tous les 10 jours;

à partir de 16 ans: toutes les 2 semaines.

Ceci éviterait aux adolescents qui le désirent de devoir adresser à leurs parents une demande d'une prolongation de la périodicité, qui susciterait des conflits de loyauté ou des peurs de vexer un parent.

Les schémas ci-dessus répondent bien à la constatation que "Les recherches concernant le divorce indiquent que" "12 jours de séparation du" "parent avec lequel les enfants passent actuellement le nombre plus petit de nuitées," "c'est souvent trop long pour beaucoup d'enfants (…). De plus, cette option donne au parent" avec lequel les enfants passent ces 12 jours "peu de décharge de ses responsabilités envers les enfants." [4][4]/



III.3.b) Beaucoup de «spécialistes» (magistrats et autres juristes, experts et autres psychanalystes, même certains médiateurs, …) croient qu’un hébergement alterné égalitaire n’est possible que lorsque les parents sont d’accord à ce propos, voire s’entendent bien. C’est en effet une condition nécessaire pour que les enfants évoluent bien dans cet hébergement alterné. C’est cependant aussi (voir la seconde phrase du point II. 5 ci-dessus) la condition principale pour que le système traditionnel de l’hébergement principal ne nuise pas aux enfants. Les constatations et conclusions des recherches citées ci-dessus montrent suffisamment clairement que même lorsque les parents ne sont pas d’accord sur leur choix du règlement de l’hébergement de leurs enfants, une préférence pour l’hébergement alterné égalitaire, même imposée par un juge, favorise mieux une bonne évolution des enfants. Une bonne entente entre les parents n’est donc pas nécessaire; une relation neutre, un respect mutuel suffit.



III.3.c) Un parent qui (temporairement?) ne s'intéresse pas pour l'enfant ou qui n'est pas disponible pour d'autres raisons, ne demandera pas l'hébergement alterné (sauf peut-être parce qu'il croit ne pas devoir payer de contribution alimentaire en cas d'hébergement égalitaire -ce qui est faux, comme c'est expliqué ci-dessous-). Un examen de ce désintérêt ou des indisponibilités par le magistrat est donc superflu. De plus, il inciterait des parents (souvent pour des raisons égoïstes) à essayer de prouver une telle propriété négative (supposée, voire purement prétendue) de l'autre parent, avec toutes les conséquences néfastes pour les enfants, les parents eux-mêmes, les magistrats et experts déjà débordés.



III.3.d) Il en est de même pour une indignité ou un comportement violent (prétendu?). Sauf que si ces comportements mettent l'intérêt d'un enfant en danger; dans ce cas, le magistrat peut en avertir le juge de la jeunesse ou une autre organisation compétente.



II.3.e) Un argument souvent entendu contre l’hébergement égalitaire, c’est que les enfants doivent trop souvent déménager. Combien de fois «déménagent»-ils dans le système traditionnel d’un week-end toutes les deux semaines? Quatre fois par mois. Et dans le système le plus fréquent de l’hébergement alterné égalitaire: une semaine chez maman et puis une semaine chez papa? Aussi 4 fois par mois! La seule différence, c’est que les enfants peuvent rester pour une semaine entière, au lieu de devoir déjà repartir au moment où ils se sont habitués au «déménagement» après environ 36 heures, ce qui est le temps normalement nécessaire pour un adulte pour s’adapter, par exemple, à son lieu de vacances.



III.3.f) La distance entre les résidences des deux parents est bien sûr une condition pratique nécessaire: les enfants doivent pouvoir aller –ou être menés- à la même école, au même club sportif ou autre activité de loisirs à partir des deux résidences. Ceci évite ipso facto le désavantage d'un hébergement "principal" tellement éloigné de la résidence "secondaire" qu'il nécessite de longues navettes et qu'il évite des contacts faciles avec les camarades de classe ou de loisirs pendant les week-ends chez le parent "secondaire". De plus, cela évite que les enfants doivent passer leurs week-ends et vacances chez un "parent-Walibi" qui ne leur assure pas un confort équivalent dans son domicile "secondaire".



III.4. L’entretien «au nid».

Le stress engendré par les «déménagements» que subissent les enfants peut être évité en les laissant toujours habiter dans le même «nid», où les deux parents viennent les soigner à tour de rôle. C’est un mode d’hébergement de plus en plus connu en Belgique. Il a aussi comme avantage qu’il n’est pas nécessaire de disposer de deux résidences assez grandes toutes les deux pour loger les enfants; dans le cas d’un assez grand nombre d’enfants, ceci revient moins cher, surtout lorsque les deux parents sont capables de loger en alternance dans un seul et même petit studio où ils ne doivent pas assurer un confort équivalent au domicile familial devenu le "nid". Ce modèle du "nid" coûte aussi moins cher aux parents qui peuvent aller loger chez un nouveau partenaire ou chez leurs propres parents.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Action



Nombre de messages : 190
Date d'inscription : 15/04/2006

MessageSujet: Re: GARDE PARTAGÉE   Dim 16 Avr - 0:49

PARTIE 4

III.5. Est-il nécessaire de légiférer?

Robert F. Cochran (professeur à la Pepperdine University School of Law, Malibu, Californie, Etats‑Unis) constate que le principe, qui veut que l'on détermine l'intérêt de l'enfant dans chaque cas particulier, a de nombreuses conséquences imprévues:

"À cause de ce principe "case‑by‑case best interests", (...) les parents (divorçants) ne savent plus lequel des nombreux critères qu'un juge pourrait retenir l'emportera." [5][5]/ C'est pourquoi ils invoqueront autant d'arguments négatifs que possible concernant l'autre parent et autant d'arguments positifs que possible en ce qui les concerne eux‑mêmes. Ainsi, cette "incertitude est une source de conflits et de procès. Les conflits parentaux sont néfastes pour les enfants sur le plan émotionnel [6][6]/, surtout lorsque le conflit survient après la séparation des parents [7][7]/. (...) Si les procédures en justice concernant le droit de garde se multiplient à cause du principe "case‑by‑case", l'enfant risquera non seulement davantage de souffrir du traumatisme qu'engendreront les conflits parentaux, mais également d'être impliqué dans ces procédures.. (...) La difficulté qu'il y a à déterminer l'intérêt de l'enfant est décrite par le juge principal Hood (...): "le principe [de l'intérêt de l'enfant] peut facilement être posé, mais son application dans un cas précis est une des charges les plus lourdes qui puissent être confiées à un juge. (...) Il se rend compte qu'un autre juge, tout aussi compétent et tout aussi consciencieux, pourrait prendre une autre décision sur la base des mêmes données." (...) La garde doit être attribuée à un moment où une enquête fiable sur les parents menée par le juge ou par un expert dans le domaine de la santé mentale s'avère difficile, voire impossible. C'est un moment de stress anormal pour les parents et les enfants, et "le comportement des enfants envers les parents et vice versa ne ressemblera peut‑être guère à celui qu'ils adoptaient par le passé ou qu'ils adopteront à l'avenir." [8][8]/" [9][9]/

L'application dans la pratique du principe "case‑by‑case", c'est à dire de déterminer l'intérêt de l'enfant séparément dans chaque cas individuel, apparaît donc en réalité obtenir l'effet contraire! Il serait donc plus dans l'intérêt de l'enfant de fixer une règle générale d'attribution légale de l’hébergement, qui enlèverait cette incertitude des parties qui les force à mener une lutte tellement traumatisante. Quelle devrait être cette règle générale, selon ce juriste éminent?



III.6. Comment légiférer dans l'intérêt des enfants?

"Lorsque des parents ne sont pas en mesure de trouver un compromis dans la querelle qui les oppose à propos du droit de garde (...), il faut donner la préférence au régime de l'hébergement alterné." [10][10]/ Cette opinion est bien confirmée par les multiples recherches scientifiques empiriques dans les pratiques de milliers d'hébergements divers dans des circonstances diverses, dont les résultats ont été résumés ci-dessus.

De manière générale, la jurisprudence majoritaire actuelle équivaut à un modèle de référence systématique qui élude d'autres modes d'hébergement que l'hébergement "principal" monoparerntal" traditionnel d'être concrètement envisagés par les parents ou défendus par leurs avocats, en évinçant la réalité objective de l'intérêt des enfants.

Il est donc effectivement dans l'intérêt des enfants d'inscrire dans la loi (à l'instar du régime matrimonial légal: comme régime légal de séparation, qui s'appliquera automatiquement (c'est à dire sans nécessité d'intervention d'un juge ni d'expert -débordés tous les deux-) à défaut de convention différente des parents) une préférence pour l'hébergement égalitaire (comme pour l'exercice conjoint de l'autorité parentale).

Un tel régime légal par défaut évite de susciter des demandes d'hébergement "monoparental" fondées uniquement sur une optique égoïste (éliminer cet ex de ma vie!) ou pour ennuyer l'autre parent, voire pour obtenir une contribution alimentaire plus élevée (sans se demander si cette augmentation suffira pour couvrir complètement les besoins économiques engendrés par 10 jours de plus d'entretien des enfants, et sans se soucier d'un paiement irrégulier par un collègue-parent frustré). Réalisons-nous bien que le principe des contributions alimentaires par les deux parents "à proportion de leurs facultés" (art. 203, § 1er C. civ.) et le fait que beaucoup de frais communs sont payés par un seul parent et doivent donc être proportionnellement remboursés par l'autre, nécessitent aussi en cas d'hébergement égalitaire des paiements de contributions alimentaires.



Jan Piet H. de Man

Psychologue de l’enfant et de la famille

Médiateur familial accrédité

Médiateur diplômé

Institut Européen pour l'Intérêt de l'Enfant

Ter Voortlaan 58

B-2650 Edegem

Belgique



--------------------------------------------------------------------------------

[1][1]/ Johnston e.a.: "Ongoing Postdivorce Conflict: Effects on Children of Joint Custody and Frequent Access.", Amer. J. Orthopsychiat. 59(4), October 1989, p.589‑590.

[2][2]/ Joan B. Kelly and Michael E. Lamb: Using child development research to make appropriate custody and access decisions for young children. Family and conciliation courts review, Vol. 38 No. 3, July 2000, 297-311:

p. 308-309: “How much separation from primary attachment figures is appropriate?”

De Man, Jan Piet H.: Utiliser les recherches sur le développement des enfants pour faire des décisions concernant l'hébergement et le droit de visite appropriés pour les jeunes enfants.

Edegem (B): Institut Européen pour l'Intérêt de l'Enfant, 03.01.2005.

[3][3]/ Berger, Maurice & Gravillon, Isabelle: "Mes parents se séparent", Ed. Albin Michel, 2003.

[4][4] / Joan B. Kelly, Ph.D.: Some Options for Child Custody Parenting Plans (for Children of School Age)

www.ColoradoDivorceMediation.com 2003.

(basé sur ce que les dernières recherches cliniques et concernant le développement nous apprennent).

[5][5]/ Robert F. Cochran. 1991.

Reconciling the Primary Caretaker Preference, the Joint Custody Preference, and the Case‑by‑Case Rule.

In Joint Custody & Shared Parenting, edited by Jay Folberg. New York & London, The Guilford Press; p. 221.



[6][6]/ cf. - Hetherington. 1979. Family Interaction and the Social, Emotional, and Cognitive Development of Children After Divorce. In The Family: Setting Priorities 71 edited by V.Vaughn & T.Brazelton.

- Jacobson. 1978. The Impact of Marital Separation/Divorce on Children: II. Interparent Hostility and Child Adjustment."

J. Divorce 2: 3.

- Emery. 1982. Interpersonal Conflict and the Children of Discord and Divorce. Psychological Bull. 92: 310.



[7][7]/ cf. Hetherington, 1979, o.c., p. 74, note 13.

[8][8]/ Chambers. 1985. Rethinking the Substantive Rules for Custody Disputes in Divorce. Mich. L. Rev. 83: 477, 484.



[9][9]/ Cochran, Robert F.. 1991.

Reconciling the Primary Caretaker Preference, the Joint Custody Preference, and the Case‑by‑Case Rule.

In Joint Custody & Shared Parenting edited by Jay Folberg. New York & London: The Guilford Press; p. 221‑222.



[10][10]/ Cochran, Robert F.. 1991.

Reconciling the Primary Caretaker Preference, the Joint Custody Preference, and the Case‑by‑Case Rule.

In Joint Custody & Shared Parenting edited by Jay Folberg. New York & London: The Guilford Press; p. 229.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Action



Nombre de messages : 190
Date d'inscription : 15/04/2006

MessageSujet: Re: GARDE PARTAGÉE   Dim 16 Avr - 0:49

Conséquences mesurées (par faits statistiques), de l'absence du père dans la famille (S'cusez... c'est en anglais )


The following is from the newsletter Common Sense & Domestic Violence, 1998 01 30

Allegations of family violence are the weapon-of-choice in divorce strategies. Lawyers, and paralegals in women's shelters, call them "The Silver Bullet". False abuse allegations work effectively in removing men from their families. The impact that the removal of fathers has on our children is horrific. The next page shows some of the consequences of the removal of fathers from the lives of their children.

The Impact on our Children
Inter-spousal violence perpetrated by men is only a small aspect of family violence. False abuse allegations are only a small tile in the mosaic of vilifying the men in our society. They serve well in successful attempts to remove fathers from the lives of our children. Here are some statistics resulting from that which show more of the whole picture.

79.6% of custodial mothers receive a support award
29.9% of custodial fathers receive a support award.
46.9% of non-custodial mothers totally default on support.
26.9% of non-custodial fathers totally default on support.
20.0% of non-custodial mothers pay support at some level
61.0% of non-custodial fathers pay support at some level
66.2% of single custodial mothers work less than full time.
10.2% of single custodial fathers work less than full time.
7.0% of single custodial mothers work more than 44 hours weekly.
24.5% of single custodial fathers work more that 44 hours weekly.
46.2% of single custodial mothers receive public assistance.
20.8% of single custodial fathers receive public assistance.
[Technical Analysis Paper No. 42 - U.S. Dept. of Health and Human Services - Office of Income Security Policy]
40% of mothers reported that they had interfered with the fathers visitation to punish their ex-spouse.
["Frequency of Visitation" by Sanford Braver, American Journal of Orthopsychiatry]
50% of mothers see no value in the fathers continued contact with his children.
["Surviving the Breakup" by Joan Berlin Kelly]
90.2% of fathers with joint custody pay the support due.
79.1% of fathers with visitation privileges pay the support due.
44.5% of fathers with no visitation pay the support due.
37.9% of fathers are denied any visitation.
66% of all support not paid by non-custodial fathers is due to the inability to pay.
[1988 Census "Child Support and Alimony: 1989 Series" P-60, No. 173 p.6-7, and "U.S. General Accounting Office Report" GAO/HRD-92-39FS January 1992]
63% of youth suicides are from fatherless homes.
[U. S. D.H.H.S. Bureau of the Census]
90% of all homeless and runaway children are from fatherless homes.
85% of all children that exhibit behavioral disorders come from fatherless homes.
[Center for Disease Control]
80% of rapist motivated with displaced anger come from fatherless homes.
[Criminal Justice and Behavior, Vol. 14 p. 403-26]
71% of all high school dropouts come from fatherless homes.
[National Principals Association Report on the State of High Schools]
70% of juveniles in state operated institutions come from fatherless homes
[U.S. Dept. of Justice, Special Report, Sept., 1988]
85% of all youths sitting in prisons grew up in a fatherless home.
[Fulton County Georgia Jail Populations and Texas Dept. of Corrections, 1992]
Nearly 2 of every 5 children in America do not live with their fathers.
[US News and World Report, February 27, 1995, p.39]


What does this mean? Children from fatherless homes are:

4.6 times more likely to commit suicide,
6.6 times to become teenaged mothers (if they are girls, of course),
24.3 times more likely to run away,
15.3 times more likely to have behavioral disorders,
6.3 times more likely to be in a state-operated institutions,
10.8 times more likely to commit rape,
6.6 times more likely to drop out of school,
15.3 times more likely to end up in prison while a teenager.

(The calculation of the relative risks shown in the preceding list is based on 27% of children being in the care of single mothers.) and — compared to children who are in the care of two biological, married parents — children who are in the care of single mothers are:

33 times more likely to be seriously abused (so that they will require medical attention), and
73 times more likely to be killed.
[The Child Abuse Crisis, a report by the Heritage Foundation]


http://www.fathersforlife.org/fv/DV_news_letter_980130.htm
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: GARDE PARTAGÉE   

Revenir en haut Aller en bas
 
GARDE PARTAGÉE
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» question garde partagée
» Garde partage et voyagement des enfants
» maman s'ennuie
» Gérer les nuits avec 2 bébés dans la même chambre.
» Garde partagée

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Égalitariste-complémentaire :: Recherches/stats/textes/etc :: Recherches-
Sauter vers: