Égalitariste-complémentaire

Égal ne veut pas dire semblable
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Livres qui touchent la condition masculine

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Action



Nombre de messages : 190
Date d'inscription : 15/04/2006

MessageSujet: Livres qui touchent la condition masculine   Dim 16 Avr - 1:29

BRAD PITT OU MOURIR




Stéphane se fait larguer par sa femme, avec qui il a eu un fils et dont il ignorait qu’elle était lesbienne. À peine remis de ses émotions, il se lance à la recherche d’une nouvelle copine, mais découvre bientôt que la femme québécoise a changé. Voici à quoi ressemble la drague au Québec en 2005.

Scène de bar. Deux gars abordent deux filles assises à une table.

Le premier gars : «Hé, les filles, on peut-y s’assœir avec vous ?»

La première fille : «On est entre amies, ça fait longtemps qu’on s’est pas [sic] vues.»

Le deuxième gars : «S’il vous plaît, on est gentils.»

La deuxième fille : «Gentils ?» (Gentils ! ! ! Ça n’a aucune importance. Vous n’avez rien de Brad Pitt. Allez ouste, fichez le camp !)

Le premier gars : «Si vous preniez la peine de nous connaître, vous verriez qu’on est indispensables…»

La première fille : «Machos, vous voulez dire ! » (Indispensables ? Moi, je préfère le chocolat au sexe. Je peux m’abstenir des mois si je veux. Quand l’envie me prend, il y a toujours ma copine Julie ou Geneviève ou encore mon godemiché.)

Le deuxième gars : «Donnez-nous une chance…»

La deuxième fille : «Hé, mes maudits fatigants, si vous arrêtez pas de nous écoeurer, on va avertir le portier !»

Quand le Flower Power battait son plein, les Québécois étaient les plus grands hippies du monde et les Québécoises, les meilleures baiseuses. Aujourd’hui, les Québécois sont devenus les plus grands individualistes et les Québécoises, les championnes du « je n’ai besoin de personne, surtout pas des gars ».


Titre:
BRAD PITT OU MOURIR
Auteur:
D'AUTEUIL, SYLVAIN
Prix:
16.95$ CND



http://www.librairiepantoute.com/fichelivre.asp?id=228135
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Action



Nombre de messages : 190
Date d'inscription : 15/04/2006

MessageSujet: Re: Livres qui touchent la condition masculine   Dim 16 Avr - 1:29

L'Homme Whippet



Résumé du livre


Un mollasson
Le Québécois de 30-40 ans est une chiffe molle, qui se laisse embrigader par les femmes dans un style de vie qu’il ne désire aucunement, mais qu’il accepte sans oser rechigner de peur de se retrouver seul. Pas étonnant que les couples ne fonctionnent pas. N’importe quelle entreprise qui afficherait un aussi piètre rendement que le couple moderne ferait faillite ! clame Charles Paquin. Le couple se meurt. Et, foi de l’auteur, c’est la faute de l’homme, ce mollasson.

Debout !
Whippet ? Vous avez pensé au biscuit bien connu, évidemment : dur en dehors, mou en dedans. Mais saviez-vous que le whippet est aussi une race de chien («whip it», c’est-à-dire «fouette-le») ? Pour Charles Paquin, le whippet représente à merveille le mâle actuel. Le Québécois est un insatisfait congénital. Il râle mais ne lève jamais le petit doigt pour améliorer sa situation. Non seulement il marche à quatre pattes dans sa vie amoureuse, mais en plus il ne sait même pas où il va.

Avec ce pamphlet, Charles Paquin cogne dur. Il ne se gêne pas pour dire à quel point il est fatigué de perdre de vue ses amis et de ne les voir reparaître que pour se plaindre de leur blonde. Il en a marre de les retrouver quelques années plus tard, complètement transformés, malheureux et avec un enfant à charge.

L’homme québécois a des comptes à régler avec lui-même. Il est temps qu’il se prenne en main.

Debout ! Ça presse !

http://www.jcl.qc.ca/livres/livre.305.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Action



Nombre de messages : 190
Date d'inscription : 15/04/2006

MessageSujet: Re: Livres qui touchent la condition masculine   Dim 16 Avr - 1:29

HOMME
Et fier de l'être




Présentation de l'ouvrage

Les féministes ont accusé les hommes d'être responsables de tout ce qui allait mal sur cette
planète et que c'était à cause d'eux si les femmes se retrouvaient dans des situations socio-
économiques défavorables. Elles leur ont dit qu'ils étaient tous des violeurs et des violents en
puissance, qu'ils ne communiquaient pas, qu'ils étaient insensibles et inexpressifs, qu'ils ne
pensaient qu'au sexe, qu'ils étaient des pères absents. ..et quoi d'autre encore !
.
Beaucoup d'hommes ont copié et confirmé ces discours mis de l'avant par les féministes des
années 60- 70. Les hommes sont, à l'heure actuelle, le seul groupe contre lequel on peut
déblatérer publiquement sans que personne, ni eux-mêmes, n'ose prendre leur défense.
L'homme a laissé dire parce que lui-même en est venu à croire qu'aujourd'hui être homme,
c'est tout ce qu'il ne faut pas être. De héros, les féministes en ont fait des zéros.
.
Pour la première fois, un homme, psychologue, sexologue, mari, père et heureux de vivre,
ose se lever pour rétablir les faits. Pour la première fois, un homme attire notre attention sur
les apports bénéfiques de l'homme sur le couple, la sexualité, les enfants et l'évolution de
la société et de l'humanité. il dénie plusieurs grands postulats du féminisme: le patriarcat,
la non-communication des hommes, sa non-expression émotive, son non-engagement. Il
réhabilite la masculinité aux yeux des hommes. il dit aux hommes comment se tenir debout
devant leur compagne !

Le parcours de l'auteur

Yvon Dallaire est le créateur de l'Approche psychosexuelle appliquée, une approche qui intègre les données de la nature biologique de l'être humain avec les grandes théories explicatives de son comportement. Il est l'auteur de S'aimer longtemps ? L'homme et la femme peuvent-ils vivre ensemble
(1996), Chéri, parle-moi... Dix règles pour faire parler un homme (1997) et de Pour que le sexe ne meurt pas. La sexualité après 40 ans (1999). Il est membre de l'Ordre des Psychologues du Québec et du Répertoire Canadien des Psychologues.
.
Après avoir enseigné la psychologie au Collège de Sainte-Foy {Québec, Canada) et être
intervenu auprès des couples pendant plus de 25 ans, il se consacre actuellement à ses pro-
jets d'écriture et à ses tournées de conférences au Canada et en Europe. Il nous présente ici
un autre livre qui devrait, encore une fois, faire beaucoup parler.
.

© 2002 Tous droits réservés - Éditions Option Santé - Yvon Dallaire


http://www.psycho-ressources.com/bibli/homme-fier.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Action



Nombre de messages : 190
Date d'inscription : 15/04/2006

MessageSujet: Re: Livres qui touchent la condition masculine   Dim 16 Avr - 1:30

Les Hommes protégés
de Robert Merle




Bref résumé de l'histoire:
Un mystérieux virus décime la population masculine mondiale. Devant l'effondrement global qui s'annonce, les femmes prennent petit à petit les leviers de commande.

Mais tout n'est pas parfait pour autant, des conflits éclatent entre différents groupes à propos du statut des hommes survivants.







Un extrait:

"L'homme a pris goût à la débauche. Pendant ce temps, une secte de femmes fanatiques, hideuses, monstrueuses nommées féminazistes s'est mise au travail pour anéantir la race masculine en lui inculquant son infériorité en opérant en lui le vice de la servilité de ses propres sens. Et ainsi, la féminaziste a vaincu, pendant que l'homme dégradé s'amuse, bière dans la main, à contempler la circonférence et le volume de joyeuses paires de nichons gonflés au silicone et présentées au menu par un écran plat. Ainsi, la grande race royale jadis sous l'opression animale de ces perfides hommes, la femme a triomphé, glorieuse, quoique sa raison fonctionne au sentimentalisme et à l'orgueil sans plomb. Et pendant ce temps, l'homme ne pense qu'à satisfaire ses désirs les plus bas: boire, fumer, bouffer, baiser."


Arrow http://www.amazon.fr/exec/obidos/ASIN/2070381463/171-8552513-4998653

Arrow http://www.philo5.com/Mes%20lectures/MerleRobert_HommesProteges_1974.htm
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Action



Nombre de messages : 190
Date d'inscription : 15/04/2006

MessageSujet: Re: Livres qui touchent la condition masculine   Dim 16 Avr - 1:30

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
Admin


Nombre de messages : 15
Date d'inscription : 15/04/2006

MessageSujet: Re: Livres qui touchent la condition masculine   Dim 16 Avr - 1:46

Le complexe de Médée
Quand une mère prive le père de ses enfants

Alain Depaulis




Dans le théâtre antique, une femme assume en toute lucidité le meurtre de ses enfants. Ce drame recouvre pourtant une réalité terriblement humaine. Cette étude en décèle la trame dans les affaires criminelles (certains types d’infanticide), la clinique familiale (certains cas d’aliénation mentale de l’enfant) et les affaires familiales (des pères privés de leur enfant). A travers les situations décrites, une constante s’impose : une femme abandonnée par son mari réduit son enfant à un objet de vengeance.

Le présent essai décrit une structure en trois points qui répond aux caractéristiques de la tragédie grecque et peut soutenir une définition du complexe de Médée. L’auteur démontre ainsi l’hypothèse évoquée par certains psychanalystes d’une structure latente qui conduit sous sa forme exacerbée au meurtre de l’enfant : le complexe de Médée.

http://universite.deboeck.com/livre/?GCOI=28011100108100
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://egalitariste.discutforum.com
Admin
Admin


Nombre de messages : 15
Date d'inscription : 15/04/2006

MessageSujet: Re: Livres qui touchent la condition masculine   Dim 16 Avr - 1:56

L’Équité salariale et autres dérives et dommages collatéraux du féminisme au Québec




André Gélinas

Essai

À la suite des pressions exercées par les féministes québécoises, la Loi sur l’équité salariale, adoptée en 1996, est la plus chromée de toutes les lois du genre au Canada et en Amérique du nord. Elle assure aux femmes une rémunération au moins égale et parfois supérieure à celle des hommes tout en empêchant que les hommes aient une rémunération supérieure à celle des femmes. Elle a déjà permis aux femmes d’encaisser près de quatre milliards de dollars en «redressement salarial» de 1990 à 2001, et ce, dans le seul secteur public. Tant que cette loi sera en vigueur, chaque année amènera un nouveau redressement salarial auquel il faudra ajouter les avantages sociaux. Dans ces conditions, peut-on encore sérieusement parler d’équité? Comment l’économie québécoise peut-elle supporter un tel dommage collatéral?

Une pareille dérive, d’après l’auteur, s’explique simplement: le discours féministe a été tellement dominant aux cours des dernières décennies que ses nombreuses revendications et ses nombreuses victoires ont fini par émousser le sens critique des Québécois. Quelles victoires? Par exemple, en 2000, la «Loi sur l’accès à l’égalité en emploi dans les organismes publics» détermine que les groupes «victimes de discrimination» sont maintenant les femmes, les autochtones et les personnes qui font partie d’une minorité visible. Selon cette loi, «à compétence égale», les membres des groupes cibles devront être recrutés et promus de préférence à ceux qui ne font pas partie de ces groupes. Autre exemple: en 2001, le gouvernement a versé un milliard de dollars à des garderies à 5 $ pour permettre à la femme d’aller sur le marché du travail sans grever son budget. Madame l’Ombudsman a déclaré que cette somme ne satisfaisait que 60% des besoins...

Au moment où commencent les négociations entre l’État et ses employés, André Gélinas soumet à la réflexion publique des considérations à la fois rigoureusement techniques et hautement polémiques.


http://www.varia.com/livre.asp?id=88
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://egalitariste.discutforum.com
Admin
Admin


Nombre de messages : 15
Date d'inscription : 15/04/2006

MessageSujet: Re: Livres qui touchent la condition masculine   Dim 16 Avr - 1:56

Les Enfants de Jocaste




De cet Oedipe, où le père a tellement disparu au bénéfice de la mère, nous sortons très meurtris, portant la trace de notre Mère et rêvant de notre Père. Chez l'homme cela prend la forme du ressentiment contre la femme, dont aucun homme ne se défait ni totalement, ni définitivement. L'identité de l'homme est marquée du refus de la femme comme égale. Chez la femme, cela prend l'allure d'une course effrénée au désir masculin, course qui la tiendra esclave de la loi de l'homme, et méfiante vis-à-vis des autres femmes. L'identité de la femme est marquée du désir de rencontrer l'homme si longtemps absent de sa vie.
On peut donc voir ici se dessiner le cercle infernal où la femme non désirée dans son enfance, va dans l'âge adulte quêter le désir et l'approbation de l'homme, et où celui-ci, mis en position de maître, va en profiter pour régler son compte à la femme (en souvenir de son compte mal réglé à sa mère).
Et la femme qui cherche l'amour réparateur de l'homme va tomber sur l'amour castrateur de celui qui a bien décidé qu' ELLE ne régnerait plus jamais sur lui. L'histoire vécue avec Jocaste paraît engendrer aussi bien la jalousie entre femmes à propos de la conquête de l'homme, que la misogynie de l'homme envers la femme.

http://perso.wanadoo.fr/christiane.olivier/jocasteext.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://egalitariste.discutforum.com
Admin
Admin


Nombre de messages : 15
Date d'inscription : 15/04/2006

MessageSujet: Re: Livres qui touchent la condition masculine   Dim 16 Avr - 1:56

La violence faite aux hommes, Une réalité taboue et complexe



Résumé
Il n'y a jamais d'éclair dans un ciel bleu

Le féminisme nous a ouvert les yeux sur la violence conjugale. Il a contribué et continue de contribuer à l'évolution positive de notre société. Certaines féministes, par contre, n'ont ouvert qu'un seul oeil sur cette violence : celle faite aux femmes. Elles ont délibérément fermé l'autre oeil, celui qui devrait être ouvert sur la violence faite aux hommes.

La raison en est très simple : elles ont fait de la violence conjugale un débat politique, où l'homme est perçu comme l'abuseur et la femme la victime, plutôt que de présenter la violence dans son intégralité. Or, c'est un réel phénomène social dont les causes et les solutions ne sont pas d'ordre politique ou sexuel, mais plutôt socio-économique.

Peu d'auteurs ont eu le courage de s'élever contre la rectitude politique actuelle dominée par le lobby féministe radical qui rend l'homme seul responsable de toute violence domestique, malgré des faits scientifiques indéniables contredisant cette exagération. Yvon Dallaire nous présente des faits surprenants, presque incroyables à première vue, démontrant que la prévalence de la violence féminine est égale à celle de l'homme. On y apprend même que certains types de violence se retrouvent davantage du côté des femmes, comme celle qui se pratique envers les enfants.

L'objectif de l'auteur n'est pas de lancer un débat à savoir lequel, de l'homme ou de la femme, est le plus violent, mais plutôt de susciter une réelle prise de conscience de toute la réalité de la violence conjugale et familiale. Le but est que, ensemble, hommes et femmes puissent arriver à l'éradiquer. Pour ce faire, il importe de connaître les réelles dimensions de cette violence, plutôt que de rechercher un coupable unique, toujours le même, qu'on s'acharne à punir. De fait, la violence, qui se vit à deux, ne peut être le résultat que d'une malheureuse escalade réciproque (schismogenèse complémentaire).




--------------------------------------------------------------------------------

Table des matières
Introduction : Le contexte actuel

1. Les préjugés contre les hommes
2. Des statistiques surprenantes
3. Pourquoi les hommes n'en parlent pas
4. Le cercle vicieux de la violence
5. Les réactions féministes
6. Pourquoi les hommes vivent avec des femmes violentes
7. Le syndrome de la femme battue
8. Pour mettre fin à l'impasse
9. Vous croyez que j'exagère ?

Conclusion : Je plaide coupable

Annexe : Les groupes d'entraide pour homme

Médiagraphie (bibliographie et sites internet)





--------------------------------------------------------------------------------

Témoignage(s)
Bonjour monsieur Dallaire

J'aimerai vous remercier pour ce livre que vous avez écrit. Je l'ai découvert en furetant chez Archambeault; il est particulièrement véridique. Je sais de quoi je parle car je suis moi-même un homme violent qui a eu de la chance c.a.d. qui a eu de l'aide mais non pas sans en avoir payé le prix de sa dignité (casier judiciare) à l'appui.

Votre livre ne sert d'excuse à ma violence passée, mais à mieux comprendre la société dans laquelle je vis et les mécanismes complexes qui unissent un homme et une femme, tout ça à l'intérieur d'une famille.

Pour moi, il n'y à pas de solution généralisé à la violence, il y a des solutions intimes non pas basées sur la raison (sinon je ne serai pas en train de vous écrire), mais sur les émotions. C'est un terrain glissant pour moi, bref je m'arrête là, le but de cette lettre étant de vous remercier pour ce livre.

Je vous souhaite un bonne journée

André Coulombe

---------------------------------------------------


Bonjour,

Je réponds à votre invitation à réagir suite à la lecture du texte sur la violence féminine que l'on retrouve sur le site internet annonçant votre livre La violence faite aux hommes. C'est un sujet qui me touche personnellement et qui pourrit mon milieu de travail. J'y suis entouré de femmes jeunes et moins jeunes et le savoir-vivre n'est pas toujours au rendez-vous. Je serais même porté à dire qu'il n'est pas bien vu de parler de la violence des femmes quand elles sont majoritaires dans le milieu. Mais j'ose quand même.

Je serais curieux de savoir si votre livre s'est bien vendu et quel genre d'accueil on lui a fait ici, si vous avez envie de m'en glisser mot.

Un ami Français, grand voyageur devant l'éternel, m'a mentionné que ce genre de phénomène semble beaucoup plus courant au Québec qu'ailleurs dans le monde industrialisé. Peut-être encore un effet pervers de l'infantilisation des masses entreprise depuis quelque temps par nos multiples et omniscients gourous du gouvernement et de la rectitude politique. Mais là, je parle au travers de mon chapeau.

Quand je parle ci-dessous de féminisme qui " envahit une société patriarcale... " je fais référence aux stratégies individuelles qui deviennent populaires à cause de leurs résultats. Ces stratégies, nées d'une autre époque, sont copiées et adoptées par des personnes qui y voient une façon commode et éprouvée pour parvenir à leurs fins, sans comprendre les raisons et le contexte qui sont à l'origine de ces stratégies. Ça va finir par leur nuire, à eux et à ceux et celles qui ont mené de durs combats pour quelques acquis relativement fragiles.

Je suis entièrement d'accord avec vous sur la nécessité de remettre certaines pendules à l'heure... Je m'y emploie moi-même depuis que je sais parler et que je ne suis pas sûr que finalement le jeu en vaille la chandelle, comme on dit... Quand une stratégie comme le féminisme ou le culte de l'enfant roi réussit à envahir à ce point une société notoirement patriarcale comme la nôtre, il faut s'attendre à voir certains hommes se chercher des repères. La vérité est très dure à accepter quand on la fuit constamment et la mode de la médication à outrance en vogue ces jour-ci dans notre beau pays ne fait rien pour améliorer les choses. Les éducateurs abdiquent. Les politiciens magouillent. Les médecins écoutent, mais n'entendent pas. Les petits garçons sont tartes à l'école comparés aux gentilles et studieuses filles. La seule génération existante ici semble sur le point de prendre sa retraite. Qu'elle prépare depuis longtemps. Le temps se réchauffe et la guerre en Irak qui traîne en longueur... la drogue dans les sports... le mensonge... la jalousie. Peut-être mon humble avis vous semblera-t-il un tantinet loufoque, mais j'ai l'impression que nous glissons lentement vers la décadence. Je crois même qu'il y en a que ça amuse et qui en profitent. Je suis pas sûr, juste un mauvais feeling. Dans un tel contexte, la violence des femmes est probablement perçue comme normale et excusable. Et toujours discutable. Je crois même qu'on la trouve drôle quand c'est un téléroman à saveur humoristique bien de chez-nous. Comme du théâtre, quoi ! Je viens de lire un article de la revue l'Actualité sur la torture et les commentaires d'un professeur de droit de Harvard qui en justifie l'usage. Il mentionne le fait qu'il n'a aucune objection à ce que des machos arabes soient humiliés et exposés nus devant des femmes soldats, pour leur apprendre, " quin toé, c'est quoi la bonne manière ". Cet homme enseigne ! À Harvard !

Bien à vous et bon courage.

Claude Lefebvre, Citoyen
dosilaresol@yahoo.ca

_____________________
M. Lefebvre,

Oui, mon livre a reçu un excellent accueil. En fait, le livre La violence faite aux hommes est une reprise augmentée du chapitre 4 de mon livre Homme et fier de l'être, dans lequel j'aborde l'ensemble de la condition masculine actuelle. J'en ai fait un livre indépendant parce que, suite à la sortie de ce livre, j'ai reçu énormément de demandes d'entrevue de la part des médias tant écrits qu'auditifs ou visuels. J'ai pensé que si ce chapitre suscitait tant d'intérêt qu'il valait la peine que j'en fasse le #1 de la collection MISE AU POINT des éditions Option Santé afin de, comme vous dites, de remettre les pendules à l'heure.

Bonne journée,

Yvon Dallaire, psychologue et auteur

http://www.optionsante.com/livres.php?livre=9
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://egalitariste.discutforum.com
Admin
Admin


Nombre de messages : 15
Date d'inscription : 15/04/2006

MessageSujet: Re: Livres qui touchent la condition masculine   Dim 16 Avr - 1:57

L'homme battu, un tabou au coeur du tabou





Résumé
Pour la majorité des gens, parler d'hommes battus est incroyable. Pourtant, la triste réalité est qu'il existe des hommes battus. Sauf que ceux-ci n'en parlent pas et qu'ils ne peuvent, contrairement aux femmes, compter sur des ressources communautaires pour les aider à sortir du cycle infernal de la violence conjugale.

Pour la première fois, une femme, Sophie Torrent, fait de l'homme battu par sa conjointe le sujet d'un livre. En se basant sur le témoignage d'hommes reconnus violentés, elle pénètre au cur de la dynamique relationnelle sise au sein de la sphère conjugale. Elle définit ce qu'est un homme battu par sa conjointe et en quoi la violence féminine diffère de la violence masculine.

Elle explique aussi pourquoi les hommes n'en parlent pas et persévèrent à entretenir une relation dont ils sont victimes. Elle démontre les conséquences négatives des violences physiques sur l'identité de l'homme. Elle décrit les stratégies de l'homme battu pour essayer de gérer cette violence, de la limiter et, même, de la minimiser. Elle pose une question cruciale : l'homme battu peut-il retrouver sa dignité ?

Heureusement, ce livre se termine sur une note optimiste lorsque l'auteure décrit ce que peut faire l'homme battu pour quitter une relation conjugale souffrante et dépasser sa réalité d'homme violenté.

Ce livre souhaite briser le tabou des hommes violentés par leurs conjointes, sensibiliser la population et les intervenants socio-judiciaires à cette réalité. Il invite à dépasser les stéréotypes de l'homme agresseur et de la femme violente et rétablit la violence comme le fruit d'une interaction entre deux personnes responsables.


http://www.optionsante.com/livres.php?livre=11
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://egalitariste.discutforum.com
Admin
Admin


Nombre de messages : 15
Date d'inscription : 15/04/2006

MessageSujet: Re: Livres qui touchent la condition masculine   Dim 16 Avr - 1:57

La cause des hommes. Pour la paix des sexes





Résumé
Bien engagé au Québec, émergent en Europe francophone, le mouvement des hommes est en marche.
A leur tour, les hommes se découvrent victimes d’injustices, de sexisme, et encore dépendants d’un stéréotype vieux de deux siècles. Ils prennent la parole et font face. Sous des formes diverses, de nombreux pères se mobilisent pour donner à leurs fils la nourriture masculine qu’eux-mêmes ont insuffisamment reçue. Les pères divorcés, marginalisés par des procédures iniques, militent pour le droit de chaque enfant à ses deux parents. Des hommes victimes de la violence, en particulier conjugale, brisent le silence et s’efforcent d’être reconnus. Dans les mouvements identitaires, les hommes apprennent à se parler et à se montrer, entre eux, tels qu’ils sont. Enfin, un courant pédagogique s’efforce de trouver des solutions au phénomène inquiétant de la sous-performance des garçons à l’école.
Tous, à leur manière, inventent la nouvelle cause des hommes - qui a vocation à se conjuguer à d’autres causes : celle des enfants, qui ont droit à des pères présents; celle des femmes qui aspirent à un vrai partage social et à la paix des sexes.




--------------------------------------------------------------------------------

Table des matières
Introduction : Vers un mouvement des hommes ?

Chapitre 1. La mâle souffrance
1.1 Vraies forces, vraies faiblesses
1.2 Qui regrette le patriarcat ?
1.3 Des hommes qui ont faim
1.4 Un fils affamé : Poil de carotte
1.5 Deux siècles d’éloignement des fils et des pères
1.6La prégnance du stéréotype
1.7 Big Mother veille sur vous
1.8 Où sont les héros ?
1.9 Le néo-sexisme
1.10 La confusion des mots
1.11 L’homme-coupable

Chapitre 2. Révolte contre le stéréotype
2.1 Des nouveaux pères dès le Moyen âge
2.2 Le modèle celte
2.3 L’homme est multiple

Chapitre 3. Contre toutes les violences
3.1 La violence n’a pas de sexe
3.2 L’histoire de Dave, homme battu
3.3 Les damnés de la Terre

Chapitre 4. La lutte des pères
4.1 Naissance : préparer les pères aussi
4.2 Une avancée : le congé de paternité
4.3 Divorce : la justice ou l’idéologie ?
4.4 Crimes contre les pères
4.5 Les pères changent, les pères dérangent
4.6 La longue marche des militants
4.7 Pères, hommes, femmes, enfants : au carrefour de toutes les causes
4.8 Le patronyme, c’est l’équité

Chapitre 5. La quête de l’identité
5.1Réseau Hommes : la découverte de l’intimité
5.2 New Warriors : vivre un rite de passage
5.3 Construire des espaces masculins

Chapitre 6. La cause des fils
6.1 Les programmes père-fils
6.2 École I : Bravo les filles !
6.3 École II : Comment sauver les garçons ?

Conclusion : Trouver la fierté

Bibliographie. Filmographie. Associations.




--------------------------------------------------------------------------------

Témoignage(s)
Bonjour.
J'ai terminé il y a quelques jours la lecture de l'ouvrage de Patrick Guillot, La cause des hommes, pour la paix des sexes

C'est le premier livre que je lis qui aborde aussi complètement la totalité des aspects de la condition masculine. Très bien documenté, le propos de monsieur Guillot comprend un certain nombre d'affirmations qui valent la peine d'être dites (la violence n'a pas de sexe, il faut sauver les garçons, etc.)
J'y ai retrouvé des situations que j'ai vécues en tant qu'homme, et qui m'ont donné le goût de me prendre en main, de m'affirmer.
Le souhait que je ferais, c'est que Patrick Guillot s'emploie dans un prochain ouvrage à démontrer avec conviction en quoi la cause des hommes peut vraiment mener à la paix des sexes.

Gilbert Tousignant, Prévost (Qc)
membre d'un groupe de parole et d'écoute

http://www.optionsante.com/livres.php?livre=18
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://egalitariste.discutforum.com
Admin
Admin


Nombre de messages : 15
Date d'inscription : 15/04/2006

MessageSujet: Re: Livres qui touchent la condition masculine   Dim 16 Avr - 1:57

La planète des hommes



Résumé
On parle beaucoup depuis quelque temps du "malaise" de l'homme actuel, l'homme avec un petit "h". De quoi s'agit-il au juste, d'une crise, de désarroi, de déroute, d'une mutation ? Phénomène réel ou médiatique ? Les hommes sont-ils heureux ou malheureux ?

Une constation s'impose : l'évolution de notre société a connu des bouleversements d'une incroyable ampleur au cours des trente dernières années. Qu'ils aient entraîné des perturbations chez l'homme ou chez certains hommes, on le comprend aisément.

Pour cerner le phénomène, le journliste Mario Proulx a mené une enquête approfondie auprès de spécialistes, de témoins privilégiés et d'hommes de trois générations.

Dans cet ouvrage, il nous mène à la rencontre de Serge Bouchard, Marc Chabot, Rose-Marie Charest, Guy Corneau, Yvon Dallaire, Gontran Houde, Dany Laferrière, Pierre Matton, Charles Paquin et Ricardo Trogi.

Un livre forum pour un débat social actuel, inspiré de la série radiophonique qui a connu un vif succès.



--------------------------------------------------------------------------------

Table des matières
Première partie : Où sommes-nous ?

Une société matriarcale est-elle plus juste ?
SERGE BOUCHARD
Femmes, plaisir et politique
DANY LAFERRIÈRE
Le privé, le public et le secret
MARC CHABOT
Les hommes sont isolés
ROSE-MARIE CHAREST
Je suis déçu des hommes
CHARLES PAQUIN

Deuxième partie : Qui sommes-nous ?

Fier d'être homme
PIERRE MATTON
L'homme agit ses émotions
YVON DALLAIRE
Le jardin de l'amour
GONTRAN HOUDE
Les filles veulent un cheval sauvage à dompter
RICARDO TROGI

Troisième partie : Où allons-nous ?
Bourreau ou victimes ?
GUY CORNEAU

http://www.optionsante.com/livres.php?livre=21



LA SERIE ORIGINALE À RADIO-CANADA:

Arrow http://www.radio-canada.ca/radio/profondeur/hommes/projet.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://egalitariste.discutforum.com
Admin
Admin


Nombre de messages : 15
Date d'inscription : 15/04/2006

MessageSujet: Re: Livres qui touchent la condition masculine   Dim 16 Avr - 1:58

Coupable d'être un homme



La police arrive, vous passe les menottes, vous emmène. Vous faites un séjour en prison, puis en ressortez avec interdiction formelle de rentrer chez vous. Quelque temps plus tard commence votre procès, que vous avez perdu d’avance. Un livre de Kafka? Pas du tout. Vous venez tout simplement d’être accusé par votre conjointe ou ex-conjointe de violence conjugale. Au Québec, comme dans le reste de l’Amérique du Nord, il ne fait pas bon être un homme. Pour protéger les femmes de la violence conjugale dont elles sont souvent victimes, l’État a mis en place un véritable système totalitaire où arrestations arbitraires et jugements iniques sont monnaie courante, où la présomption d’innocence est un leurre, où le coupable désigné est l’homme. Pour un pays qui se prétend démocratique, cet état de fait est très grave et mérite d’être dénoncé. Il n’est plus acceptable que des milliers d’hommes soient spoliés, chassés de chez eux et privés de leurs enfants pour la seule raison que des femmes décident de porter contre eux de fausses accusations qui sont transformées en condamnations injustes par un système judiciaire complice. Ce livre lève enfin le voile sur cette réalité et présente quelques pistes de réflexion pour rétablir l’égalité entre tous les citoyens, quel que soit leur sexe.

http://www.edvlb.com/pagecat.asp?annee=2000&codecat=cg&no=7&saison=Automne&page=12



LA COALITION de M.Georges Dupuis:
Arrow http://www.coalitiondeshommes.org/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://egalitariste.discutforum.com
Admin
Admin


Nombre de messages : 15
Date d'inscription : 15/04/2006

MessageSujet: Re: Livres qui touchent la condition masculine   Dim 16 Avr - 1:58

Père manquant, fils manqué
Que sont les hommes devenus ?





Et si ces pères manquants avaient inévitablement engendré des fils manqués ? Cette question cruciale a amené Guy Corneau à se demander pourquoi la condition d’homme est si inconfortable aujourd’hui, pourquoi les hommes ont-ils peur de l’intimité, pourquoi redoutent-ils cette agressivité qu’ils refoulent en eux-mêmes, pourquoi se sentent-ils obligés de jouer les héros, les éternels adolescents, les séducteurs ou les bons garçons... Pourquoi est-il si difficile de devenir un homme à part entière dans nos sociétés où les rites initiatiques de l’adolescence ont disparu ? Père manquant, fils manqué est le livre-phare de toute une génération d’hommes en questionnement.

http://www.edhomme.com/pagecat.asp?annee=2003&codecat=ca&no=14&saison=Automne&page=16
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://egalitariste.discutforum.com
Admin
Admin


Nombre de messages : 15
Date d'inscription : 15/04/2006

MessageSujet: Re: Livres qui touchent la condition masculine   Dim 16 Avr - 1:59

Spreading Misandry:
The Teaching of Contempt for Men in Popular Culture




Après la misogynie, voici la misandrie. Le dénigrement des hommes fait désormais partie des mœurs, affirment les chercheurs Katherine Young, de l'Université McGill, et Paul Nathanson, auteur indépendant. Il pourrait même expliquer des fléaux comme le décrochage scolaire et le suicide des garçons, tout autant que celui des pères absents.

Les deux universitaires traitent du sujet en long et en large dans un ouvrage intitulé Spreading Misandry: The Teaching of Contempt for Men in Popular Culture, et qui risque de faire jaser. Katherine Young est professeure d'études religieuses et son collègue, spécialiste de la recherche en la matière. Ils ont accepté de répondre aux questions du SOLEIL.

En surface, la misandrie n'est pas plus évidente que ne l'était la misogynie quand la féministe américaine Betty Friedan a publié son best-seller La Femme mystifiée, en 1960, expliquent d'abord Young et Nathanson.

Et de la même manière que des gens se sont alors moqués de la supposée oppression des femmes blanches habitant de confortables bungalows de banlieue, il s'en trouve aussi aujourd'hui pour rire du mauvais sort qui serait supposément fait aux hommes, disent les auteurs du nouvel ouvrage.

Young avait d'abord mené, de son côté, une importante recherche sur les femmes de l'Inde, dans les années 1970, tandis que Nathanson avait étudié la masculinité reliée à la guerre du Vietnam, 30 ans après la fin des hostilités. Les deux chercheurs constatèrent ensemble que peu de choses avaient été écrites sur la condition masculine, au moment même où, par exemple, les nouvelles technologies de reproduction affectaient sérieusement l'identité des hommes.

Voilà comment ils décidèrent de procéder à un catalogage du dénigrement systématique fait aux hommes dans la culture populaire. Cinéma, télévision, humour, bandes dessinées, publicité et même cartes de vœux, tout a été ratissé de fond en comble.




La stratégie du silence Premier constat majeur : les hommes eux-mêmes ne se plaignent pas beaucoup de la misandrie. Et la prémisse des médias, établissent les chercheurs, est alors de dire qu'ils ne le font pas parce qu'ils ne sont pas justifiés de le faire. « Exactement la même supposition qui avait été faite à propos des premières féministes. Comment peuvent-elles plaindre, disait-on, des femmes blanches, scolarisées et en santé des classes moyennes alors que d'autres sont vraiment oppressées par la pauvreté ou le racisme, par exemple ? »

Les hommes se classent en quatre catégories par rapport à la misandrie, dit le duo de McGill ; ce qui expliquerait, à leur face même, pourquoi ils sont si peu nombreux à la dénoncer.

1) Il y a ceux qui sont maltraités par la justice, face aux femmes, et qui commencent à s'en plaindre.

2) Il y a les riches et les puissants qui ne se sentent pas menacés, donc qui ignorent ce genre de questions.

3) Il y a ceux qui ont choisi le stoïcisme comme modèle de masculinité et qui trouveraient le fait de se plaindre encore pire que la mort elle-même.

4) Il y a enfin les autres qui sont sincèrement convertis au féminisme ou qui trouvent politiquement pratique d'appuyer leurs partisanes.

Non seulement les hommes ne se plaignent pas de la misandrie, notent Young et Nathanson, mais ils sont de plus en plus nombreux à la contester, en partie à cause de la nouvelle popularité de la psycho-pop. Ils se disent de moins en moins hésitants à parler de leurs angoisses et de leurs frustrations. Ce qui les convainc que la stratégie du silence est de moins en moins vraie.

Même si les premières jérémiades féministes ont été ridiculisées, les militantes ont fini par convaincre le monde que les femmes vivaient des situations méritant d'être prises au sérieux. Sauf qu'il leur a fallu plusieurs années et beaucoup d'activisme politique. Et même maintenant, il reste des femmes pour ne pas être d'accord avec tout ce que les féministes disent des femmes ou des hommes.

« Notre but n'est pas de discréditer les féministes, insistent les auteurs, mais de découvrir les besoins et problèmes distinctifs à la fois des hommes et des femmes. Les deux groupes doivent être pris en considération, plutôt que l'on souhaite seulement la victoire de l'un sur l'autre. »

La souffrance comparative Plusieurs groupes sociaux définissent leur identité par la victimisation, estiment Young et son collègue. Ce qui peut même leur conférer un certain statut moral, comme on l'a vu dans le passé.

Durant plusieurs décennies, soutient le duo, le mouvement thérapeutique a mis plus l'accent sur l'émotion que sur la raison. Et l'idéologie féministe répandait la croyance que les femmes avaient une affinité particulière avec l'émotion, à laquelle seraient rattachées leurs habiletés relationnelles tant proclamées, et celle que les hommes avaient une affinité particulière avec la raison, à laquelle réfère leur stérile et abstraite pensée qui conduirait à la guerre et au chaos technologique.

Avec, comme résultat, l'émergence d'une forte opposition émotionnelle entre les femmes d'une part, ces oppressées qui ont raison, et les hommes, d'autre part, ces oppresseurs qui ont tort. Ce qui donne lieu à « un dangereux et dégradant spectacle que nous appelons la souffrance comparative, écrivent les auteurs, et dans laquelle des communautés et des classes sociales sont forcées de compétitionner contre les autres pour être incluses sur la liste des victimes officielles de la société. D'où la fragmentation et même la polarisation sociale. »

Young et Nathanson se sont penchés sur les problèmes historiques et culturels causés par l'entraînement psychologique des hommes à la guerre. Ils ont aussi examiné la violence domestique des femmes contre les hommes et les enfants. Pour arriver à l'impitoyable conclusion qu'une personne fâchée ou dépressive, qu'elle soit mâle ou femelle, attaque parfois les autres, et habituellement les plus faibles qu'elle, donc ceux qui sont moins en mesure de se défendre. Ce qui fait que des hommes frappent les femmes et que des femmes frappent les enfants.

Les chercheurs s'interrogent beaucoup sur les mobiles des mâles féministes. « Certains croient sans doute que les femmes ont besoin de leur aide. Et il s'agit d'une majorité d'hommes qui ont la vie facile. Ils n'ont pas de mal à payer leurs factures et à élever leur famille.

« Mais, poursuivent Young et Nathanson, nous soupçonnons plusieurs mâles féministes d'être motivés par une culpabilité névrotique. Il s'agit d'un sentiment de culpabilité qui n'est pas relié à leurs propres comportements mais associé à ceux des autres hommes. Il peut en résulter une répugnance de leur propre identité d'homme. Pour bien se sentir, ils tentent de se distancier des hommes comme groupe, en espérant du même coup en retirer de la considération de la part des femmes. »

La vengeance n'est pas la justice Il existe un message d'ambiance, particulièrement propagé par les mères volontairement célibataires et leurs supporters politiques, selon lequel les pères sont, au mieux, un luxe non nécessaire, et, au pire, des personnes violentes. Si les pères sont non nécessaires ou dangereux, pourquoi resteraient-ils dans le décor ? Voilà comment, selon Young et Nathanson, la misandrie arrive probablement à contribuer au décrochage scolaire et au suicide des garçons, en même temps qu'à former des pères absents.

Parce que la misandrie est une attaque directe de l'identité masculine, il est probable, ironiquement, qu'elle engendre un sursaut de machisme, qui s'exprime par le refus des adolescents de mûrir, à l'encontre du rôle des mâles adultes de protéger la société. Et même aussi un sursaut de misogynie. Tout cela basé sur le principe qu'une identité négative vaut mieux que pas d'identité du tout : si la société dit aux garçons et aux hommes qu'ils sont intrinsèquement mauvais, bref, aussi bien l'être !

Les hommes sont également confus quant au double message selon lequel ils doivent se convertir au féminisme tout en étant différents des femmes. « Le fait est que les humains ne sont pas des rats de laboratoire, écrivent les deux chercheurs de McGill. Les expériences sociales sont dangereuses, parce que nous ne pouvons pas prévoir toutes les conséquences et les risques de payer très cher pour les mauvais essais. Il arrive parfois que nous résolvons un problème seulement en le remplaçant par un autre. »

Il ne fait pas de doute pour Young et Nathanson que l'homme occidental est actuellement en plein procès public et qu'un « ouragan de haine déferle contre lui ». Ils en donnent comme exemple la tuerie de 1989 à la Polytechnique de Montréal, à la suite de quoi « des gens n'ont jamais cessé de répéter que Marc Lépine n'était pas malade mental ou dérangé, mais qu'au contraire des autres hommes normaux, il avait seulement osé donner suite à ses fantasmes misogynes ».

Que répondent Young et Nathanson à l'idée selon laquelle la misandrie était devenue inévitable après des siècles de misogynie ? « C'est peut-être vrai, mais ça ne la rend pas moralement acceptable pour autant. La vengeance n'est pas la justice. »

Arrow http://www.mqup.mcgill.ca/book.php?bookid=1323

Arrow http://www.egalitariste.org/antisexismecom.htm


Dernière édition par le Dim 16 Avr - 2:03, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://egalitariste.discutforum.com
Admin
Admin


Nombre de messages : 15
Date d'inscription : 15/04/2006

MessageSujet: Re: Livres qui touchent la condition masculine   Dim 16 Avr - 1:59

The Pursuit of Division
Race, Gender and Preferential Hiring in Canada


The topic of equity policies and identity politics in Canada is at the forefront of public and media discussion, and Martin Loney adds fuel to the fire. In The Pursuit of Division he provides a provocative critique of recent government policies with respect to race, gender, and preferential hiring, exposing the suspect methods of so-called progressive thinkers in their pursuit of the politics of difference.

Loney takes issue with popular attitudes toward race and gender, whereby to be born a woman or a member of a visible minority is to enter life at a disadvantage and therefore be entitled to compensatory provision. Arguing that social class not group membership determines life chances, he refutes the claims of those who detect systemic prejudice and discrimination and reap considerable public subsidy in return.

From the release of the Abella report to the present, Loney sets the growth of federal involvement in preferential hiring in the context of a growing industry whose success depends on the constant affirmation of group grievance based on gender or race. He argues that preferential hiring policies and a muddled multiculturalism leads to the continual assertion of the primacy of race even as the government officially opposes racial thinking.

Loney discusses many up-to-date and high profile examples, including Bob Rae's preoccupation with skin and gender politics, Brian Mulroney's attempts to strengthen the Conservative Party's ethnic constituency by funding ethnic groups and maintaining high levels of immigration, and former defence minister David Colinette's extensive use of public funds to court ethnic voters in his Toronto constituency.

The Pursuit of Division will be essential reading for anyone concerned about where government-mandated policies on equity and multiculturalism may be taking us and about the implications of emphasizing the politics of difference over that of shared community.


Review quotes
"The Pursuit of Division is a well-researched and well-argued challenge to prevailing orthodoxy on equity policies and identity politics in Canada. Loney does an extremely effective job of debunking the selective approach to data that characterizes too much of the discourse in favour of preferential treatment and brings a long-overdue comparative dimension to the discussion by situating the Canadian treatment of minorities within a global framework." Philip Resnick, Department of Political Science, University of British Columbia



Martin Loney is a consultant in social policy living in Manotick, Ontario.

http://www.mqup.mcgill.ca/book.php?bookid=1150
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://egalitariste.discutforum.com
Admin
Admin


Nombre de messages : 15
Date d'inscription : 15/04/2006

MessageSujet: Re: Livres qui touchent la condition masculine   Dim 16 Avr - 1:59



L'école du soupçon
Les dérives de la lutte contre la pédophilie.



Après avoir toujours nié l’existence d’abuseurs sexuels dans ses rangs, l’Éducation nationale a opéré une volte-face au milieu des années 1990 : grâce aux militants de la protection de l’enfance, la pédophilie a enfin été dénoncée et poursuivie.
Mais, sous l’effet de la pression médiatique, cette salutaire prise de conscience a conduit l’État à adopter un dispositif de contrôle inadapté, qui mine en profondeur l’ensemble du corps enseignant. Et qui menace à terme l’équilibre de nos enfants.

C’est ce que montre Marie-Monique Robin dans ce livre, fruit d’une investigation approfondie sur les dérives de la lutte indispensable contre les pervers. En effet, depuis l’adoption en août 1997 de la « circulaire Royal », qui impose le signalement au procureur du moindre « fait » suspect, les accusations de pédophilie en milieu scolaire se sont multipliées.

D’authentiques coupables ont été démasqués, mais des centaines d’innocents ont également vu leur vie brisée. Confrontés à une justice d’exception – inversion de la charge de la preuve, dérive vers la « présomption de culpabilité », sacralisation de la parole de l’enfant… –, plusieurs se suicideront. Or, depuis 1999, près de trois affaires sur quatre se sont conclues par un classement sans suite, un non-lieu ou une relaxe.

Grâce à ses propres enquêtes et à l’expérience de la Fédération des autonomes de solidarité, la principale association d’enseignants, Marie-Monique Robin rapporte ici des témoignages bouleversants d’enseignants injustement mis en cause. Et elle explique comment la plupart de leurs collègues ont modifié en profondeur leurs comportements vis-à-vis des élèves : suppression des classes vertes jugées « trop dangereuses », limitation de tout contact physique – potentiellement « suspect » – allant jusqu’au refus de soigner des enfants blessés, etc.

Entre la protection des victimes et le respect de la présomption d’innocence, faut-il vrai-ment choisir ? L’alerte à l’enseignant pédophile nous interpelle sur l’école que nous souhaitons : celle du soupçon ou celle de la confiance ? Et sur la société de demain, où les enfants d’aujourd’hui auront été conditionnés à assimiler à la perversion tout contact physique avec l’adulte.



L'école du soupçon
Marie Monique Robin
336 p., 20 €
En librairie le 26 janvier 2006


http://www.editionsladecouverte.fr/asp/actualites/alaune.asp

http://www.amazon.fr/exec/obidos/ASIN/2707146757/402-8791858-8569744
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://egalitariste.discutforum.com
Admin
Admin


Nombre de messages : 15
Date d'inscription : 15/04/2006

MessageSujet: Re: Livres qui touchent la condition masculine   Dim 16 Avr - 2:00

Why Men Earn More
The Startling Truth Behind the Pay Gap—and What Women Can Do About It
By Warren Farrell, Ph.D.



What are the real reasons women earn less than men? What can they do about it? Find out in a new exposè from the bestselling author of The Myth of Male Power.

Controversial and exhaustively researched, gender expert Warren Farrell’s latest book Why Men Earn More takes as its stunning argument the idea that bias-based unequal pay for women is largely a myth, and that women are most often paid less than men not because they are discriminated against, but because they have made lifestyle choices that affect their ability to earn.

Why Men Earn More argues that while discrimination sometimes plays a part, both men and women unconsciously make trade-offs that affect how much they earn. Farrell clearly defines the 25 different workplace choices that affect women’s and men’s incomes—including putting in more hours at work, taking riskier jobs or more hazardous assignments, being willing to change location, and training for technical jobs that involve less people contact—and provides readers with specific, research-supported ways for women to earn higher pay.
Why Men Earn More, with its brashness in the face of political correctness, is sure to ignite a storm of media controversy that will help to make this thoroughly pragmatic exposè Warren Farrell’s next bestseller.

About the Author

Warren Farrell, Ph.D. (Carlsbad, CA) is an internationally esteemed expert on gender issues, and the only man to have been elected three times to the board of directors of the National Organization for Women (NOW) in New York City. Financial Times named Dr. Farrell one of the world’s leading thought leaders. He has been interviewed by Larry King, Peter Jennings, and Barbara Walters, and has appeared many times on nationally syndicated TV shows such as Oprah, Donahue, and CNN’s Sonya Live. He is the author of many books, including the bestsellers Why Men are the Way They Are and The Myth of Male Power.

http://www.amanet.org/books/catalog/0814472109.htm
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://egalitariste.discutforum.com
Admin
Admin


Nombre de messages : 15
Date d'inscription : 15/04/2006

MessageSujet: Re: Livres qui touchent la condition masculine   Dim 16 Avr - 2:00

Professing Feminism




At a recent Mendocino men's leadership conference Robert Moore, author of KING, WARRIOR, MAGICIAN, LOVER informed us, "You wouldn't believe what's happening in academia today!" He proceeded to tell us how the values most cherished in academia - rigorous scholarship and the freedom to challenge ideas - have come under attack. But we can't say anything about it, because we are part of the patriarchy. Now two professors of Women's Studies have come forth with courage, to challenge ideological indoctrination they see as all too prevalent in Women's Studies programs.

Their thesis is that these programs are closely aligned with women's centers and political activism. As a result, they resemble indoctrinations and therapy sessions. The authors prize highly the values of a liberal education, rigorous scholarship and open inquiry. But programs that share these values are few and far between.

There is a particular irony here. One of the goals of Women's Studies was to challenge traditional ways of thinking, ways that ignored the role of women. Feminist scholarship has had some well-deserved success. (One example, which the authors do not cite in their book, is in the area of biology. Looking at this from a women's point of view has led to new theories and research in sexual selection. It is the woman who controls the species, by her selection of a mate.) But what has resulted has been a chilly climate of repression, where students or professors who do not adhere to the "party line" are afraid to speak out.

And the "party line" gets silly at times. Science, mathematics and logic are rejected in favor of "women's ways of knowing." Because science, mathematics and logic arose out of the patriarchy, rotten to the core, it has nothing to offer women. The ideas, the theories, the knowledge are rejected because of the speakers - men and a few masculinized women. Logic is deemed insane. Ultimately, this position is harmful to women. The argument is that women are not as capable as men in mathematics or logic, because this is contradictory to "women's ways of knowing." But that's OK, because mathematics and logic are poisoned. Logic is deemed to be insane, and the greatest logician of pre-World War II is likened to Hitler. This argument is insulting to those many women in mathematics, science and engineering who are as fully capable as the men with whom they work.

They discuss at length a 1992 National Women's Studies Association assessment of women's studies programs, in collaboration with the Association of American Colleges. The study developed nine criteria for assessing the programs. Not one of these focused on fostering research, or even made women aware of, women's history, women's literature, social science work on women. All stated goals to shape attitudes and foster activism. In doing so, the study perverted the message of the authors of the successful book Women's Ways of Knowing. The study emphasized that only connected knowing is valid. I can learn only from a small group of people that I know, and experiences I can relate to in my own life. (Dead white European males are out, as are all science and mathematics.) In the paradigm of Women's Ways of Knowing, however, "connected knowing" is only one of two forms of the next-to-the last stage of knowing. The other is called separate knowing, which involves separating a critique of ideas from a personal attack on the people proposing them. The goal, the final stage, is "constructed knowing," which integrates all prior stages of knowing. A voice of integration that finds a place for reason and intuition and the expertise of others.

The book was painful for the authors to write, they acknowledge. They identify with the feminist movement. They continue to believe in the fundamental feminist goals for political and social reform. They are not repudiating the study of women's lives or denying the central role of gender in human societies. What they are opposing is the insistence on mixing politics and scholarship, the sacrifice of intellect to emotion, and the tendency to turn the moral claims of feminism into an esoteric dogma that can be understood only by the indoctrinated and accepted only by the initiated. They recognize that they are not only repudiating some of their previous beliefs, fur are jeopardizing friendships with many colleagues and allies. But, ultimately, they believe that it is feminists, not their opponents, who must speak out about contemporary feminism's tendency to turn into a parody of itself. We are glad they had the courage to do so.

http://www.menweb.org/professf.htm
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://egalitariste.discutforum.com
Admin
Admin


Nombre de messages : 15
Date d'inscription : 15/04/2006

MessageSujet: Re: Livres qui touchent la condition masculine   Dim 16 Avr - 2:01

THE MANIPULATED MAN
by Esther Vilar




"Men have been trained and conditioned by women, not unlike the way Pavlov conditioned his dogs, into becoming their slaves."
Esther Vilar

Esther Vilar's classic polemic about the relationship between the sexes caused a sensation on its first publication. In her introduction to this revised edition, Vilar maintains that very little has changed. A man is a human being who works, while a woman chooses to let a man provide for her and her children in return for carefully dispensed praise and sex.

Vilar's perceptive, thought-provoking and often very funny look at the battle between the sexes has earned her severe criticism and even death threats. But Vilar's intention is not misogynous: she maintains that only if women and men look at their place in society with honesty, will there be any hope for change.

http://www.pinterandmartin.com/themanipulatedman.htm
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://egalitariste.discutforum.com
Action



Nombre de messages : 190
Date d'inscription : 15/04/2006

MessageSujet: Re: Livres qui touchent la condition masculine   Dim 16 Avr - 2:16

Sex-Ploytation



Les Nord-américaines ne pensent qu'à l'argent

Entrevue avec Mattthew Fitzgerald

Mattthew Fitzgerald est l'auteur de « Sex-Ploytation; How Women Use Their Bodies to Extort Money from Men », un livre qui explore l’opportunisme mercenaire des femmes modernes. Elles ne se cherchent des hommes que pour leur extorquer leurs richesses. L’idée principale du livre est présentée dès l’introduction.

La Nord-américaine typique est une putain. Son vagin est un business: ce business c’est l’extorsion du mâle. Son but ultime est de se faire vivre par un mâle: de jouir d’une vie de luxe, sans travail, ni responsabilité. Pour cela, elle cherche délibérément des hommes ayant des revenus suffisants, ou des moyens assez adéquats, pour rendre son exploitation rentable. Tous les autres mâles sont rejetés; ils sont soit des « losers » (perdants) ou rejeté parmi les simples « amis ».

La potentialité de relations sexuelles n’est utilisée que comme appât pour leurrer des hommes à leur abandonner leur argent.

« Lorsqu’elles sont sur leurs dos, le taximètre compte », affirme un gars.

L'ère du romantisme est morte. Elle fut écrasée par le soulier à talons hauts du féminisme. La jeune fille languissante des romans est un personnage du passé. Les jeunes dames modernes ne sont sexuellement excitées que par la vue d’une carte de crédit en or.

« Lorsqu’il est question de romantisme » affirme un autre homme, « un bon gars finit toujours parfait dernier. Je vois des gars, qui sont de réels chics types, qui en arrivent à traiter les femmes comme des merdes parce qu’ils en on assez de se faire rejeter. Dès qu’ils sont un peu agressifs envers les femmes, les filles hurlent à la violence envers les femmes. Les femmes sont malades. »

Le livre fait sonner une corde chez beaucoup d’hommes, las de chercher des relations authentiques avec des femmes et de se voir évaluer comme des bêtes de somme : selon leur capacité de gagner de l’argent. L’homme moderne (victime de systémiques programmes de discrimination anti-mâles) doit, non seulement entrer en compétition avec les femmes pour les emplois, mais il doit en plus leur accorder, au travail, un traitement spécial. Puis, après le travail, il doit prétendre qu’il vit dans un univers où seuls les hommes travaillent et doivent assumer tous les frais des sorties avec les femmes.

« Les femmes modernes sont opportunistes; elles ne veulent que les avantages. Elles veulent se réaliser, et réussir dans un « monde d’hommes », avoir des carrières intéressantes et gagner de bons salaires. Cependant, elles exigent toujours que les hommes payent pour elles et s’occupent de tous leurs besoins. »

Il est très rare de trouver un livre qui illustre si bien une transformation sociale importante; une tendance qu’ignorent les autres médias. La vive polémique de FitzGerald y jette une lumière crue. Le style fort et percutant de Fitzgerald force le lecteur à se redresser et porter attention, plutôt que de s’effondrer en larmes à la lecture d’un livre déprimant.

Le bouquin de Fitzgerald n’est pas une de ces arides études, spécialité de la « Tour d’ivoire » universitaire, qui cite timidement toutes les recherches sur la question. Fitzgerald présente son cas tel un avocat; il bâtit son argument sur des expériences immédiates et personnelles. On ne peut pas simplement écarter son argument du revers de la main; son message résonne chez trop d’hommes.

La plus grande force du livre est qu’à la fin de chaque chapitre Fitzgerald nous offre des de citations de gars victimes de la sexe-ploitation féminine. Même si vous êtes en désaccord avec ses arguments anthropologiques, la voix de la rue ne mentit pas. Elle crie haut et fort; ce livre lui offre une plate forme.

J'ai discuté avec Matt de son livre, du mouvement des hommes et de l’évolution, bonne ou mauvaise, de la situation contemporaine.

Darren:

Laisse-moi dire dès le départ qu’à l’adolescence j’étais très romantique. Je voulais vivre avec une femme que je traiterais avec douceur, tendresse et romantisme. J’aurais été le meilleur homme pour une femme. Sauf que, il n’y a pas eu une seule fille pour s’intéresser honnêtement à moi. Pas une. J’étais vu tout simplement vu comme un poisson, un bon « gars gentil », un « loser ».

Je ne suis plus le naïf, Monsieur Optimiste, à la « va comme je te pousse », rempli d’espoir béat. Je faisais une bonne et honnête offre de vente, mais aucune fille n’y a répondu. Je pense qu’il y a des masses d’adolescents dont l’idéalisme romantique est écrasé lorsqu’ils voient que leur nature de bon gars gentil est rejetée par les filles.

Matt:

Je dirais, que comme toi, je pensais devenir adulte et rencontrer la femme de mes rêves; une belle femme, douce, aimable, qui m’appuierait et que je pourrais aimer et avec qui partager ma vie. Je croyais, et je crois encore, que les hommes et les femmes sont faits pour vivre ensemble. Ils devraient interagir dans un esprit de collaboration. Mais j'étais simplement trop naïf ou trop conditionné par les films et la Télé pour voir que pour les femmes il n’y a qu’une chose qui compte : l’argent. J’ai du l’apprendre à la dure, de douloureuses expériences personnelles.

J'aime les femmes. J'aime le romantisme. Mais je refuse de payer pour les unes ou pour l’autre.

Darren:

Qu’est-ce qui t’a poussé à écrire « Sex-Ploytation http://www.angryharry.com/esSexPloytation.htm»? Combien de temps cela t a t il pris?

Matt:

« Sex-Ploytation http://www.angryharry.com/esSexPloytation.htm» vient de mes observations personnelles des rapports hommes-femmes.

Lorsque j’ai enfin accéder au « Grand monde » des sorties, j’ai soudainement vu un modèle de comportement féminin extrêmement mercenaire; un comportement auquel la société donne son approbation. J'ai vu des publicités, des films, et des émissions de Télé montrant les femmes utilisant leur sexualité (généralement en le refusant à leur mâle) pour manipuler leur homme et en obtenir ce qu’elles en veulent.

J'ai vu des femmes très attirantes sortir avec des hommes physiquement répugnants, mais financièrement à l’aise; elles les utilisaient scandaleusement pour leur argent. J'ai vu des femmes s’affichant la moitié des seins, pour ensuite traiter les hommes de cochons sexistes. J'ai vu des femmes se maquiller comme des gouges, s’enfiler dans des jupes hyper serrées, se jucher sur des talons hauts pour aller se vendre, sur le marché de la séduction, à la meilleure offre des mâles.

J'ai écouté des tonnes et des tonnes histoires d'horreur; des centaines de milliers d’hommes se font extorqués de tous les fruits de leur dur labeur par des cours de divorce sexistes et biaisées en faveur de femmes qui avaient eu des aventures (extra conjugales) ou qui tout simplement trouvaient leur mariage ennuyant J’ai écouté des femmes se plaindre qu’il n’avaient plus de « bons hommes » disponibles; elles veulent dire des hommes qui font beaucoup d’argent. Ces mêmes femmes méprisent des tonnes de bon gars, avec des revenus moyens, qui seraient heureux de traiter ces femmes de façon correcte. J'ai vu des femmes considérer le mariage et le divorce comme des business.

J'ai vu des femmes interviewer des hommes pour savoir combien d'argent ils valent, avant de daigner sortir avec eux. J'ai vu des célibataires se réunir dans des endroits reconnus pour être fréquenté par des hommes riches. J'ai vu des femmes s'attendre à ce qu'un homme dépense plus de $100, ou même $200, lors d’une sortie, même lorsqu'elle n’avait nullement l’intention d’avoir des relations sexuelles avec lui. Et surtout, j'ai vu ces femmes se mentir à elles-mêmes au sujet de leur comportement mercenaire!



J'ai donc commencé à interroger d'autres hommes au sujet de leurs expériences avec les femmes et l'argent. J’ai écouté une litanie d’histoires d'horreur. Le consensus était: toutes les femmes sont des putains et elles utilisent leur sexualité, ou plus souvent la simple promesse de faveurs sexuelles, pour extorquer l'argent des mâles. Leur comportement vénal ne leur cause absolument aucune remord, problème de conscience ou regret.

J’ai donc décidé d’écrire « Sex-Ploytation http://www.angryharry.com/esSexPloytation.htm» en espérant ouvrir les yeux des hommes. Il m’a fallu environ un an pour l’écrire, à temps partiel.

Darren:

Comment as-tu abordé la production et le marketing?

Matt:

Mon associé et moi avons fondé la « April House Publishing http://www.bookpromotion.com/bbs/messages/145.html » (Maison d’édition April), nommé en l’honneur de la seule femme que j'ai rencontré qui a insisté pour payer sa moitié des frais de sortie. Nous avons publié le livre.

La vente est un processus courant. Le livre a reçu des critiques élogieuses sur Amazon.com, ainsi que sur de nombreux sites WEB pro-hommes autour du monde. Nous sommes allés à de nombreuses émissions de radio, d’un océan à l’autre, aux États-Unis et au Canada, aussi qu’a l’émission de « Montel http://www.montelshow.com/experts/article.htm» et « The Other Half http://www.studioaudiences.com/daytime/theotherhalf.html» (l’Autre moitié).

Darren:

Les mass media sont TRÈS importants dans la diffusion d’attitudes sur des sujets comme le féminisme. Lors de tes visites aux émissions telles que « Montel » comment les producteurs et les présentateurs d’émissions t’ont-ils traité toi et tes idées, en onde et en personne. Y en avait-il qui étaient en accord avec votre message?

Matt:

Je n'ai pas eu beaucoup de temps d’antenne sur « Montel », mais le sujet, ce jour là, était en parfait accord avec le livre. Des jeunes femmes étaient « tombées » enceintes pour forcer leur petit ami à les marier. Les producteurs féminins de New York m’ont affirmé qu’il y avait beaucoup de ces jeunes femmes, telles que je les dépeins dans mon livre. Ces producteurs féminins avaient aimé mon livre.

L’émission « The Other Half http://www.studioaudiences.com/daytime/theotherhalf.html » de NBC (National Broadcasting Corporation http://www.nbc.com/) à Los Angeles, produite Dick Clark fut extraordinaire. Les hôtes étaient d'accord, à 100%, avec mon livre, hors scène; naturellement ils ont dû me contester sur scène, car l’émission s’adresse à des femmes. Les deux auditoires furent très « hostiles » lorsque je fus présenté.

On peut dire, tout simplement, que je suis un critique de la société contemporaine inspiré par le livre d'Esther Vilar's « ’Lhomme manipulé http://www.pinterandmartin.com/themanipulatedman.htm». Je suis un critique des slogans mensongers du féminisme moderne qui hurle à l’égalité, mais qui exige un régime de privilèges pour les femmes. Comme toi, et beaucoup d'autres, je cherche simplement à faire prendre conscience que le féminisme « empoisonne » les relations naturelles entre les hommes et les femmes. Le féminisme est une cloque sur notre société.



Darren:

Je crois qu'il y avait une émission de Télé populaire, aux USA, au début de l'année, intitulée « Joe le Millionnaire http://www.tvtome.com/JoeMillionaire/» qui a été censé être une émission de sexe-ploitation féminine. As-tu regardé cette émission? Qu'en as-tu pensé?

Matt:

Oui. « Joe le Millionnaire » est un exemple parfait de la nord-américaine moderne se prostituant pour l’argent d’un mâle. Cupidité pure. Les femmes deviennent très laides, très vite, lorsqu’il est question d’un homme qui a de l’argent. Elles se révèlent être des verrats se chamaillant la pâtée dans l’auge de la porcherie.

Darren:

Pour un gars correct et gentil, qui traite bien les femmes et qui veut un rapport sain et authentique avec une femme, les femmes contemporaines rendent des choses totalement impossibles. Quelle est la solution pour les jeunes hommes qui veulent éviter d'être utilisés comme porte feuille ambulant et les jeux de manipulation psychologique que jouent les femmes?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Action



Nombre de messages : 190
Date d'inscription : 15/04/2006

MessageSujet: Re: Livres qui touchent la condition masculine   Dim 16 Avr - 2:16

SUITE de SEX-PLOYTATION...

Matt:

Les hommes de tout âge doivent apprendre à se tenir debout et refuser de se faire sexe-ploiter par les femmes. Toute autre comportement est dysfonctionnel et malsain.

Les dernières statistiques du gouvernement (USA) démontrent que les femmes gagnent autant d’argent que les hommes (et dans certains cas plus) (voir NOTE 1, en bas) Les hommes doivent mettre leur pied à terre et refuser de payer le temps d'une femme et pour des faveurs sexuelles. Il faut se rappeler, que pour une femme contemporaine, les sorties ne sont rien de moins que de la prostitution blanchie. Les femmes ont désormais des carrières et gagnent bien leur vie; pourquoi les hommes seraient-ils forcés de financer leur vie sociale? Pourquoi les femmes modernes devraient-elles escompter « manger leur gâteau et l’avoir tout à la fois »? Les femmes doivent apprendre que si elles veule jouir de l’égalité des droits, elles n’ont pas droit à vendre l'utilisation de leur vagin. L'égalité des droits veut dire l'égalité des droits et non pas l’égalité des droits jusqu'à ce que qu’arrive l’addition.

Darren:



Si les femmes prenaient une décision consciente de sortir avec des gars corrects et de laisser les mauvais garçons et les imbéciles à la maison samedi soir, je pense que le monde deviendrait vite un meilleur endroit. Il y aurait moins de mauvais comportement et moins de « mater-ialisme » (mater = mère). Ce sont les femmes qui elles mêmes encouragent le mauvais comportement des hommes. N’st ce pas ce que fait la Diable? Elle vous tente à faire le Mal en vous offrant des récompenses terrestres?

Matt:

Les femmes sont leurs propres pires ennemies. Vous pouvez compter sur elles pour faire exactement le contraire de ce qui est bon pour elles. Il faut toujours ignorer ce que dit une femme et ne regarder que ce qu’elle fait réellement. Les femmes sont des expertes à se mentir à elles mêmes. Toutes les femmes disent qu'elles ne pensent pas à l'argent, qu'elles ne se cherchent qu’un bon gars, avec un sens de l'humour qui les traitera correctement. Puis, elles « s’enfargent » elles mêmes à tenter de s’attirer l’attention d'un docteur avec une Porsche, même si c’est un parfait imbécile ou un violent.

Darren:

« Sex-Ploytation http://www.angryharry.com/esSexPloytation.htm » semble indiquer que nous sommes pris entre deux mondes: les femmes concurrencent les hommes pour des emplois et la formation en clamant incessamment que les différences sexuelles sont insignifiantes; et en même temps elles s’attendent à être traitées avec chevaleresque et voir les hommes payer pour le privilège de sortir avec elles. Elles ne veulent que le meilleur des deux mondes. Le problème est que nous ne pouvons pas retourner vers le passé et sortir les femmes du milieu du travail. D’autre part, encourager les femmes à avoir la même type de comportement sexuel que les hommes et abandonner le modèle monogame du mariage est également peu réaliste parce que cela nuirait à l'éducation des enfants. La solution doit se trouver quelque part entre ces deux univers. Ou peut être, les mâles occidentaux devraient-ils tout simplement abandonner l'idée du mariage et des enfants dans notre ère de décadence, dominée par l’idéologie fémi-sexiste.

Matt:

L’idée centrale de « Sex-Ploytation http://www.angryharry.com/esSexPloytation.htm » est de braquer les feux de la vérité sur le comportement vénal des femmes, d’exposer leur duperie et leur extorsion sexuelle dans l’espoir d'effectuer un véritable changement social.

Les hommes et les femmes sont faits pour vivre ensemble; les sorties, et le mariage ne devrait pas être des relations de putain à client. Si les femmes veulent travailler dur et réussir dans le monde des affaires et jouir de l'égalité des droits, c’est fantastique. Mais elles doivent alors accepter les conséquences de l'égalité des droits : être conscrites pour la guerre, défrayer ses propres dépenses de sortie, fin des systémiques programmes de discriminations anti mâles, liberté de négocier son contrat ce mariage (en séparation de biens), etc., etc. …

Le problème est que les femmes ne veulent que les avantages : elles veulent « manger leur gâteau, tout en le gardant ». Elles ont des carrières intéressantes avec égalité des salaires, mais elles exigent toujours que les hommes les pourvoient et payent pour le privilège d’accéder à leur vagin. De nos jours, on ne peut plus gagner sur tous les tableaux; la croissance du mouvement de défense des droits des hommes le prouve. Il y maintenant beaucoup de jeunes hommes qui refusent de se marier parce que, disent-ils, ils voient très clairement comment leurs mère a extorqué leur père de tout ce qu’il avait accumulé de durs labeurs. Ils ne veulent pas subir le même sort.

Le féminisme moderne a échoué parce qu'il n’a pas pris en considération l'énormité de la cupidité vénale des femelles. La femme contemporaine a déformé le féminisme (du début et libérateur) pour servir ses propres intérêts. Elles croient que le féminisme leur donne le droit de spolier les hommes sans réciprocité de leur part.

Je suis FEMME! Entendez moi PUTASSER!

Darren:

Comment les femmes ont-elles réagi à « Sex-Ploytation »?

Matt:

La grande majorité des filles disent qu’elles « connaissent » des femmes comme ça. Cependant, elles prétendent que elles ne « seraient jamais comme ça ». Elles deviennent vite agressives. Quelques « honnêtes » m’ont remercié de mettre à jour cette fraude qui empoisonne nos sociétés. Le « The Onion http://www.theonion.com/ » fait une excellente parodie de la sexe-ploitation féminine; voir : http://www.theonion.com/onion3208/sexforsecurity.html

Darren:

Depuis que tu as écrit « Sex-Ploytation http://www.angryharry.com/esSexPloytation.htm » les choses vont-elles mieux? Ou pire?

Matt:

Le mouvement de défense des droits des hommes devient à chaque jour de plus en plus fort. « Sex-Ploytation http://www.angryharry.com/esSexPloytation.htm » « surfe » la crête de cette vague de marée énorme qui va s’abattre sur nos sociétés. Les hommes mettent en scène des brûlages de portefeuilles (parodie des brûlage de soutiens gorges des fémi-sexistes des années 70). Les hommes affrontent l’industrie du divorce : ce système des cours de divorces, sexistes et biaisée envers les femmes. Les mâles dénoncent les mensonges du fémi-sexisme, tel le non existant écart salarial (de sexe genré) (Voir NOTE 2) et les fémi-statistiques sur la violence domestique; les véritables vraies statistiques démontrent que la violence domestique est principalement initié par les femmes, bien que ce soient les hommes qui sont blâmés, arrêtés et emprisonnés, etc. (Voir NOTE 3) En d'autres termes, maintenant que le féminisme a rendu les sexes égaux, les hommes commencent à se tenir debout et exigent d’être libéré de l'extorsion des femmes et de la tyrannie de la sexe-ploitation des femmes.

Darren:

On a proposé des solutions radicales pour briser le pouvoir sexuel des femmes : des robots sexuels féminins; la procréation de deux fois plus de femmes que d’hommes, afin de rendre les hommes rares et qu’ils puissent ainsi avoir deux épouses, ou plus, chacun. Qu’en penses-tu?

Matt:

Je pense que la solution est beaucoup plus simple. Les femmes doivent cesser d'être des prostituées. Elles doivent apprendre à former de véritables associations avec les hommes. Ceci résoudrait immédiatement la majorité des problèmes de ce monde!

Darren:

Merci beaucoup Matt. Je te souhaite bon succès avec « Sex-Ploytation http://www.angryharry.com/esSexPloytation.htm ». Je recommande de tout coeur à tous mes lecteurs d’en acheter une copie dès que possible!

Par Darren Blacksmith

http://www.cooltools4men.com/ItsAllAboutTheMoney.htm



Note 1 - En 1993, aux USA, les femmes, (de 25-34 ans) avec un baccalauréat ET employées dans le même domaine qu’un homme, gagnaient EN moyenne (la MÉDIANNE (le milieu) pas la MOYENNE (la division de tout) 87% du salaire d’un homme; soit $ 29, 660 comparée à $ 35, 694.

VOIR: « Earnings of Graduate Women Compared to Men http://www.bls.gov/opub/mlr/1998/03/art5full.pdf »

PRUDENCE! Après près de 40 ans de MELLE-information fémi-sexiste,

CAVEAT EMPTOR est plus que jamais de mise.

En 1995, Les femmes (16 ans et plus) travaillaient en moyenne 35.8 heures par semaines, les hommes 42.1 heures : i.e. les hommes travaillaient donc 18% PLUS que les femmes.

VOIR: « Trends in hours of work since the mid-1970s http://www.bls.gov/opub/mlr/1997/04/art1full.pdf »

DIABLE!

Et le salaire des femmes n’est que 13% MOINDRE que celui des hommes.

Un petit boni de 5% juste parce ce sont des femmes? Un AUTRE privilège fémi-sexiste!

Note 2 - Depuis bientôt 40 ans les fémi-sexistes hurlent leur mensonge voulant que les

femmes ne gagnent que 76% du salaire des hommes et que CELA est une PREUVE de discrimination sexiste basée sur le genre (sexuel).

MENTEUSES! Les hommes travaillent PLUS que les femmes.

Selon Warren Farrell, -Why Men Earn More : The Startling Truth Behind the Pay Gapand What Women Can Do About It http://www.amanet.org/books/catalog/0814472109.htm , les hommes travaillent en moyenne 45 heures, par semaine, comparées à 42 heures pour les femmes. Les hommes sont DEUX fois plus susceptibles de travailler plus de 50 heures par semaine. Les hommes font les travaux difficiles, sales, durs ou dangereux et souvent mieux payés. De plus les milliers de programmes de systémiques discriminations sexistes anti-mâles les y forcent. Les femmes se choisissent des emplois confortables, chauds et douillets, là où souvent existent les exécrables systémiques programmes de discrimination fémi-sexistes. Les hommes souffrent de 92% de toutes les blessures et mort au travail. Hypocrites et racistes (le fémi-sexisme est un racisme anti-mâle) jusqu’a la dernière goutte, les fémi-sexistes ne réclament pas leur part (51%?) de ces risques. Pire, dans plusieurs emplois (investissement, finance communications …) les femmes jouissent d’un salaire de 15% SUPÉRIEUR à un homme tout simplement parce ce sont des femmes.

Pures discriminations fémi-sexistes!

Warren Farrell, -Why Men Earn More : The Startling Truth Behind the Pay Gapand What Women Can Do About It http://www.amanet.org/books/catalog/0814472109.htm

et

Carey Roberts; Unequal Pay for Equal Work http://www.renewamerica.us/columns/roberts/050111

Je me suis aperçu, il y déjà 25 ans, de moi même, sans aide, que la CSN mentait sur la discrimination salariale. La CSN http://www.csn.qc.ca/EquiteSalariale/AccueilEquitePrive.html ment toujours.

TOUT le monde peut penser par lui-même.

Note 3 - Les femmes sont tout aussi coupables de violence domestique que les hommes

- Les hommes subissent plus du tiers (1/3) des blessures causées par la violence domestique

- Les hommes sont beaucoup moins susceptibles de rapporter être victime de violence domestique

- Les reportages des médias sont biaisés par l’idéologie fémi-sexiste

- Ces préjugées que colportent les médias permettent aux mythes mensongers du fémi-sexisme de perdurer et de se développer

VOIR: RADAR http://www.mediaradar.org/ (Respecting Accuracy in Domestic Abuse Reporting)

Que font les journalistes?

Fémi-sexistes eux ou elles mêmes, ou dominés par l’idéologie de la supériorité des femmes, ils sont lâches, hypocrites, malhonnêtes ou menteurs.

Traduction et commentaires par

Gérard Pierre Levesque

________________________

Gérard Pierre LEVESQUE

« Delenda est Feminisma »
Courriel : levesque@m14.alpha-net.ne.jp
Voir : http://www.lapresrupture.qc.ca/frameGerardLevesque.html
http://levesque-gerard-pierre.blog-city.com/blogtoolkit/index.cfm
http://www.rulymob.com/french/index.htm
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
P-A-P



Nombre de messages : 375
Date d'inscription : 20/04/2006

MessageSujet: Re: Livres qui touchent la condition masculine   Lun 15 Mai - 4:06

Citation :
Sylvain D'Auteuil et Nelly Arcan
[Le dimanche 23 octobre 2005]

Les auteurs Sylvain D''Auteuil et Nelly Arcan

Sylvain D’Auteuil vient de faire paraître Brad Pitt ou mourir (Les Intouchables), roman qui dresse un portrait peu reluisant des relations hommes femmes à notre époque.

En plus, la discussion s’engage avec Nelly Arcan avec pour point de départ le 25e anniversaire du magazine féministe La vie en rose.


Brad Pitt ou mourir
Stéphane se fait larguer par sa femme, avec qui il a eu un fils et dont il ignorait qu’elle était lesbienne. À peine remis de ses émotions, il se lance à la recherche d’une nouvelle copine, mais découvre bientôt que la femme québécoise a changé.

Quand le Flower Power battait son plein, les Québécois étaient les plus grands hippies du monde et les Québécoises, les meilleures baiseuses. Aujourd’hui, les Québécois sont devenus les plus grands individualistes et les Québécoises, les championnes du «je n’ai besoin de personne, surtout pas des gars».


http://www.radio-canada.ca/radio/emissions/document.asp?docnumero=14081&numero=1658

http://www.radio-canada.ca/Medianet/CBF/VousMenLirezTant200510231605_1.asx
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
P-A-P



Nombre de messages : 375
Date d'inscription : 20/04/2006

MessageSujet: Re: Livres qui touchent la condition masculine   Lun 15 Mai - 4:08

Citation :
Les mâles de Mathieu-Robert Sauvé
[Le dimanche 18 septembre 2005]




Son récent ouvrage Échecs aux mâles (Les Intouchables), s’en prend à l’image d’irresponsable que les romans, le cinéma et la télévision donnent des hommes dans la trentaine.

Pour Mathieu-Robert Sauvé, l’homme contemporain est en crise et son image l’est tout également. Le modèle que cette image négative renvoie est en grande partie dûe aux échecs des grands hommes dans les dernières années. En parallèle, on aurait tendance à créer des personnages féminins assez forts.


Présentation de l’éditeur
«Nous sommes des perdants perpétuels», dit Jacques Parizeau à son biographe, cinq ans après la défaite référendaire. Comme lui, la plupart de nos grands hommes ont vu leur carrière se terminer par de retentissants échecs: Montcalm vaincu, Papineau contraint à l’exil et Lévesque poussé à la démission. Ces échecs ont imprégné notre imaginaire. Notre cinéma, notre dramaturgie, notre littérature et nos téléromans abondent d’hommes faibles, voire fourbes, hypocrites ou violents. La publicité québécoise met elle-même en scène des mâles pitoyables ou niais, ce qui ne nous étonne même plus.

Avec Échecs et mâles, Mathieu-Robert Sauvé signe un grand reportage sur la condition masculine en explorant une piste inédite: l’absence de modèles québécois.

(source: Les Intouchables)


http://www.radio-canada.ca/radio/emissions/document.asp?docnumero=12837&numero=1658

http://www.radio-canada.ca/Medianet/CBF/VousMenLirezTant200509181605_1.asx

http://www.litterature.org/detailauteur.asp?numero=881
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Livres qui touchent la condition masculine   

Revenir en haut Aller en bas
 
Livres qui touchent la condition masculine
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La condition de vie à bord à travers les époques
» Consultation Livres Hebdo? (&autres revues professionnel
» Le maghreb des livres 2010
» Idée: une bourse aux livres
» livres prénoms ou internet ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Égalitariste-complémentaire :: Recherches/stats/textes/etc :: Livres-
Sauter vers: