Égalitariste-complémentaire

Égal ne veut pas dire semblable
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Loi anti-homme votée par le PQ (loi 143)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Action



Nombre de messages : 190
Date d'inscription : 15/04/2006

MessageSujet: Loi anti-homme votée par le PQ (loi 143)   Dim 16 Avr - 1:12

Loi 143 voté par le PQ en avril 2001

La discrimination "négative" anti-homme... est enchâssée DANS la charte et dans la loi 143 !


Ces mesures devaient être TEMPORAIRES... "une fois les objectifs atteints"






Il y a la charte qui permet la discrimination (1) et ensuite la loi 143 (2)



1) Charte des droits et libertés de la personne

La Partie III de la Charte des droits et libertés de la personne (Les articles 86 à 92) est en vigueur depuis juin 1985:

Article 86: Un programme d'accès à l'égalité a pour objet de corriger la situation de personnes faisant partie de groupes victimes de discrimination dans l'emploi, ainsi que dans les secteurs de l'éducation ou de la santé et dans tout autre service ordinairement offert au public. Un tel programme est réputé non discriminatoire s'il est établi conformément à la Charte. Un programme d'accès à l'égalité en emploi est, eu égard à la discrimination fondée sur la race, la couleur, le sexe ou l'origine ethnique, réputé non discriminatoire s'il est établi conformément à la Loi sur l'accès à l'égalité en emploi dans des organismes publics.

Article 92: Le gouvernement doit exiger de ses ministeres et organismes dont le personnel est nommé suivant la Loi sur la fonction publique l'implantation de programme d'accès à l'égalité dans le délai qu'il fixe.

http://www2.publicationsduquebec.gouv.qc.ca/dynamicSearch/telecharge.php?type=2&file=/C_12/C12.HTM





2) Loi 143 (2003):

Loi sur l’accès à l’égalité en emploi dans les organismes d'État:

C'est la Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse qui veille à l'application de cette loi: http://www.cdpdj.qc.ca/fr/commun/docs/loi_143.pdf

Cette loi prévoit l'élaboration de programmes d'accès à l'égalité en emploi. Elle s'adresse aux organismes publics qui emploient 100 personnes ou plus :

- réseaux de l'éducation, de la santé et des services sociaux,
- municipalités,
- sociétés de transport municipale,
- commissions scolaire,
- sociétés d'État,
- Sûreté du Québec,
- etc.

Elle ne s'adresse pas aux ministères et aux organismes de la fonction publique québécoise dont le personnel est nommé selon la Loi sur la fonction publique. Ces ministères et organismes sont régis par l'article 92 de la Charte des droits et libertés de la personne.

http://www.tresor.gouv.qc.ca/fr/ress_humaine/emplois/egalite/reference.asp#charte_modifie





Comment fonctionne cette loi (143)?

Il est très important de bien comprendre l’énoncé de l’article 9 afin de pouvoir évaluer objectivement le type d’égalité à atteindre qu’exige la Loi 143. Le cœur de l’énoncé se situe dans la phrase suivante: "LA REPRÉSENTION DES PERSONNES COMPÉTENTES DE CE GROUPE DANS LA ZONE DE RECRUTEMENT APPLICABLE".

En termes clairs, dans le domaine de la santé par exemple, 95% des finissants de formation infirmière sont des femmes. Donc, à l’embauche, la Loi 143 oblige une représentation de 95% de femmes embauchées. De plus, si la représentation des personnes déjà à l’emploi ne représente pas 95% (soit le pourcentage de femmes finissantes), la Commission peut obliger légalement l’organisme à prendre les moyens pour embaucher 95% de femmes jusqu’à ce que l’organisme ait 95% de femmes à l’emploi; soit la zone de recrutement applicable. Bien entendu, des variantes plus ou moins significatives s’appliquent comme l’expérience, la formation dans son ensemble ou d’autres particularités.

Il faut bien comprendre ici, il ne s’agit plus de 50% d'hommes et de femmes; mais la Loi va beaucoup plus loin dans son interprétation de l’égalité. Lorsque celles-ci sont majoritairement représentées dans la zone de recrutement applicable (ex.: finissantes en enseignement scolaire), la Loi vient dicter une obligation pour les organismes d’élever la barre du 50% de beaucoup plus pour les femmes et ce, dans plusieurs domaines.

***************************************************************************



Quelques faits et stats:


Si un secteur est majoritairement féminin, AUCUNE LOI ne favorise les hommes. Si un domaine est majoritairement féminin, TOUT est en place pour favoriser les femmes !

Deux organismes parapublics possèdent les plus gros budgets, il s’agit du réseau de la santé et du réseau de l’éducation. Ces deux mêmes secteurs totalisent près de 85% de l’ensemble de la rémunération salariale du gouvernement de Québec. La représentativité des femmes dans ces deux réseaux est monumentale. Les lois actuelles ne font rien pour rééquilibrer la situation.

- Près de 500,000 emplois sont visés par ces lois.

- En 2003, 65,7% des nouveaux employés étaient des femmes. (source: toujours le Conseil du trésor) Ou est l'égalité ?

L'utilisation de l'ETC ( Équivalents Temps Complet ) comme unité de mesure, fausse le nombre réel de postes occupés par les hommes et les femmes ! En 2004, selon nos calculs, les femmes occuperaient 57% des effectifs totaux de la fonction publique ! En 2005 c'est environ 58%.

En 2004 ---selon la méthode de calcul du Conseil du Trésor--- les femmes représentent plus de 54% des effectifs. Le gouvernement justifie les QUOTAS en nous disant que les femmes ne sont pas encore majoritaires dans les postes cadres et de la haute direction ! (ces 2 secteurs représentent moins de 8% des effectifs totaux de la fonction publique). Selon leur logique et le fonctionnement actuel des lois, lorsqu'elles le seront (majoritaires), les hommes seront presque évacués de TOUTE la fonction publique et parapublique ! Pourquoi ne pas avoir fait des lois JUSTES pour les femmes ET les hommes ? Pourquoi ne pas avoir visé l'égalité pour les 2 sexes ?

- Le Conseil du trésor et Conseil du statut de la femme NIENT que les quotas sexistes existent. Mais dans les faits, le fonctionnement des lois agit avec des QUOTAS !

- Lorsque les babyboomers prendront leurs retraites, environ 75% des employés (des secteurs publics et parapublics) seront des femmes !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Action



Nombre de messages : 190
Date d'inscription : 15/04/2006

MessageSujet: Re: Loi anti-homme votée par le PQ (loi 143)   Dim 16 Avr - 1:13

Les conséquences de l'Affirmative Action

Les conséquences de l'Affirmative Action étaient prévisibles, et sont particulièrement visibles :

Le nombre d'erreurs humaines du Contrôle Aérien Américain a été multiplié par trois en 4 ans, c'est-à-dire depuis que l'Affirmative Action a été mise en place dans le recrutement (10).

L'Armée Américaine vient de modifier son slogan ("be all you can be" : soit tout ce que tu peux être) entre autres parce qu'il ne correspond plus à la réalité : pour intégrer les femmes, moins sportives, dans l'Armée, le niveau d'entraînement et les demandes ont été abaissés (11).

Les entreprises américaines ont évidemment perdu en compétitivité : devoir choisir ses candidats en fonction de leur couleur de peau plutôt que de leur compétence entraîne une baisse du niveau général.

Moins visible, mais plus dramatique : un diplôme américain obtenu par un membre d'une minorité n'a évidemment plus la même valeur que celui d'un blanc : tout le monde pensera qu'il ne l'a obtenu que grâce aux quotas.

Etc.

Le Politically Correct dans son ensemble est encore plus redoutable :

L'insistance sur la race, et sur la dette d'une race envers une autre a accentué le conflit racial né de l'esclavage : sur les campus il est conseillé aux blancs de ne pas chercher à rencontrer les noirs, pour des raisons de sécurité personnelle (9), les attentats racistes se sont multipliés, même s'ils ne sont pas reportés en tant que tels quand c'est un blanc qui en est victime.

Toute personne émettant un avis opposé au PC, comme tout scientifique qui ferait une découverte ne correspondant pas au PC se verra accusée de racisme et/ou de phalocratie. Les attaques physiques ne sont pas rares, et plusieurs chercheurs réputés ont du être protégés par la police. Les limitations à la liberté d'opinion sont telles que Glayde Whitney (12) peut parler d'une véritable 4ème Inquisition.

Le niveau de la recherche américaine est en chute libre, plus personne n'osant se lancer dans certaines directions. Cela est particulièrement dangereux en santé : dans un nouveau livre (PC MD), Sally Satel démontre que le PC a tellement infecté la médecine que toute étude sur les différences que les African American présentent en termes de maladie est aussitôt étouffée pour risque d'accusations racistes.

La politique de l'Université de Colombia est que tout homme accusé "d'abus sexuel" sur une femme peut être expulsé sur un simple témoignage sans qu'il puisse puisse bénéficier des droits élémentaires de tout accusé, comme de pouvoir confronter les témoins, ou de demander l'assistance d'un avocat. (13)

Etc.

Le mouvement Politically Correct s'inscrit dans la droite ligne, comme s'il n'en était que l'application, de la philosophie néo-marxiste d'un Italien du début du XX° siècle (Antonio Gramsci, 1891-1937) (2). En accord avec Marx sur la séparation du monde entre "Oppresseurs" et "Opprimés", il s'en distinguait par une vision plus étendue de qui sont les opprimés, et des moyens d'oppressions. A l'oppression économique Marxiste, il ajoutait "l'hégémonie", c'est à dire la domination culturelle, l'ensemble des règles d'une société qui enferme un individu dans son rôle. Dans ce cadre, un opprimé peut très bien l'être à son insu, et être lui-même actif dans l'oppression dont il souffre. Et par la suite, les opprimés ne sont pas seulement les victimes du système économique, comme l'affirmait Marx, mais aussi "les femmes, les minorités raciales, et de nombreux criminels" (3). L'objectif de Gramsci était évidemment de permettre une "vraie révolution" par la modification des structures de pensée, des règles de dominance de la société. Pour cela il en appellait à certains intellectuels (les "organiques") qui seraient chargés de saper les fondements de la société.

Comme le remarque ironiquement Steve YATES (3), les féministes radicales ne savent probablement pas qu'elles fondent leur action sur la philosophie d'un "homme blanc mort". Mais ce sont bien les idées de Gramsci que l'on retrouve dans les différentes tendances du Politically Correct, de la "nécessaire dette des blancs envers les noirs" au féminisme extrême considérant "toute pénétration sexuelle comme un viol". Et Gramsci permet également de comprendre pourquoi ces extrêmistes se permettent d'intervenir dans la vie de ceux qui ne pensent pas comme eux, en leur reniant la moindre capacité de pensée indépendante.


http://www.evoweb.net/peecee.htm
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Loi anti-homme votée par le PQ (loi 143)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Anti-air frigates (Jacob van Heemskerck class)
» Quéffélec en anti-Normand dans Paris Match.
» Droit de l'homme et démocratie
» Video : les missiles mer-mer (anti-navire)
» L'eau potable art31 déclaration univers droits l'homme

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Égalitariste-complémentaire :: Recherches/stats/textes/etc :: LOIS-
Sauter vers: